> EDUCATION PRIORITAIRE > EDUC. PRIOR. Les 8 types de documents > Educ. prior. (Etudes universitaires) > Sélection d’ouvrages pour les coordonnateurs de ZEP et REP (Centre Alain (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Sélection d’ouvrages pour les coordonnateurs de ZEP et REP (Centre Alain Savary, 2002)

29 octobre 2002 Version imprimable de cet article Version imprimable

Le Centre Alain Savary assure une veille documentaire sur le champ des pratiques pédagogiques et éducatives en milieux difficiles. Il élabore des documents bibliographiques dont celui-ci, destiné à aider les coordonnateurs ZEP/REP à constituer les bases d’un fonds documentaire dans les champs qui sont les leurs.

Mise à jour : juin 2002,
 


- BOUVEAU Patrick, ROCHEX Jean-Yves. Les ZEP, entre école et société. Paris : CNDP - Hachette éducation, 1997, 124 p. (Ressources formation : enjeux du système éducatif).

L’ouvrage retrace les différentes étapes des 15 années de politique ZEP, les principales lignes d’action, les questions et les difficultés rencontrées. Ce faisant, il présente une synthèse des savoirs et des questionnements élaborés par les chercheurs pour pouvoir penser la manière dont l’école peut contribuer au combat pour la démocratisation de l’accès au savoir et à la culture. Les auteurs soulignent que le traitement des difficultés socio-scolaires en banlieue ne saurait être seulement celui des publics en difficulté mais oblige à inventer des réponses qui puissent valoir pour tous.


- BOUVEAU Patrick, COUSIN Olivier, FAVRE, Joëlle. L’école face aux parents : Analyse d’une pratique de médiation. Paris : ESF, 1999, 183 p. (Collection Pédagogies).

En introduction, les auteurs situent le projet de médiation école-famille, qu’ils vont ensuite décrire, dans le cadre des projets ZEP et de la lutte contre l’échec scolaire. Leur analyse repose, pour une grande part, sur des entretiens individuels et collectifs d’élèves, d’enseignants du primaire et du secondaire, de médiateurs, de parents d’élèves et de responsables de l’Éducation nationale qu’ils ont menés sur une ZEP de la banlieue ouest de Paris. Ils étudient ensuite les différents sens que peut prendre la médiation selon l’interlocuteur (élève, parent, enseignant). Au terme de leur enquête, ils constatent que les termes de médiateur et de médiation sont peu appropriés aux pratiques observées. Il s’agit en effet très rarement d’arbitrer des conflits mais, pour les médiateurs, de faire passer un message de l’école vers les familles, d’expliquer et d’éveiller à la forme scolaire. Par ailleurs, bien que la question de l’échec scolaire fasse partie des objectifs de la médiation, elle n’en est pas le centre. On ne peut pas dire non plus que les enseignants et les familles aient globalement, du fait de l’expérience, modifié leur regard ou leurs pratiques, se soient rapprochés, car les transformations observées se situent davantage à un niveau individuel qu’à un niveau collectif. Si les médiateurs ont démontré qu’ils étaient indispensables pour répondre en priorité aux problèmes de comportement des jeunes, de l’incivilité et de la violence, leur augmentation nécessaire ne va-t-elle pas conduire à une division du travail de plus en plus poussée ? Cela risquerait de renforcer la séparation entre sphère pédagogique et sphère éducative, or cette séparation est un des problèmes auxquels se heurtent les jeunes. Enfin, il faut prendre garde au risque de ségrégation, la médiation s’adressant essentiellement aux familles issues de l’immigration.


