> 7 - PEDAGOGIE, FORMATION > Numérique (généralités) > Un appel à contribution des Cahiers pédagogiques pour un numéro sur les (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Un appel à contribution des Cahiers pédagogiques pour un numéro sur les "collectifs enseignants collectés, nouveaux acteurs de la formation et levier de développement professionnel "

3 janvier Version imprimable de cet article Version imprimable

Les collectifs enseignants connectés : nouveaux acteurs de la formation et levier de développement professionnel ?
Coordonné par Régis Forgione, Fabien Hobart et Jean-Philippe Maitre

De nombreux champs d’actions du métier enseignant ont été transformés à mesure que l’informatique domestique, puis les appareils mobiles connectés, ont envahi les lieux d’activité professionnelle autant que les espaces de vie personnels des enseignants : recherche d’informations, de sources ou de ressources, construction de documents et d’activités à destination des élèves ou encore interactions entre collègues.

Dans les classes, Google et Wikipédia sont venus largement compléter l’activité de recherche traditionnellement dévolue aux documents papiers. Les montages à l’aide de papier, de colle et d’une photocopieuse côtoient les documents réalisées à partir des suites bureautiques et, plus récemment, les productions multimédia. Et, pour ce qui va nous intéresser dans ce dossier, Internet a contribué à faciliter et certainement modifier la manière d’échanger entre enseignants et parfois plus largement entre acteurs de la communauté éducative.

Ainsi, on voit depuis quelques années s’organiser des initiatives pédagogiques dont l’existence semble directement liée au numérique. Que l’on parle de dispositifs d’évaluation par compétences, de pédagogie inversée, d’apprentissage participatif de l’orthographe, d’éducation civique, de programmation informatique, nous proposons, à l’occasion de ce dossier, de rassembler sous le vocable de collectifs enseignants connectés ces initiatives de praticiens qui s’organisent et organisent la diffusion et la promotion de séquences, de projets ou de modèles d’actions pédagogiques.

Le champ d’exploration du présent dossier se situera du côté des nouvelles pratiques et postures enseignantes liées à l’émergence de ces collectifs et plus précisément du questionnement sur leur possible valeur formative. En effet, alors que la formation des enseignants – initiale et continue – ne cesse d’essuyer des critiques de toute part et que l’on réclame régulièrement sa refondation, serait-il possible de voir dans ces collectifs un sursaut compensatoire et / ou complémentaire à l’offre institutionnelle ? Faut-il, au contraire, n’y voir que des rassemblements -limités et à la plus-value pédagogique incertaine- d’enseignants, tendances technophiles, ayant développé un sentiment d’isolement lié à l’expression, quelle qu’elle soit, de leur engagement pédagogique ?

De ces premières interrogations en découlent bien d’autres. Est-il possible de définir aujourd’hui ce qu’est un collectif d’enseignants connectés ? Quelle place pour le numérique dans le fonctionnement de ces collectifs ? Connecté veut-il forcément dire numérique ? Quelles transformations permettent ces collectifs, notamment sur les apprentissages des élèves ? Quelle posture à adopter pour les institutions face à ces collectifs ? Peut-on en évaluer les impacts ? Reposent-ils sur des cadres et / ou statuts juridiques ? Si oui, dans quelle mesure, sur lesquels et dans quel but ? Quid de leur pérennité ? De leur audience ? Sont-ils un effet de mode ou du caractère récent des médias impliqués, un entre soi réservé à quelques-uns ? Que disent-ils de l’état du système scolaire ? Que penser de ces collectifs à l’ère du droit à la déconnexion dans un métier où les limites entre vie professionnelle et vie privée sont déjà si perméables ? Quelle est la valeur didactique des contenus produits et diffusés ? Une labellisation de ces mêmes contenus existe-t-elle ? Est-elle souhaitable ? À côté de la face lumineuse de l’enthousiasme pédagogique, ne peut-on pas parfois entrevoir l’expression voire l’instrument d’un conservatisme assumé ?

Enseignants, chercheurs, institutionnels et autres acteurs de la communauté éducative dans son sens le plus large, passionnés de la chose pédagogique et de l’école, proposez-nous vos contributions pour nourrir la réflexion autour de l’action et l’impact des collectifs enseignants connectés comme de nouveaux acteurs de la formation et du développement professionnel.

Merci d’adresser avant le 1er mars 2018 vos propositions d’articles, en les résumant en quelques lignes, à :

regis.forgione[at]cahiers-pedagogiques.com

fabien.hobart[at]cahiers-pedagogiques.com

jean-philippe.maitre[at]cahiers-pedagogiques.com

 

Note du QZ : L’OZP, particulièrement sensibilisée aux questions de travail collectif, de numérique et de formation, invite les acteurs de l’éducation prioritaire à participer à ce dossier.

Extrait de cahierspedagogiques.com : Les collectifs enseignants connectés : nouveaux acteurs de la formation et levier de développement professionnel ?
Coordonné par Régis Forgione, Fabien Hobart et Jean-Philippe Maitre

Répondre à cet article