> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES > Dispositifs MATERNELLE et PETITE ENFANCE > Maternelle (Déclarations gouvernementales) > Refonder la PMI, notamment pour faciliter la réalisation des bilans de santé (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Refonder la PMI, notamment pour faciliter la réalisation des bilans de santé à l’école (Adrien Taquet, secrétaire d’Etat chargé de la protection de l’enfance) (ToutEduc)

19 juin Version imprimable de cet article Version imprimable

Refonder la PMI, notamment pour faciliter la réalisation des bilans de santé à l’école (A. Taquet)

"Refonder la PMI", la protection maternelle et infantile, et lui donner "des objectifs clairs et lisibles", c’est l’ambition qu’a présentée, vendredi 14 juin, Adrien Taquet. Le secrétaire d’Etat en charge de la protection de l’enfance en a cité trois dont celui-ci : "faire en sorte que 100% des bilans de santé en école maternelle pour les 3-4 ans soient réalisés à horizon 2022."

Il estime que la PMI, "à l’instar de ses cousines, la médecine scolaire et la protection judiciaire de la jeunesse, (...), est aujourd’hui en difficulté" et que l’Etat doit être aux côtés des départements à qui a été confiée "la prévention en santé et l’accompagnement des parents". Il évoque "un partenariat refondé entre l’Etat, responsable de la santé de l’ensemble de nos concitoyens et garant du respect des droits de l’enfant, et les départements (...). L’Etat, par le biais des Agences régionales de santé, devra encourager l’innovation en PMI, notamment les actions de soutien à la parentalité et d’éducation à la santé", et le secrétaire d’Etat pense "par exemple à des actions concernant la nutrition des enfants car l’obésité se développe".

Pour lui, "refonder la PMI" passe aussi par le recours "à des psychologues, à des psychomotriciens, à des éducateurs de jeunes enfants, aux conseillers conjugaux et familiaux" tandis que les parents doivent être "pris en charge dans le cadre d’un parcours personnalisé et cohérent", ce qui suppose "une meilleure articulation des professionnels entre eux : de l’hôpital, de la ville, de la PMI donc".

Adrien Taquet juge de plus "indispensable de faire évoluer les pratiques" et "la répartition des missions entre médecins et infirmières puéricultrices" pour faciliter notamment "les délégations de missions et la réalisation des bilans de santé à l’école".

Extrait de touteduc.fr du

Répondre à cet article