- Centre Alain Savary. Le partenariat en ZEP et en REP. Dossier

Le partenariat est présent dans de nombreuses thématiques mises en œuvre en ZEP et en REP. C’est un terme qui est couramment employé dans plusieurs contextes : celui de la politique de la ville (actions d’accompagnement scolaire, de prévention, etc.), celui des relations de l’École avec les Familles, celui de l’insertion professionnelle des jeunes ou de projets à caractère scientifique ou culturel, etc. Dans ce thème vous trouverez :

Des descriptions d’actions et/ou de pratiques éducatives et pédagogiques qui ont été ou qui sont encore mises en œuvre dans des établissements scolaires situés en ZEP/REP. Pour étendre le champ de recherche il est possible, dans la banque DIF-ACT, de croiser le terme "partenariat" avec d’autres descripteurs.

Une bibliographie, non exhaustive, qui recense les ouvrages, rapports et articles traitant du partenariat en ZEP. Il nous a semblé intéressant de déroger à la règle que nous nous étions fixée (présentation de références récentes) et de remonter à la création des ZEP (1981). Trois périodes ont été distinguées : le partenariat avant les travaux préparatoires à la première relance (jusqu’en 1988), le partenariat entre 1988 et la seconde relance de 1998, le partenariat après 1998. Ce ne sont pas les dates de parution des ouvrages et articles qui ont déterminé le classement dans telle ou telle période mais le contenu du document. Vous pouvez aussi consulter les bibliographies des autres thèmes.

Des indications de ressources particulières : mentions de sites Internet.

Consulter ce dossier.


- CHARLOT Bernard, EMIN Jean-Claude (coord.). Violences à l’école : état des savoirs. Paris : Armand Colin, 1997, 410 p. (Formation des enseignants. Enseigner)

Cet ouvrage, réalisé à partir d’un ensemble de recherches, aborde dans une première partie la question de la violence scolaire (approche comparative d’établissements de tous types sociaux, difficultés des lycées vues à travers les transgressions, expérience de victimation des élèves, interrogation sur les systèmes d’information permettant de recueillir les données sur la violence). La seconde partie est consacrée à l’analyse de la violence à partir d’une approche de l’école en termes d’espace symbolique. La troisième partie se propose de comprendre le « fonctionnement » des élèves « violents » et de construire et d’expérimenter des réponses éducatives aux violences scolaires. La quatrième partie analyse, en termes de santé mentale, la réaction d’enseignants victimes d’agressions physiques ou de menaces, et enfin, la dernière partie est consacrée à des comparaisons internationales. Pour les auteurs, la violence n’est pas une soudaine « malédiction » qui s’abattrait sur les établissements scolaires : elle est corrélée à l’état de la société et de son école, aux politiques et aux pratiques des établissements et de leurs personnels, aux compétences cognitives et relationnelles de ceux qui y vivent, élèves et adultes.


- CHARLOT Bernard, BAUTIER Élisabeth, ROCHEX Jean-Yves. École et savoir dans les banlieues... et ailleurs. Paris : Armand Colin, 1993, 253 p. (Enseigner/Formation des enseignants).

Cette étude a été réalisée à partir d’une enquête comparative menée auprès de classes de collèges de Saint-Denis (en ZEP) et de Massy (hors ZEP) et d’élèves de l’enseignement primaire de Saint-Denis et La Courneuve (en ZEP). Pour appréhender le rapport de l’élève à l’école et au savoir, cinq approches ont été utilisées : la rédaction de bilans de savoir par les élèves, des entretiens semi-directifs approfondis avec les élèves, des récits de pratiques (avec les parents), des observations de classe et une analyse de travaux d’élèves. Les auteurs, contestant la théorie du handicap socio-culturel, se proposent de comprendre comment de l’inégalité sociale se transforme en différenciation scolaire à travers des histoires singulières. Ils s’interrogent sur le rapport de l’élève à l’école et au savoir, rapport identitaire et épistémique. Les résultats font apparaître que les élèves des collèges de Saint-Denis ZEP ont un rapport à l’école et non un rapport au savoir lui-même, à la différence des élèves de Massy. Travailler n’implique pas pour eux s’approprier des savoirs ayant un sens en eux-mêmes mais bien remplir ses tâches de collégien. Les entretiens avec les élèves ont montré que ceux-ci avaient des difficultés à distinguer les rôles spécifiques de l’école et de la famille, ce qui semble entraver l’appropriation de l’école dans sa fonction spécifique de lieu de savoir. Pour eux, apprendre c’est être capable de « se tirer d’affaire dans n’importe quelle situation et non pas s’approprier un objet de savoir ni même réfléchir pour se faire une opinion ». Les élèves de Massy, quant à eux, voient dans le savoir un objet spécifique qu’il s’agit de s’approprier ; pour eux, le savoir est « énonçable comme tel, décontextualisé, pensable sans aucune référence à une situation ou à l’activité qui le construit ». Les observations faites à l’école primaire vont dans le même sens. On constate aussi que les enseignants des écoles en ZEP ont tendance à adapter leurs pratiques pédagogiques aux élèves en difficulté en morcelant les savoirs en petites unités, en ritualisant les activités scolaires, en multipliant les références à la vie quotidienne, ou en mettant en place une pédagogie du projet qui n’aboutit pas à des savoirs décontextualisés. Une dernière partie du rapport observe les différentes figures que peut prendre la mobilisation des parents pour la réussite scolaire de leurs enfants.


