> 7 - DISPOSITIFS, VIE SCOLAIRE, ÉVALUATION... (rubriques) > PILOTAGE DES RESEAUX (tous niveaux) > Pilotage académique > Les classes moyennes, les gilets jaunes et l’éducation prioritaire (Louis (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Les classes moyennes, les gilets jaunes et l’éducation prioritaire (Louis Maurin, Observatoire des inégalités)

16 mai Version imprimable de cet article Version imprimable

Louis Maurin : « On ne réglera pas le problème des inégalités en s’en prenant aux 1 % les plus riches »
Le directeur de l’Observatoire des inégalités situe les classes moyennes « entre les 30 % les plus pauvres et les 20 % les plus riches ».

Directeur de l’Observatoire des inégalités, Louis Maurin explique au Monde qui sont les classes moyennes françaises et pourquoi les cibler spécifiquement influe sur le consentement à l’impôt, sujet au cœur de la crise des « gilets jaunes ».

[...] Parle-t-on donc trop des classes moyennes ?
Attention, cela ne veut pas dire qu’elles n’ont pas de difficulté. A 1600-1700 euros pour une personne seule [au milieu de la définition de classe moyenne de l’Observatoire], vous êtes à la merci d’une séparation, du chômage, d’un gros souci de santé. Et surtout elles [les classes moyennes] se sentent oubliées au profit des plus modestes sur certaines mesures, comme le dédoublement des classes en éducation prioritaire ou la réduction des allocations familiales. Et elles ont vécu, depuis une décennie, un coup d’arrêt à l’amélioration de leur niveau de vie. Mais on ne peut pas faire des classes moyennes les parias de la France contemporaine.

Extrait de lemonde.fr du 15.05.19

Répondre à cet article