> 6 - Pédagogie en ZEP > Actions pédagogiques EN MATERNELLE > Numérique, communication, presse (Maternelle) > B* Pratiques d’évaluation innovantes dans la maternelle REP Langevin-Wallon (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

B* Pratiques d’évaluation innovantes dans la maternelle REP Langevin-Wallon de Saint-Dizier avec tablette et deux applications dédiées

20 juillet 2016 Version imprimable de cet article Version imprimable

Pratiques d’évaluation innovantes en maternelle avec tablette et deux applications

Nadia Dèche, enseignante en classe de maternelle [école Langevin-Wallon de Saint-Dizier], présente deux différentes méthodes d’évaluation à l’aide d’applications dédiées.

durée : 00:05:36
• • 01’03 : Une application « évaluation préparée »
• • 02’48 : Une application « évaluation spontanée »
• • 04’40 : Participation des parents à la vie de l’école
• • 05’08 : Impact sur la pédagogie
Télécharger la vidéo

L’origine du projet

Dans ma classe de MS-GS qui se situe en Réseau d’éducation prioritaire (REP), j’ai mené une réflexion sur de nouvelles modalités d’évaluation en classe de maternelle. Après un Master 2 CIREF (Conception, intervention et recherche en éducation et formation) à l’Université de Reims et influencée par les travaux de divers chercheurs et IGEN, notamment M. Brigaudiot et V. Bouysse, j’ai souhaité mettre en œuvre une évaluation positive permettant de laisser plus de traces dynamiques axées sur l’observation, comme le préconisent les textes de référence récents (IO 2015). L’intérêt de cette démarche est de développer prioritairement le langage (axe central en maternelle).

J’ai débuté avec une tablette personnelle de 7 pouces. Cet outil me permet de garder trace des activités des élèves de façon à ajuster mes interventions et réguler ma pratique et, surtout, de m’appuyer sur leurs traces d’activités pour les faire interagir et instaurer un dialogue constructif avec les parents.

Dans cette optique, les QR-codes ou la réalité augmentée me servent de traces multimodales (oral, écrits, vidéos, capsules…). Ces documents multimédias élaborés avec et par les élèves se sont vite avérés des supports riches et motivants pour la mémorisation et la restitution en autonomie dans tous les domaines du programme.
Ils permettent aux élèves non seulement de s’autoévaluer, en favorisant l’engagement dans les activités mais également, en devenant acteurs, de construire leurs apprentissages en coopération avec leurs pairs. Ils agissent donc en prenant des initiatives et ne sont plus de simples exécutants. Enfin, ils comprennent le sens de la démarche car ils prennent de la distance par rapport à leurs productions. Ils acquièrent ainsi le sens de l’autonomie et du partage en développant les compétences d’élèves en devenir.

Le déroulement de l’activité
Des temps d’évaluation sont menés à l’aide de deux applications distinctes. La première évalue des compétences dûment répertoriées et listées en amont, correspondant aux nouveaux programmes de la maternelle. Les situations d’évaluation sont intégrées dans les moments d’apprentissage : c’est une véritable observation longitudinale qui exclut le formalisme du « papier crayon ».
La deuxième application consiste à garder traces d’observations spontanées durant les activités « ordinaires » de la classe : fabrication d’un collier, première tentative d’écriture cursive, témoignage écrits provenant de la maison, évolution du langage oral, etc.
Ces applications se présentent comme des portfolios nominatifs accessibles via une interface répertoriant la base des élèves de la classe. L’audio, la photo, le texte sous forme de dictée à l’adulte sont conservés dans des dossiers individuels numériques. Les traces d’activités peuvent être revues et commentées par l’élève lui-même (seul, avec l’enseignant ou les autres élèves). C’est une mémoire qui facilite l’apprentissage tout en permettant une différenciation : le dialogue pédagogique (qui peut être différé) permet alors de valoriser les progrès et de donner du sens aux activités orchestrées comme à celles plus spontanées. Le but étant d’objectiver les réussites en traçant des perspectives pour les séances suivantes. Cette co-évaluation est une forme de contrat dans lequel l’élève montre et explique ce qu’il sait faire et comment il le fait grâce aux critères de réussite définis avec lui. Certaines traces du portfolio sont sélectionnées par l’élève lui-même afin d’être intégrées au carnet de suivi des apprentissages. Les échantillons ainsi recueillis attestent de la réussite des élèves et, de ce fait, les valorisent.
Sur cette même base, des QR-codes permettent aux élèves de s’auto-évaluer (par exemple, mémoriser le lexique des instruments de durée). Tous ces outils sont disponibles en permanence dans la classe grâce à un affichage à hauteur d’élèves (murs de la classe, cahiers, couloirs…).
Par ailleurs, l’usage de la réalité augmentée sur certaines photos explicatives, dans le domaine Explorer le monde et dans celui du Langage, donnent aux élèves les moyens d’utiliser en autonomie des objets du quotidien (remonter un moulin à légumes, par exemple) afin de réinvestir un vocabulaire spécifique et de mettre en œuvre un savoir-faire. Bien entendu, ces vidéos de rappel ont préalablement servi de support langagier afin d’atteindre des compétences discursives ciblées riches et porteuses de sens (expliquer/décrire).
C’est également ces supports (QR-codes et réalité augmentée) qui permettent aux parents de consulter une vidéo des chants de la classe, des rappels de récits ou encore des réalisations interactives en arts visuels.

