> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES > LES PEDAGOGIES > Pédag. interdisciplinaire > « L’utilisation de l’interdisciplinarité dans le secondaire », par Catherine (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

« L’utilisation de l’interdisciplinarité dans le secondaire », par Catherine Reverdy. Document Veille & Analyses, IFÉ. Lyon : ENS de Lyon.

7 janvier 2016 Version imprimable de cet article Version imprimable

Reverdy Catherine (2016). « L’utilisation de l’interdisciplinarité dans le secondaire ». Document Veille & Analyses, IFÉ. Lyon : ENS de Lyon.

La problématique de l’interdisciplinarité telle que présentée dans la réforme du collège prévue en 2016 en France est beaucoup plus large que la question déjà complexe des contenus d’enseignement. En effet elle touche dans le second degré à l’identité professionnelle des enseignants, définie par l’appartenance disciplinaire ; elle touche aux pratiques pédagogiques des enseignants, qui devront être explicitées entre collègues de différentes disciplines alors qu’elles restent souvent la propriété de chaque enseignant ou de chaque discipline ; elle touche également aux formes de travail dans l’établissement, qui doivent être collectives alors que les enseignants ont traditionnellement l’habitude de travailler seuls ; elle touche enfin à l’autonomie des établissements, puisqu’il revient au collectif local de faire les choix des projets interdisciplinaires, à l’échelle du cycle et à l’échelle de l’établissement. [...]

Extrait de edupass.hypothses.org de janvier 2016 : L’utilisation de l’interdisciplinarité dans le secondaire

Disponible au format PDF

 

Voir aussi
Eduveille (Ifé) lance EduNews, une série de vidéos avec l’interview de l’auteur du dossier. Première vidéo : Catherine Reverdy sur l’interdisciplinarité

Note du Qz  : Cette analyse souligne la nécessité de bâtir l’interdisciplinarité autour d’un projet et du travail en équipe. En cela, l’interdisciplinarité rejoint un des principes fondamentaux de l’éducation prioritaire : la notion de projet collectif.

Répondre à cet article