> 5 - TYPE DE DOCUMENT, ACTEUR, POSITION - PROTESTATION > TYPE DE DOCUMENT > COMMUNICATION GOUVERNEMENTALE > J.-M. Blanquer veut développer l’enseignement de l’arabe dans le primaire pour (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

J.-M. Blanquer veut développer l’enseignement de l’arabe dans le primaire pour freiner l’influence des cours donnés par les islamistes. La polémique et le rappel des décodeurs (Le Monde)

13 septembre Version imprimable de cet article Version imprimable

Additif du 13.09.18

Au-delà de l’emballement, l’enseignement de l’arabe reste ultraminoritaire à l’école

Un rapport préconise de « relancer l’apprentissage de la langue arabe » pour lutter contre l’islamisme, ce qui a suffi à réveiller de vieilles polémiques.

[...] 1. L’enseignement de l’arabe n’a rien de nouveau
L’arabe est la langue officielle de vingt-six Etats, en Afrique et dans la péninsule Arabique, soit 430 millions d’habitants. Elle est enseignée en France à l’Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco) depuis 1795. L’agrégation d’arabe a été créée en 1905, d’abord pour faciliter les échanges commerciaux ou diplomatiques avec le monde arabe.

Selon un rapport du ministère de la culture, plus de trois millions de personnes pratiquent quotidiennement l’arabe en France, « très majoritairement sous sa forme maghrébine, mais aussi — au sein de communautés moins nombreuses — sous ses formes libanaise, égyptienne, syrienne ». Cette langue orale de la vie quotidienne est parfois très différente de l’arabe classique ou littéral enseigné à l’école, surtout utilisé à l’écrit et dans les communications publiques (discours, médias…).

2. L’arabe n’est plus en recul, mais il reste très faible
Les effectifs d’élèves apprenant l’arabe littéral, en deuxième ou en troisième langue, ont presque doublé en dix ans : ils étaient 6 512 à la rentrée 2007, contre 11 174 en 2017 (et même 13 975 en incluant le département de Mayotte). Le ministère n’a pas fourni au Monde les chiffres d’il y a vingt ans, auxquels se réfère Hakim El Karoui.

Extrait de lemonde.fr/les-decodeurs du 11.09.18 : Au-delà de l’emballement, l’enseignement de l’arabe reste ultraminoritaire à l’école

 

Apprentissage de l’arabe à l’école : la maladie de la droite folle
2 minutes, par Thomas Legrand

Faut-il favoriser l’apprentissage de l’arabe à l’école ?

Cette question est posée à tous les responsables politiques depuis la publication lundi du rapport de l’Institut Montaigne. D’autant que JM. Blanquer s’est montré ouvert à l’idée. Et à entendre les réponses outrées, à droite, on a l’impression que la question était plutôt « faut-il rendre obligatoire l’apprentissage de la confection de ceintures d’explosifs en cours de techno ? »

Extrait de franceinter.fr du 13.09.18 : Apprentissage de l’arabe à l’école : la maladie de la droite folle
2 minutes

 

 

Jean-Michel Blanquer veut donner du prestige à l’apprentissage de l’arabe à l’école

LANGUES Le ministre de l’Education nationale veut, notamment, freiner l’influence des islamistes, qui proposent des cours…

Extrait de 20minutes.fr du 11.09.18 : Jean-Michel Blanquer veut donner du prestige à l’apprentissage de l’arabe à l’école

 

Voir aussi le très récent rapport de l’Institut Montaigne qui fait la même proposition
L’Institut Montaigne publie un rapport de Hakim El Karoui : La fabrique de l’islamisme. Extrait de la recommandation "Mobiliser l’Education nationale"

 

JM Blanquer attaqué sur l’enseignement de l’arabe
Proche des milieux conservateurs , Jean-Michel Blanquer semble avoir perdu leur confiance. En cause, des propos sur l’enseignement de l’arabe tout à fait anodins mais dont le ministre n’a pas vu les conséquences politiques. "Il est évident que l’arabe est une langue très importante" a-t-il déclaré sur BFMTV. "Il faut développer ces langues. Il faut donner du prestige à ces langues. C’est particulièrement vrai pour l’arabe". Le ministre a aussi évoqué l’enseignement de l’arabe à l’école primaire : "on peut avoir d’autres langues comme l’arabe". Ces propos venaient en soutien à un rapport de l’Institut Montaigne, proche du ministre. Ils ont valu au ministre une déferlante de critiques sur sa droite. Ainsi N Dupont-Aignan et les Républicains accusent le ministre d’encourager l’islamisation du pays et Luc Ferry dénonce "une fausse bonne idée". Pourtant l’arabe est bien une langue de civilisation et elle pourrait être enseignée au primaire, comme d’autres langues, dans une proportion un peu plus importante. Aujourd’hui seulement 567 enfants l’apprennent à l’école.

Extrait de cafepedagogique. net du 12.09.18 : JM Blanquer attaqué sur l’enseignement de l’arabe

 

Répondre à cet article