> EDUCATION PRIORITAIRE > PEDAGOGIE EN ZEP > Pratique pédagogique (généralités) > Activités pédagogiques complémentaires : deux témoignages de profs des écoles (...)

Voir aussi:
- ci-dessus, en rouge, cliquable, le chemin des rubriques menant à cet article
- à gauche les mots-clés liés à cet article

Activités pédagogiques complémentaires : deux témoignages de profs des écoles en ZEP (le Café pédagogique)

15 octobre 2013 Version imprimable de cet article Version imprimable

APC : Que font les professeurs des écoles ?

L’aide personnalisée n’est plus, bienvenue aux activités pédagogiques complémentaires (APC) dans les écoles élémentaires et maternelles ! Ces APC peuvent prendre trois formes : l’aide aux élèves en difficulté, l’aide au travail personnel, un lien avec le projet d’école et/ou le projet éducatif territorial (PEDT). Les enseignants eux s’interrogent sur cette évolution du temps scolaire et son impact sur les choix éducatifs au sein des équipes. Le Café est allé à la rencontre d’enseignants alto-séquanais conscients du caractère transitoire cette année scolaire.

Entre soutien et projet, le cœur des enseignants balance

M. Jean-Marc Furgerot, directeur de l’école élémentaire [RRS] Henri Wallon à Bagneux explique les choix opérés par l’équipe enseignante « Nous allons moduler progressivement la mise en place des APC. Nous commencerons par faire de l’aide personnalisée et de la méthodologie pour les élèves les plus en difficulté pour leur donner un coup de fouet, l’objectif principal étant d’améliorer leur estime de soi pour les engager dans les apprentissages. Par exemple en CP, pour réinvestir ces activités avec le groupe entier, la classe va commander aux élèves des APC la fabrication de jeux mathématiques. » En un deuxième temps, ce sera des ateliers proposés par cycle.

Chaque enseignant proposera un atelier, les enfants, de toutes les classes d’un cycle, les fréquenteront en fonction de leur profil et pourront aussi « tourner » et les découvrir tous au fur et à mesure de l’année scolaire. Pour ces ateliers, l’équipe ne va pas suivre forcément un rythme hebdomadaire classique mais a opté pour des modules massés « réputés plus efficaces pour certaines activités comme le théâtre ». M. Furgerot souligne que l’intérêt majeur de ce dispositif réside dans l’adoption « de choix méthodologiques cohérents dans toute l’école. » Quelques exemples ? Anglais en CE2, théâtre pour les CE1 et les CM1, cuisine (avec rédaction de recettes, mesures, et vente de gâteaux) pour les CE2. Selon M. Furgerot, les APC ne sont qu’une étape : « à terme l’école doit s’ouvrir à d’autres activités ».

 

Mélanie Vaugirard, professeur des écoles à l’élémentaire Paul Vaillant Couturier [ECLAIR à Bagneux aussi ??], explique que l’équipe a choisi la même progression « Les premières semaines, nous les consacrerons au soutien. Pour deux raisons : pour bien suivre les élèves qui nous ont été signalés par leurs enseignants de l’année dernière et puis les projets de classes n’ont pas encore tous démarré. Ensuite, nous allons consacrer les APC pour déployer les projets de classe, les élèves s’y inscrivent sur la base du volontariat. » En revanche dans cette école, le cycle 2 fera les APC après la classe et le cycle 3 le matin avant la classe. Quid des fratries ? « Nous nous sommes déjà organisés entre enseignants pour éviter aux parents des aller-retour nombreux et décourageants » répond Mme Vaugirard.

[...]

Ange Ansour

Circulaire définissant les APC

circulaire définissant les obligations de service des enseignants du premier degré

Répondre à cet article