- CHARTRAIN Xavier, HUBERT Bruno. Prévenir l’échec scolaire : apprendre pour de vrai. Lyon : Chronique sociale, 2000, 144 p. (Pédagogie Formation, l’essentiel).

Les auteurs, qui ont une longue expérience de l’enseignement en ZEP, se refusent à accepter l’échec scolaire et proposent six directions, qu’il s’agit de conjuguer, et qui ont toutes pour objectif de faire apprendre tous les élèves, et d’abord ceux qui sont en difficulté. Les six axes de travail sont les suivants : verbaliser sur l’apprentissage, reformuler et s’approprier, faire des ponts et créer des liens, produire, apprendre avec et contre l’autre, évaluer autrement. L’ouvrage, qui s’appuie sur des travaux de recherche récents, propose, en lien avec les axes dégagés, de nombreux exemples d’activités, de situations et de pratiques pour l’école, le collège et le lycée.


- CHAUVEAU Gérard. Comment réussir en ZEP : vers des zones d’excellence pédagogique : comprendre les disparités de résultats, identifier les dynamiques de réussite, recentrer les ZEP sur les apprentissages. Paris : Retz, 2000, 206 p.

Proposant que l’on passe d’une sociologie de l’échec scolaire et du déterminisme socio-culturel à une sociologie des pédagogies de la réussite dans les milieux populaires, l’auteur s’attache à mettre au jour les conditions de la réussite pour tous dans les zones d’éducation prioritaire. En s’appuyant sur ses propres travaux de recherche sur la lecture-écriture, il veut montrer en particulier qu’il est possible, ici et maintenant, de transformer les ZEP en zones d’excellence pédagogique. Selon lui, les principaux obstacles à la construction de l’école de la réussite se trouvent à l’intérieur même de l’institution scolaire. Ainsi, la recherche de l’excellence ne peut éviter les deux questions du rapport entre école et milieux populaires d’une part, et de la qualité des personnels enseignants et des prestations pédagogiques d’autre part.


- DUBREUIL Bertrand (dir.). Pédagogies en milieux populaires. Paris : L’Harmattan, 2001, 207 p. (villes plurielles).

Ce livre s’inscrit dans le prolongement de l’enquête menée dans les collèges de la ville de Creil (cf. Bertrand Dubreuil. Collèges en milieux populaires. Amiens : Licorne, 2000) qui a mis en lumière la question du décalage culturel entre l’école et les milieux populaires. Il propose des démarches pédagogiques et éducatives qui ont été mises en œuvre par les enseignants et d’autres acteurs sociaux investis dans la question scolaire ainsi que des témoignages et réactions. Sont abordées les questions des différences culturelles, de l’exercice du métier en ZEP, de l’accompagnement scolaire, du rôle des documentalistes et enfin des actions culturelles. Contributions de P. Despeaux, J.-M. Zakhartchouk, K. Boulhamane, B. Dubreuil, etc.


