> POLITIQUE EDUCATIVE DE LA VILLE > COLLECTIVITES (Projets et Contrats éducatifs, Actions locales) > Collectivités (Actions et Situations locales) > Plan mercredi" : 6 communes sur 10 ne prévoient pas sa mise en oeuvre (AMF) (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Plan mercredi" : 6 communes sur 10 ne prévoient pas sa mise en oeuvre (AMF) (ToutEduc). Près de 9 communes sur 10 sont revenues à la semaine de quatre jours

22 novembre 2018 Version imprimable de cet article Version imprimable

"Plan mercredi" : 6 communes sur 10 ne prévoient pas sa mise en oeuvre (AMF)

"Alors que l’objectif du plan mercredi était de porter une ambition éducative pour tous les enfants, force est de constater, pour l’heure, que les accueils du mercredi rencontrent un taux d’inscription d’enfants scolarisés nettement inférieur à celui des NAP (les accueils périscolaires créés dans le cadre de la "réforme Peillon" des rythmes scolaires, ndlr)", 25 % contre 70 %, indique l’AMF.
L’association des maires de France tire, à l’occasion de son congrès, les enseignements de l’enquête qu’elle a menée auprès des 21 700 communes disposant d’une école publique. Plus de 3 000 ont répondu. Près de 9 sur 10 (87 %) sont revenues aux quatre jours, et 16 % d’entre elles ont confié la compétence scolaire (en tout ou partie) à une structure intercommunale, mais s’agissant du temps du mercredi, elles ne sont que 38 % à avoir conservé cette compétence, 35 % d’entre elles déclarant la question "sans objet". En effet, seules 15 % des communes et intercommunalités ont mis en oeuvre ce plan mercredi dès la rentrée, elles sont à peu près autant à le mettre en oeuvre dans le courant de l’année, certaines (8 %) l’envisagent pour l’an prochain, et 6 communes sur 10 (59 %, 65 % pour les EPCI) ne prévoient pas sa mise en oeuvre.

Interrogées sur les difficultés de cette mise en oeuvre, elles citent prioritairement la "communication tardive des modalités pratiques et du financement" et le financement lui-même, mais aussi le recrutement des intervenants, et "(l’absence d’) implication des enseignants au titre de la complémentarité éducative". Elles citent également les exigences relatives au niveau d’activité et l’indisponibilité des équipements culturels et sportifs.

Pour 86 % des collectivités à 4 jours, les activités périscolaires sont payantes. Si bon nombre de collectivités n’ont pu renseigner l’item "coût annuel brut par enfant" puisqu’elles n’ont eu que tardivement toutes les données du "plan mercredi", les estimations de celles qui ont répondu varient de 308 à 369€ (le coût des NAP pour les communes restées à 4,5 jours varie de 281 à 341€, elles sont gratuites dans 49 % de ces communes).

Au total, l’AMF estime que "le retour de la semaine de 4 jours" est un motif de "forte satisfaction", même si près de 40 % des collectivités "ont fait part de pressions des enseignants et/ou des familles". Quelques unes envisagent un retour aux 4,5 jours. A l’inverse, une sur deux parmi celles qui sont restées à 4,5 jours s’interrogent "sur un éventuel retour à 4 jours". La journée du mercredi ne fait pas "l’objet d’activités" pour 39 % des communes à 4 jours, et pour 24 % des communes à 4,5 jours. Le "plan mercredi" semble "peu adapté aux zones rurales et aux petites communes" pour qui l’obligation de s’inscrire dans le cadre des "accueils de loisirs" est dissuasive.

Extrait de touteduc.fr du 21.11.18 : "Plan mercredi" : 6 communes sur 10 ne prévoient pas sa mise en oeuvre (AMF)

 

Les limites du dispositif Devoirs faits
En vigueur au collège depuis un an, les études dirigées offrent aux élèves volontaires un accompagnement de qualité très variable.

Extrait de lacroix.fr du 13.11.18 : Les limites du dispositif Devoirs faits

 

Rythmes scolaires : les communes « satisfaites » du retour à la semaine de 4 jours d’école
Près de neuf communes sur dix ont aboli la demi-journée d’école supplémentaire instaurée sous le quinquennat de François Hollande.

La position du gouvernement a beau ne pas avoir changé – officiellement, il a laissé les édiles libres de décider de l’organisation de la semaine d’école –, les communes n’ont, semble-t-il, pas longtemps hésité : en un an, 87 % d’entre elles ont aboli la demi-journée d’école en plus instaurée en 2013-2014, sous le Parti socialiste, et sont repassés à quatre jours.

Cette nouvelle estimation a été communiquée par l’Association des maires de France (AMF), le 21 novembre, dans une enquête portant sur les 21 700 communes disposant d’une école publique, à laquelle 3 000 d’entre elles ont répondu. Il s’agit de la sixième étude du genre menée par cette association d’élus, réunie en congrès à Paris jusqu’au 22 novembre.

Un ratio à peine inférieur (80 %) avait été avancé, à la rentrée 2018, par le ministère de l’éducation. Selon l’AMF, ce retour à la semaine de quatre jours fait l’objet d’une « forte satisfaction » – « pleinement » pour 80 % des élus, et « modérément » à 14 %. Dans ces villes, les accueils périscolaires du mercredi sont payants. Leur fréquentation ne dépasse pas 25 % dans les deux tiers des collectivités ayant participé à l’enquête.

Extrait de lemonde.fr du 22.11.18 : Rythmes scolaires : les communes « satisfaites » du retour à la semaine de 4 jours d’école

Répondre à cet article