> 6 - DISPOSITIF > MIXITE SOCIALE, CARTE SCOLAIRE > Mixité sociale, Carte scolaire. Action et Situation locales à (...) > Le combat quotidien du principal du collège REP Aimé Césaire (Paris 18e) (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Le combat quotidien du principal du collège REP Aimé Césaire (Paris 18e) contre le contournement de la carte scolaire (Episode n° 21 de la chronique "Les Années collège" sur le site "Les Jours")

3 mai 2016 Version imprimable de cet article Version imprimable

Épisode n°21 de l’obsession "Les années collège"

La mixité sociale est un combat quotidien au collège Aimé-Césaire, qui doit composer avec les stratégies de contournement de la carte scolaire.

Sur le plan de quartier, un pâté d’immeubles de la rue Max-Dormoy est entouré en rouge avec, comme seule indication, en rouge également, le chiffre 3. "Ces trois élèves, ils sont pour nous", dit Jean-Louis Terrana en tapotant de l’index la carte posée sur son bureau.
Il décrypte : "Ça, c’est de l’haussmanien, des grands appartements. Ce sont des bobos." La composition sociologique de cet immeuble n’est pas indiquée aussi précisément dans les documents statistiques à sa disposition, mais le principal du collège Aimé-Césaire connaît son secteur comme sa poche. "Je me promène, je me renseigne, c’est finalement très empirique", dit-il l’air de rien. « Et là, répète-t-il tapotant à nouveau le cercle de feutre rouge, je sais que ce sont des familles plus aisées ».

Le principal a bataillé pendant des semaines pour que cette minuscule parcelle de la rue Max-Dormoy reste dans le périmètre de la carte scolaire d’Aimé-Césaire et n’échoie pas au collège voisin, qui lorgnait aussi dessus. Il a obtenu gain de cause.

Extrait de lesjours.fr du : « Ces trois élèves, ils sont pour nous »

Portrait et parcours du principal du collège REP Aimé Césaire

 

A l’origine de cette obsession des Jours, il y avait ces questions entêtantes sur la séparation des corps sociaux. Quelles mécaniques sont en œuvre pour qu’une société se retrouve aussi ségrégée entre périphéries et centres, entre Blancs et Noirs, entre riches et pauvres ? Quelles sont celles qui, au contraire, rassemblent et corrigent inégalités et différences ? Quand tout cela se joue-t-il ? À l’école, entre autres. Au collège en particulier. En classe de troisième précisément. Dans ce moment qui marque la fin de l’école unique, cette année de l’orientation scolaire.

La Chronique des Années collège sur le site Les Jours (nov. 2015) :
Extrait de lesjours.fr du 08.11.15 : Les années collège. « Les Jours » retournent en classe durant un an. Mais quelle idée ?

Répondre à cet article