- Éducation et politique de la ville : actes de l’université d’automne 1999, IUFM de Créteil, 2-6 novembre 1999. Ville-Ecole-Intégration, n° spécial, janvier 2000.

L’Université d’Automne a réuni des fonctionnaires de différents services de l’État impliqués dans la mise en œuvre des politiques contractuelles visant à faire de l’éducation une véritable responsabilité partagée dans la ville dans l’objectif de réfléchir aux conditions qui favorisent la réussite des politiques et des partenariats développés pour mettre les élèves en situation de réussite ; les actes mettent à disposition les principaux éléments de cette réflexion et publient les conférences et les travaux des ateliers.


- Éducation prioritaire et politique de la ville. Ville-Ecole-Intégration, n°117, juin 1999, 119 p.

Ce dossier, dont les principales contributions sont signées par des chercheurs, pose, dans sa première partie, les questions de l’extension des ZEP, du rapport entre ZEP et pédagogie de la réussite, des limites de la coopération dans les partenariats et analyse les motivations et implications des personnels en ZEP dans les structures partenariales. La seconde partie interroge la politique de la ville et notamment les principes et présupposés des contrats dans le champ de l’éducation : CEL, Contrat de réussite, CLAS, contrat d’aménagement des rythmes scolaires. Enfin, la troisième partie s’intéresse aux enseignants de ZEP, à leurs caractéristiques, à l’inadéquation qui peut se produire entre instituteurs et parents de milieux défavorisés. Une dernière contribution examine le rôle et la position spécifique de l’assistante sociale scolaire.

Articles en ligne sur le site internet de VEI : ZEP et pédagogie de la réussite par Gérard Chauveau et Éliane Rogovas-Chauveau. Réflexions sur les « contrats » en éducation par Dominique Glasman. L’aménagement des rythmes scolaires : une politique nationale territorialisée ou l’émergence de politiques de territoires ? par Chryssafo Kassimi, Olivier de Peretti, et Élisabeth Bautier.

Voir aussi dans la même collection :
Identités professionnelles. n° 106, septembre 1996.
Travailler en quartiers sensibles. n° 124, mars 2001, 293 p.

Articles en ligne sur le site internet de VEI : Les carrières enseignantes dans les établissements difficiles : fuite, adaptation et développement professionnel par Marie-France Grospiron, Agnès Van Zanten.
L’école pour tous : quel avenir ? n° 127, décembre 2001, 231 p.

Articles en ligne sur le site internet de VEI : Les résistances des familles (de certaines d’entre elles) à l’école pour tous par Marie Duru-Bellat. De la faible fréquentation de la cantine en collèges de ZEP par Annick Hermet.


- GLASMAN Dominique. Des ZEP aux REP. Toulouse : Éditions Sedrap, 2000, 96 p. (à propos)

De façon synthétique, sont exposés dans cet ouvrage les grands débats qui traversent la politique des Zones d’éducation prioritaires ( les questions de l’apprentissage, de l’implication des parents, des classes de niveau ou des classes à profil, de l’évaluation de la politique des ZEP ). Il montre aussi l’évolution des ZEP, depuis leur origine jusqu’à la création toute récente des REP, met en garde contre certaines dérives et ouvre des perspectives pour relever le défi d’une école de la réussite pour tous.


