> 6 - PEDAGOGIE et FORMATION (56 SR) > Dispositif MATERNELLE et PETITE ENFANCE (10 SR) > Maternelle (Position politique et syndicale) > Après les déclarations du ministre, deux interventions sur la scolarisation à (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Après les déclarations du ministre, deux interventions sur la scolarisation à deux ans : Paul Devin (SNPI) et Yannick Trigance (conseiller régional)

13 février Version imprimable de cet article Version imprimable

De la pertinence de la scolarisation à deux ans…
Le blog de Paul DEVIN
Pour le ministre de l’Education nationale, l’école pour les deux ans n’est pas une solution pertinente… Faut-il se ranger derrière cet avis qu’il prétend fondé sur le pragmatisme ?

[...] Pourtant, à bien lire les rapports et études publiés sur la question, force est de constater qu’ils ne font guère la preuve absolue qui permettrait une telle certitude dans l’affirmation ministérielle.

[...] Aucune certitude ne permet donc de conclure à l’inutilité de la scolarisation à deux ans, ni ne vient imposer son rejet. A vouloir chercher, vainement, une quelconque preuve positive ou négative des effets de cette scolarisation, nous masquons la question essentielle : celle d’une volonté politique qui s’interroge sur les conditions nécessaires pour que les inégalités sociales et leurs effets scolaires soient combattus dès la petite enfance et décide des moyens nécessaires pour y parvenir. Mais dans les perspectives d’une politique obsédée par la réduction des coûts de l’action publique, comment pourrait-on croire qu’un tel choix serait possible ? Aussi le ministre de l’Education nationale préfère décréter doctement que la scolarité des deux ans n’est pas pertinente...

Extrait de mediapart.fr/paul-devin du 11.02.18 : De la pertinience de la scolarisation à deux ans ?

 

Yannick Trigance : La scolarisation dès 2 ans menacée est un levier de réussite

La journée « Ecole et pauvreté » organisée le 7 février à l’Assemblée nationale a remis sur le devant de la scène notre école maternelle qui vit aujourd’hui un étrange et dangereux paradoxe : alors que bon nombre de pays nous l’envient – école publique gratuite dès 3 ans - elle n’en reste pas moins menacée dans son existence et dans sa pérennité avec notamment une remise en cause de la scolarisation des enfants de deux ans.

Cette remise en cause portée par des députés de la majorité actuelle est confortée par le ministre de l’Education nationale qui a déclaré lors de cette journée : « Il est probable que la crèche soit plus pertinente que la scolarisation à 2 ans".

Et pourtant : véritable lieu d’éducation des individus, de socialisation, de construction de la citoyenneté, fondée sur les valeurs de solidarité, d’égalité, de coopération, de responsabilité, l’école maternelle s’attache à permettre à chaque enfant de développer le maximum de ses potentialités, de construire ses connaissances et ses apprentissages.

En ce sens l’école maternelle est bien une « école » et non un mode de garde parmi d’autres. Elle joue par ailleurs un rôle primordial dans la prévention des difficultés scolaires et dans la détection de certains handicaps.

La scolarisation des enfants de moins de trois ans, priorité du quinquennat précédent, constitue également un formidable outil de lutte contre les inégalités notamment en zone rurale mais aussi dans les quartiers défavorisés, en zone d’éducation prioritaire où la demande de scolarisation est forte et où l’accueil des enfants de moins de trois ans devrait être une priorité, comme le précisait la loi de Refondation de l’Ecole de 2013. [...]
Yannick Trigance
Conseiller régional Ile-de-France

Extrait de cafepedagogique ;net du 13.02.18 : Yannick Trigance : La scolarisation dès 2 ans menacée est un levier de réussite

Répondre à cet article