Les aspects techniques
Les deux applications (payantes) d’évaluation sont téléchargeables sur la plateforme IOS. Une application permet de créer et d’exploiter ces QR-codes à partir du contenu de la tablette. Aucune connexion à internet n’est nécessaire dans l’utilisation de ces applications, ce qui est idéal dans une classe sans wifi.
Seules les vidéos rendues accessibles aux parents, à l’extérieur de l’école, nécessitent un support internet afin qu’ils puissent les consulter avec leurs propres smartphones. Les QR-codes se génèrent facilement à partir d’une URL (l’URL est hébergée sur internet ou directement dans la tablette). Imprimés, ils peuvent être collés sur les livres de littérature, les affichettes, les imagiers, les boites d’objets, les rayonnages, les murs de la classe, le carnet de suivi… Ils renvoient alors à de l’audio, du texte ou encore à des vidéos.
L’application de réalité augmentée est disponible sur les plateformes Android et IOS. On peut facilement, depuis sa tablette, incruster une image ou une vidéo sur un élément du réel pour un enrichissement de contenu et donner de la valeur ajoutée au document. De plus, une application de livres interactifs exportables en vidéos (transformables en QR-codes) complète ce panorama des ressources utilisées.
Cette démarche de App Smashing, qui consiste à combiner et juxtaposer un ensemble d’applications et à créer des documents multimédias valorisants et pertinents pour les élèves, est au cœur de ce travail autour du numérique.

Les apports des TICE
L’usage de la tablette permet avant tout de garder traces des activités des élèves sous forme multimédia (photos, vidéos, textes, animations…), de les rappeler si nécessaire pour mettre en évidence les étapes franchies, et d’en porter témoignage auprès des parents. C’est un formidable outil d’inclusion pour les élèves porteurs de handicap qui permet la différenciation (paramétrage des applications).
L’usage des QR-codes autorise un usage en autonomie et facilite une auto-évaluation après avoir mobilisé le langage écrit et oral en vue d’une communication authentique. La relation avec les parents munis d’un smartphone et d’une application idoine est améliorée et positivée, en les rendant « complices » de ces observations. Ce lien école/famille est un axe privilégié du projet d’école et du référentiel de l’éducation prioritaire (coopérer utilement avec les parents).
Par ailleurs, les éléments recueillis dans les applications d’évaluation sont exportables sous forme papier ou numérique au choix (document PDF/diaporama) et peuvent être ainsi communiqués régulièrement aux familles. Ils peuvent être aussi un support aux entretiens dans l’année, pour faire le bilan de la période.

Les compétences mises en œuvre

De nombreuses compétences sont mobilisées à travers ces activités : par exemple, toutes les composantes du langage, à travers le rappel de récit, l’argumentation, les traces écrites, les dictées à l’adulte, l’expression orale, le lexique, la syntaxe permettent de « mobiliser le langage dans toutes ses dimensions ».
L’évaluation positive permet également de structurer le temps des apprentissages et d’en appréhender l’évolution (« à ce moment de l’année, tu as su faire ça… ») et développe la motivation, l’autonomie, l’estime de soi et le sens de l’effort.
C’est à ce titre que l’évaluation positive peut devenir un véritable levier au service de la réussite de tous les élèves. Le numérique permet une redéfinition de nos pratiques en facilitant la mise en œuvre d’activités didactiques et pédagogiques stimulantes et surprenantes à haute valeur cognitive.

Entretien avec Nadia Deche

Voir aussi :
• • Des modalités d’évaluation renouvelées
• • Utilisation d’un ENT en petite section de maternelle
• • Utilisation de la table interactive en petite section de maternelle

Extrait de cndp.fr/agence-usages-tice du 06.07.16 : Pratiques d’évaluation innovantes en maternelle avec deux applications 06/07/2016

Répondre à cet article