- GLASMAN Dominique. L’accompagnement scolaire : sociologie d’une marge de l’école. Paris : PUF, 2001, 317 p. (Éducation et formation)

Après avoir dressé un état des lieux de l’accompagnement scolaire (nombre de dispositifs, nombre d’enfants concernés, diversité des dispositifs), l’auteur commence par construire l’objet sociologique « accompagnement scolaire » en problématisant son émergence et son fonctionnement. Il explore ensuite plus en détail ce qui se passe et se joue dans les dispositifs d’accompagnement scolaire (les différentes formes qu’ils peuvent prendre, la question de la professionnalisation des acteurs, le rôle des parents). Il présente enfin un « tableau de synthèse » indiquant les effets de l’accompagnement sur la réussite scolaire. Selon lui, la fréquentation de l’accompagnement scolaire ne se traduit pas par des progrès notables, les dispositifs semblant favoriser « l’accomplissement des gestes quotidiens du métier d’élève » sans qu’il y ait pour autant mise en activité intellectuelle. Les rapports d’évaluation étudiés indiquent des effets positifs sur la « socialisation » (amélioration du comportement et bénéfices « psychologiques »). Ils pointent aussi des « risques » et des dérives : usure des acteurs et en particulier des chefs d’établissement ; fait que les élèves entrent dans un rapport faux au travail scolaire en croyant cheminer sur la bonne voie ; risque d’aggravation de la stigmatisation). Dans sa conclusion, il avance l’idée que l’accompagnement scolaire est un bon révélateur des transformations de l’état de la société française comme de son école.


- HUGON Marie-Anne, PAIN Jacques. Classes relais : l’école interpellée. Amiens : CRDP de l’académie d’Amiens – CRAP-Cahiers pédagogiques, 2001, 192 p. (Repères pour agir, Dispositifs)

L’ouvrage dresse un état des lieux des dispositifs relais qui se caractérisent par leur diversité. Il donne la parole aux élèves et enseignants, examine la place des classes relais au sein du système éducatif, leur inscription au sein du réseau de structures d’aide aux élèves en difficulté et s’interroge sur les objectifs de ce dispositif (réinsérer les jeunes dans un circuit scolaire ordinaire ? proposer une réponse à la violence en milieu scolaire ? Travailler sur les savoirs ou travailler sur la socialisation ?). Un chapitre est consacré à l’enseignement en classes relais, aux stratégies d’individualisation et de médiation. Les auteurs suggèrent notamment de travailler avec les élèves les fonctions cognitives (Programme d’enrichissement instrumental, Ateliers de raisonnement logique) et de développer les compétences de lecture-écriture (Evalire, ateliers de questionnement de textes, langagiciels), de travailler sur la loi et la place de chacun et enfin de travailler sur la question du sens des savoirs scolaires.


- L’éducation prioritaire. Éducation & formations, n° 61, octobre-décembre 2001, 169 p.

La revue consacre l’ensemble de son numéro aux zones d’éducation prioritaire à l’occasion de l’anniversaire de leur lancement, sous le ministère d’Alain Savary. Une première partie décrit l’évolution de la politique d’éducation prioritaire depuis la création des ZEP ainsi que le dispositif de pilotage, aussi bien au niveau national qu’au niveau académique ou au niveau d’un réseau. La seconde partie décrit la situation actuelle de l’éducation prioritaire (le point sur la nouvelle carte avec la création des REP ; les caractéristiques des personnels ; les priorités accordées dans l’attribution des moyens). La troisième partie décrit les parcours scolaires et l’action pédagogique en ZEP (caractéristiques des élèves de collège ; analyse de leurs performances ; conditions de leur réussite ; innovations pédagogiques). Articles de C. Moisan, J.-C. Emin et F. Oeuvrard, C. Cuvier, J.-C. Fortier, F.-R. Guillaume, J.-P. Caille, A. Aline, G. Chauveau, etc.

Voir aussi :

- Éducation & formations, n° 60, juillet-septembre 2001, 91 p.

Ce numéro rend compte d’enquêtes qui intéressent l’enseignement en milieu difficile : les effets de la scolarisation à 2 ans et la réussite scolaire au début de l’école élémentaire (J.-P. Caille), la perception du collège (en ZEP et hors ZEP) par les familles ainsi que leurs relations avec les enseignants (J.-P. Caille), les tâches confiées aux aides-éducateurs dans les établissements scolaires (L. Diederichs-Diop et D. Fournié), les effets de l’aide individualisée en seconde (M. Duru-Bellat, M. Danner, et al.), etc.


