> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES > DISCIPLINES (doc. généraux) > Disciplines : LANGUE(S) et LETTRES, (doc. généraux) (en cours d’index.) > Lexique et vocabulaires, des marqueurs d’inégalités sociales : - "un (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Lexique et vocabulaires, des marqueurs d’inégalités sociales : - "un enseignement indispensable" (Synthèse d’une conférence de Jean Pruvost dans l’académie de Versailles) - Eqol, une base de données lexicale de 15 000 mots pour le primaire canadien

12 août Version imprimable de cet article Version imprimable

Académie de Versailles - Inspection pédagogique régionale des lettres
Lexique et vocabulaires : une dynamique d’apprentissage
Synthèse de la conférence de M. Jean Pruvost

Il s’agit d’un enseignement indispensable, trop souvent parent pauvre de la
didactique. Une double approche est ici proposée : l’approche théorique mettra en relief cinq concepts de linguistique appliquée propres à rendre efficientes les stratégies
d’enseignement ; l’approche pratique signalera d’une part les mauvaises tentations à éviter dans l’apprentissage, d’autre part les points d’ancrage méthodologique à prendre en compte.

1. APPROCHE THÉORIQUE : LA DYNAMIQUE DES SIGNES
Il convient de faire percevoir, efficacement et simplement, le lexique comme un univers organisé. Cette macrostructuration se résume à quelques concepts fondamentaux : l’emboîtement concentrique des univers lexicaux ; la différenciation des signes lexicaux d’une zone à l’autre ; le degré variable de motivation et d’arbitraire ; le rayonnement lexiculturel ; la polysémie dynamisante.

1.1 Un phénomène d’emboîtement concentrique
On peut distinguer, par exemple pour les mots « maison »/ « villégiature » / « P.O.S. / (plan d’occupation des sols), trois sphères lexicales qui s’échelonnent et s’emboîtent à partir d’une première sphère :
 Sphère 1 : le vocabulaire de base : 3 000 mots, dont un noyau dur de 1 000
mots, où l’on trouve les grands polysèmes (cf. maison) ;
 Sphère 2 : le vocabulaire de culture générale : 30 000 mots (cf. villégiature) ;
 Sphère 3 : les vocabulaires de spécialité, difficiles à dénombrer (cf. P.O.S. / Plan d’occupation des sols).
L’erreur serait de croire que le vocabulaire doit être acquis selon une progression sphère après sphère, et souvent de manière presque limitative et contraignante. En réalité, bon nombre de mots du vocabulaire fondamental, par leur nature générique, ne s’éclairent et ne s’illustrent que par ceux du vocabulaire de culture générale ; d’autre part, le terme technique n’est pas à écarter s’il est utile. (...)

Extrait de lettres.ac-versailles.fr

 

ÉQOL : Une banque de 15 000 mots à votre disposition
C’est pour vous et c’est gratuit !

ÉQOL, c’est une base de données lexicale élaborée par une équipe de chercheurs en orthophonie et en éducation.

Elle est constituée des 15 000 mots que les élèves du primaire sont appelés à lire le plus souvent dans leurs manuels scolaires.

Les mots d’ÉQOL proviennent de 28 manuels scolaires des Éditions Erpi (12 de mathématiques, 12 de français et 4 de la discipline « univers social »), 24 livrets et 90 extraits de littérature jeunesse.

De cette liste de 15 000 mots, les chercheurs en ont extrait 1200 pour créer une échelle québécoise d’acquisition de l’orthographe lexicale (ÉQOL). Chaque mot a été orthographié par au moins 50 élèves de chacune des 6 années du primaire du Québec.

Extrait de applilogiques.com

Répondre à cet article