> 5 - TYPES DE DOCUMENTS : Textes et Rapports officiels, Etudes, (...) > RAPPORTS OFFICIELS > Rapports d’observatoire > L’Observatoire des inégalités publie son premier rapport sur les inégalités en (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

L’Observatoire des inégalités publie son premier rapport sur les inégalités en France. Un chapitre sur l’école

5 juin 2015 Version imprimable de cet article Version imprimable

4 juin 2015 - L’Observatoire des inégalités publie son premier « Rapport sur les inégalités en France ». Une analyse des données présentées dans ce document par Louis Maurin, son directeur.

En ce printemps 2015, la situation sociale est sombre pour les milieux populaires. Le pouvoir d’achat augmente pour les plus riches et diminue pour les plus pauvres. La crise ne frappe qu’une partie de la population : les plus modestes, déjà fragilisés par des décennies de chômage. Les jeunes, les ouvriers et les employés, les femmes, la main d’œuvre peu qualifiée travaillant dans les petites entreprises du secteur privé et les immigrés sont en première ligne. De l’école à l’entreprise, de la consommation à la santé, les exclus et les privilégiés de la France d’aujourd’hui ne se limitent pas aux franges extrêmes de la population.

[...] Les initiés de l’école

Au-delà du statut, le privilège qui structure le plus notre société est le titre scolaire qui fonctionne comme un véritable capital culturel, selon l’expression du sociologue Pierre Bourdieu. Dans une société où la croyance dans la valeur des diplômes est démesurée [4], ceux qui détiennent un titre disposent d’une carapace protectrice. Le taux de chômage des sans diplôme s’élève à 16,8 % (données 2013) contre 5,7 % pour ceux qui se situent au-dessus de bac +2. Les cas de sur-diplômés sous embauchés ou au chômage existent aussi et se développent. Pour eux, le déclassement est particulièrement violent puisqu’ils sont censés sortir du lot.

A l’école, les privilèges dépassent, de loin, les filières d’excellence. Apprendre à lire aux enfants le plus tôt possible, en fin de section de maternelle (contrairement à d’autres pays comme la Finlande où cet apprentissage a lieu deux ans plus tard), creuse des écarts précoces du fait de la maîtrise du langage propre aux enfants des milieux diplômés. Dans la suite du cursus scolaire, du primaire au lycée, l’ « élitisme républicain » de notre système éducatif est, au fond, un élitisme social. Les programmes, la place des savoirs théoriques, l’évaluation-sanction répétée, sont taillés sur mesure pour les enfants de diplômés, en particulier [5]d’enseignants, qui maîtrisent les codes de l’école. 90 % de leurs enfants obtiennent le bac, deux fois plus que les enfants d’ouvriers non qualifiés : ces derniers sont-ils moins « méritants », moins « intelligents » ?

Le visage de la France qui décroche à l’école

A l’école, la moitié des décrocheurs ont un père ouvrier, 5 %un père cadre. 54 % des enfants en retard en troisième ont des parents non diplômés, 14 % ont des parents diplômés du supérieur. La France qui ne suit pas le rythme du système scolaire est dans son immense majorité issue des catégories modestes. L’intérêt porté aux filières prestigieuses par les catégories favorisées fait oublier son image inverse : les moins renommées, qui rassemblent les enfants issus pour l’essentiel des catégories populaires. Dans les filières pour les élèves les plus en difficulté au collège, les Sections d’enseignement général et professionnel adapté (Segpa), on trouve 84 % d’enfants issus des milieux populaires (ouvriers, employés, sans profession) et moins de 2 % d’enfants de cadres.
Le constat d’un système scolaire reproduisant les inégalités sociales est désormais partagé. Les données de l’enquête internationale Pisa de l’OCDE – auprès des élèves âgés de 15 ans – ont été largement diffusées, parfois jusqu’à l’excès. Mais l’hypocrisie règne : derrière les discours de justice sociale, aucune mesure sérieuse n’est mise en œuvre pour refonder l’école sur le fond, dans sa structure, ses programmes et sa pédagogie. [...]

Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités. Extrait du Rapport sur les inégalités en France, Observatoire des inégalités, juin 2015.

Extrait de inégalités.fr du 04.06.15 : Les plus pauvres décrochent, qui s’en soucie ?

 

Voir le sommaire du rapport et le bon de commande

 

Extrait du sommaire

[...] • Education - Retour à la lutte des classes

Données générales : • Le niveau de diplôme des Français • L’allongement inégal des scolarités • L’effort de la collectivité nationale par niveau d’enseignement et par élève • L’orientation à la fin du collège accentue les inégalités sociales
Ecole et origine sociale : • France, le pays où le milieu social influe le plus sur le niveau scolaire • Les inégalités sociales au collège • L’inégal accès au bac des catégories sociales • L’origine sociale des étudiants

Difficultés scolaires : • Retard scolaire : le grand écart entre milieux sociaux

Education et emploi • Le taux de chômage selon le diplôme • L’insertion professionnelle des jeunes : de fortes inégalités selon le diplôme • Les inégalités d’accès à la formation professionnelle

Filles et garçons à l’école : • Les filles, pas vraiment meilleures élèves que les garçons • Des parcours différenciés dans l’enseignement supérieur

Répondre à cet article