- Ministère de l’éducation nationale, Inspection générale de l’éducation nationale, Inspection générale de l’administration de l’éducation nationale, MOISAN Catherine, SIMON Jacky. Les déterminants de la réussite scolaire en zone d’éducation prioritaire. Paris : INRP, 1998, 115 p.

Les auteurs du rapport ont procédé à l’analyse comparée des performances de 410 ZEP en 1994 et 1996 sur la base des données de l’évaluation 6e. La construction avec l’appui de la DEP d’un modèle de performance a permis de mesurer pour chaque ZEP sa "valeur ajoutée" par rapport à la performance attendue (calculée en fonction de la concentration de population défavorisée) et la progression de sa valeur ajoutée entre 1994 et 1996. Ils mettent en évidence de grandes disparités entre académies, départements et entre les ZEP elles-mêmes. L’observation et l’étude approfondie de 36 ZEP a permis d’identifier 12 éléments clés de la réussite en ZEP ; les auteurs relèvent la grande solidarité entre ces facteurs. Ils énoncent un ensemble de recommandations parmi lesquelles la mise en place d’un pilotage des ZEP à tous les niveaux et selon une stratégie différenciée.

Consulter la notice et/ou commander cet ouvrage


- MINISTERE DE L’EDUCATION NATIONALE. DESCO. BUREAU DU RESEAU SCOLAIRE. Le contrat de réussite, un outil au service de l’efficacité de l’éducation prioritaire. Paris : Ministère de l’éducation nationale, s. d., 71 p. (document de travail).

Ce document résulte des travaux du stage national " Le contrat de réussite, un outil au service de l’éducation prioritaire " et contient les actes des sessions de Besançon (25-27 octobre 1999) et Paris (13-14 mars 2000). La première partie est consacrée aux interventions en séance plénière sur les orientations nationales de la politique de l’éducation prioritaire, la problématique et les enjeux de l’accompagnement, les élèves en difficulté à l’entrée au cycle 3, les évaluations 6e et la scolarité des élèves défavorisés, les outils d’évaluation en ZEP et le rôle des cadres dans l’accompagnement des équipes éducatives. La seconde partie relate les travaux des différents ateliers : 1. Construire et interpréter des tableaux de bord pour accompagner les contrats de réussite ; 2. Accompagner les équipes dans l’organisation de la continuité des apprentissages ; 3. Organiser et suivre les parcours d’apprentissage des élèves à partir de leurs résultats ; 4. Organiser la cohérence des interventions des différents acteurs au service des apprentissages.


- PERIER Pierre. Enseigner dans les collèges en ZEP : le point de vue des principaux et des enseignants début 1998. Paris, Ministère de l’Éducation nationale, 106 p. (Les Dossiers, 109).

En 1998, des enquêtes ont été lancées auprès des acteurs de terrain pour connaître leurs attentes et pour contribuer à un état des lieux. L’ensemble des principaux de collège et un échantillon représentatif de 710 enseignants ont été interrogés. Pour leurs enseignants, les collèges de ZEP se caractérisent d’abord par l’origine sociale de leurs élèves et le niveau plus faible des élèves à l’entrée en sixième. Les autres points abordés par l’enquête concernent la perception de la violence, la pluralité des fonctions de l’enseignant de ZEP, le travail en équipe et le partenariat, les attentes et l’effet " compensatoire " de la politique des ZEP.


- THIN Daniel. Quartiers populaires : l’école et les familles. Lyon : PUL, 1998, 290 p.

Dans cette recherche, l’auteur analyse les relations entre les familles populaires et l’école comme le lieu d’une confrontation inégale de manières d’être, de manières de faire, de pratiques socialisatrices différentes et souvent contradictoires. Il s’intéresse, à travers l’école et la scolarisation, aux interactions des familles populaires avec le monde dominant. Le point de vue adopté montre que les enjeux des relations entre les familles populaires et les enseignants dépassent les seules questions de la scolarité et de la lutte contre l’échec scolaire.

