> VIE SCOLAIRE : Climat, Décroch., Internats, Rythmes, Santé > Climat scolaire, Harcèlement > Climat, Harcèlement (Positions de chercheurs et ex-responsables du (...) > Eric Debarbieux : il n’y a aucun déterminisme absolu à la violence à (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Eric Debarbieux : il n’y a aucun déterminisme absolu à la violence à l’école

4 novembre 2010 Version imprimable de cet article Version imprimable

[...] Cette violence est-elle selon vous importée dans l’école par les problèmes des sociétés contemporaines, ou spécifique à l’institution scolaire ? Autrement dit, est-on dans le modèle de la « forteresse assiégée » ou dans celui d’une institution qui générerait la violence ?

Toutes les études, notamment américaines, montrent que les causes de la violence sont extrêmement multiples, avec des risques accrus par l’exclusion sociale, notamment dans les quartiers les plus sensibles. Dans tous les cas, il existe une combinaison de facteurs : familiaux, socio-économiques, liés à la position des minorités et, également, à la personnalité des enfants violents.
Mais il n’existe aucun déterminisme absolu qui générerait un handicap « socioviolent » : on peut être noir, de famille monoparentale dont la mère est au chômage, vivant dans un quartier difficile sans pour autant développer une quelconque violence…

De son côté, l’école peut, elle aussi, produire de la violence. C’est ce qui se passe par exemple, lorsque la répartition des élèves engendre de véritables « classes-ghettos ». Certaines recherches présentent même les facteurs scolaires comme les plus déterminants. Ces facteurs sont liés à l’organisation des établissements, au mode de nomination des enseignants et à la stabilité des équipes, et aux pratiques pédagogiques. [...]
Propos recueillis par Martine Fournier

Extrait de profsencampagne.com du 01.03.15 : Pédagogie contre violence. Entretien avec Eric Debarbieux

Cet article a été publié dans "Sciences Humaines" du 01.09.2010 (après les Etats généraux de la sécurité des 7 et 8 avril 2010)

Répondre à cet article