> 7 - PEDAGOGIE, FORMATION > ACTION LOCALE par niveau et discipline > Action locale A L’ECOLE > Ecole (Citoyenneté, Laïcité) > Conseils de classe menés par les élèves de CM1 de l’école REP+ Anatole France de (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Conseils de classe menés par les élèves de CM1 de l’école REP+ Anatole France de Montreuil

10 avril Version imprimable de cet article Version imprimable

Et si on se concertait !

A l’école Anatole France, à Montreuil, les conseils de classe de CM1 sont menés par les élèves. Il s’agit réellement d’un échange portant sur le fonctionnement de la classe. Comment est-il structuré ?

Les rôles :
- Le président, qui donne la parole, résume les idées échangées, modère.
- Le maître du temps, qui gère la durée des échanges et limite si c’est trop long. (c’est surtout pour s’assurer que ça ne déborde pas et qu’on puisse tout faire sur un conseil.
- Les secrétaires qui prennent en notes tout ce qui est dit (il y en a 2 pour qu’ils puissent se partager les sujets).
- Celui qui gère les "gêneurs", c’est-à-dire les élèves qui ne respectent pas les règles de prises de paroles, font autre chose que de participer au conseil, se tiennent mal. (Ici c’est l’enseignante le gère toujours mais dans d’autres fonctionnement, ce sont les enfants qui ont le rôle). Une alternance garçons/filles est pratiquée pour la présidence du conseil.
La règle d’or est l’écoute des autres et la prise de parole donnée par le président. La règle est reprécisée par l’enseignante avant chaque conseil.

L’enseignante :
« Parfois, lorsqu’ils sont un peu agités, on fait un peu de silence avant de s’y mettre parce que ça leur demande beaucoup d’investissement »

L’ordre du jour est toujours affiché, la plupart du temps, il s’agit de :
1) Ouverture du conseil
2) Retour sur le conseil précédent.
3) Lecture et discussions autour des félicitations
4) Lecture et discussions autour des critiques (voir messages clairs)
5) Lecture et discussions autour des propositions
6) Comment va la classe ? (Tour de table où s’expriment les élèves qui veulent prendre la parole). Pour les critiques, on ne lit la critique que si elle a été précédée d’un message clair.

Le message clair :
Il s’agit d’une technique orale permettant à 2 élèves (ce point est important) de créer un espace "sanctuarisé" pour exprimer des sentiments :
- Il peut s’agir d’un message clair positif.
- Mais le plus souvent, les élèves l’utilisent pour régler un conflit. Il se déroule toujours de la même façon (voir affiche en pièce jointe) et est basé sur les règle de la CNV (communication non violente) : "Je te fais un message clair" (message performatif qui impose à l’autre d’écouter) "Quand tu m’as…" (Explication du problème ou du contraire !) "ça m’a ..." (expression d’une émotion : d’où un travail essentiel autour des émotions, différencié selon les classes, enrichi d’année en année). "As-tu compris ?" L’autre peut alors à son tour exprimer un message clair ou s’excuser, réparer sa faute, ...

On observe que l’expression seule du problème par les enfants leur permet déjà de trouver une certaine "paix" et que la question de la réparation s’en trouve moins centrale. C’est l’enjeu même de donner un espace d’expression aux enfants. Une critique n’est donc formulée qu’à partir du moment ou un message clair n’a pas été suffisant pour régler un conflit ou bien qu’un élève ait refusé de l’écouter. La discussion en conseil s’engage d’abord sur l’expression des élèves concernés, leur version. Il y a parfois des témoins qui peuvent exprimer leur point de vue. Une fois l’histoire terminée, on travaille alors sur la REPARATION et non sur la sanction. C’est vraiment important de saisir cela car le conseil ne doit pas être un lieu de pugilat et les élèves n’ont pas à décider d’une sanction sur un autre. C’est un devoir du maître, non des enfants. C’est là que les enfants donnent leur avis sur comment faire pour réparer "s’excuser, réparer, " et c’est le moment où les enfants prennent des engagements sur leur conduite (on peut alors avoir des systèmes de tutorat).
C’est important de comprendre que le conseil doit être un système vertueux et non un organe de punition.

Les élèves doivent être moteurs et pour cela, il faut qu’ils se sentent soutenus et non sur la brèche.
Le point sur les propositions permet aux élèves d’être acteurs du fonctionnement de la classe. On discute autour de la faisabilité du projet et un vote à lieu (si c’est faisable). Certaines propositions peuvent être rejetées par le maître mais il doit expliquer les raisons du rejet. Ça leur permet aussi de mieux comprendre les contraintes de l’école. Le maître a une voix comme les autres enfants de la classe.
Le dernier point "comment va la classe ?" permet à chacun de s’exprimer s’il en a envie. Cela permet de prendre la température de la classe.
Conseil de l’enseignante : « j’ai mis 4 ans à être à l’aise avec cet outil. Je pense qu’il est essentiel d’aller le voir chez un collègue avant de se lancer. C’est un outil formidable à utiliser mais c’est aussi un moment qui peut être difficile à gérer et les dérapages peuvent être assez dramatiques. Attention ! »

03 / 04 / 2018 Et si on se concertait ! http://carep.ac-creteil.fr/spip.php?article108

Répondre à cet article