-TOZZI Michel (coord.) ; ROCHEX Jean-Yves (coord.). Apprentissage et socialisation. Montpellier : CRDP du Languedoc-Roussillon, 2000, 101 p. (Documents-Actes et rapports pour l’éducation).

L’ouvrage fait suite à l’université d’été du CRAP- Cahiers pédagogiques tenue en 1998, dans l’académie de Montpellier. L’intervention liminaire de J.-Y. Rochex est consacrée au rapport problématique entre apprentissage et socialisation aussi bien dans les discours pédagogiques et institutionnels que dans les politiques et dispositifs mis en œuvre dans les écoles et établissements des quartiers dits en difficulté. Outre la table ronde qui a suivi la conférence, le livre contient les compte rendus des différents ateliers.


- VAN ZANTEN Agnès, GROSPIRON Marie-France, KHERROUBI Martine, ROBERT André D. Quand l’école se mobilise : les dynamiques professionnelles dans les établissements de banlieue. Paris : La Dispute, 2002, 269 p.

La massification et la politique de décentralisation ont considérablement modifié l’organisation interne des établissements d’enseignement et le rapport au métier des enseignants et des non-enseignants. L’ouvrage, à travers trois monographies d’établissements de banlieue réputés « difficiles » (une école, un collège et un lycée polyvalent), se propose, dans une première partie, de mettre en lumière les différents éléments participant à la construction d’un effet-établissement à chaque niveau d’enseignement et explore, dans une seconde partie, trois aspects centraux des dynamiques professionnelles à l’œuvre : la mobilisation professionnelle, la construction des carrières professionnelles à l’intérieur des établissements et la division du travail pédagogique et éducatif entre les différents professionnels de l’éducation de ces mêmes établissements.


- VAN ZANTEN Agnès. L’école de la périphérie : scolarité et ségrégation en banlieue. Paris : PUF, 2001, 424 p. (Le lien social)

L’auteur, à partir de plusieurs enquêtes de type ethnographique menées dans des établissements et des villes de banlieue au cours de ces dernières années, analyse les processus participant à la construction des ségrégations scolaires dans la société française contemporaine : défaillances de la régulation des politiques locales ; politiques de discrimination positive, comme celle des zones d’éducation prioritaires, mal conduites et insuffisamment soutenues ; stratégies des familles pour tourner à leur avantage ou contourner l’offre scolaire, ce qui a pour conséquence de creuser les écarts entre établissements ; concurrence entre établissements qui peut conduire à la concentration des publics scolaires de milieu populaire et immigré en difficulté dans des classes de "relégation" ; adaptation des enseignants à leurs publics et développement de pratiques spécifiques en matière de discipline et d’enseignement ; absence de coordination entre professionnels de l’éducation et tendance à la délégation et au renforcement des cloisonnements… Il y a urgence, selon elle, à trouver des normes équitables en matière de répartition de l’offre de formation, de choix de l’établissement, d’orientation, de pédagogie et de discipline.


- ZEP : le troisième souffle ? Actes des journées nationales de l’OZP, mai 2000. Ville Ecole Intégration Enjeux, n° 2 hors série, décembre 2000, 184 p.

Deux ans après la seconde relance des ZEP, les participants à ces journées organisées par l’Observatoire des Zones Prioritaires se sont interrogés, dans les tables rondes et les ateliers, sur l’application de cette relance, sur l’importance de l’évaluation de l’ensemble du dispositif, sur les pratiques pédagogiques en ZEP et sur la formation des enseignants. Leurs travaux leur ont permis d’avancer quinze propositions visant à améliorer le fonctionnement du dispositif d’éducation prioritaire à tous les niveaux.

Articles en ligne sur le site internet de VEI

© INRP - Centre Alain Savary, juin 2002 - Tous droits réservés. Limitation à l’usage non commercial, privé ou scolaire.

Extrait de inrp.fr : Sélection d’ouvrages

Répondre à cet article