> EDUCATION PRIORITAIRE (Politique d’) > EDUCATION PRIORITAIRE. Déclarations gouvernementales > Jean-Michel Blanquer au Monde : "Nous allons aussi redéfinir la logique de (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Jean-Michel Blanquer au Monde : "Nous allons aussi redéfinir la logique de l’éducation prioritaire pour plus d’efficacité et de justice sociale"

11 février Version imprimable de cet article Version imprimable

L’examen de la loi Blanquer « pour une école de la confiance » s’annonce compliqué

L’examen à l’Assemblée nationale des vingt-cinq articles du projet de loi débute lundi. Certains d’entre eux font déjà réagir les enseignants.

[...] Examiné à compter de lundi 11 février à l’Assemblée nationale, le projet de loi « pour une école de la confiance », comme l’a nommé Jean-Michel Blanquer, balaie un spectre très large de thématiques. Les enseignants – leurs modalités d’expression, leur métier –, les élèves et leur scolarité rendue obligatoire de 3 à 16 ans, mais aussi l’évaluation, l’expérimentation, la formation… : quasiment toutes les composantes du système éducatif sont convoquées au fil de ses vingt-cinq articles.

[...] Mais [l’école] n’a-t-elle pas failli à entendre le sentiment de relégations de certains territoires ?

Il ne faut pas oublier ce qui va bien : l’école permet encore l’ascension sociale, et notre société perçoit les éléments de rebond qu’elle peut garantir.
Il y a des failles, des angles morts. la "France périphérique", celle des territoires ruraux, des petites villes, et des banlieues, souffre du manque de mobilité sociale. Nous apportons des réponses structurelles en donnant la priorité au primaire, en dédoublant des classes de CP et de CE1, ou encore en soutenant l’implantation d’enseignements de qualité attractifs dans les lycées les moins favorisés. Nous allons aussi redéfinir la logique de l’éducation prioritaire pour plus d’efficacité et de justice sociale.

Extrait de lemonde.fr du 11.02.19 : L’examen de la loi Blanquer « pour une école de la confiance » s’annonce compliqué

Répondre à cet article