> 7 - DISPOSITIFS, VIE SCOLAIRE, ÉVALUATION... > Discriminations et Ethnicité > Enfant de voyageurs en ZEP > Enfants roms : témoignage dans une école de Bobigny George Pau-Langevin (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Enfants roms : témoignage dans une école de Bobigny
George Pau-Langevin défend la scolarisation
Un livret à l’intention des enseignants accueillant des enfants roms (17 p. sept. 2013)

1er octobre 2013 Version imprimable de cet article Version imprimable

L’école Marie-Curie de Bobigny scolarise une bonne moitié des enfants Roms du "camp des coquetiers", qui a été démantelé le 27 août. "Mais tous étaient présents le jour de la rentrée", déclare à ToutEduc Véronique Decker, sa directrice.

[...] Interrogée sur cet attachement à l’école qu’elle constate, elle décrit une population qui réagit comme les milieux populaires français. Elle dit qu’elle voit de plus en plus d’élèves qui "s’accrochent" au collège, notamment depuis qu’ils ont l’espoir de pouvoir signer de contrats d’apprentissage à compter du 1er janvier 2014 et de la fin des restrictions de l’accès au marché du travail. "Ils veulent être boulangers, mécaniciens..." Véronique Decker évoque, à l’inverse, une culture où l’enfance, comme dans la France des années 20 d’ailleurs, se termine tôt. On se marie à 14-15 ans, et on ne va pas à l’école quand on est un adulte. De plus, le collège n’est "pas toujours adapté" à des jeunes qui "adorent la pédagogie Freinet".

Autre difficulté, les familles se plaignent que leurs enfants ne sont pas toujours traités comme les autres, et mis dans des classes à part. Véronique Decker persuade les mères de les mettre en maternelle dès 3 ans, pour qu’ils soient "comme les gadjé", tous originaires d’ailleurs du Maghreb ou d’Afrique subsaharienne dans cette école, et que, parlant bien français, ils soient accueillis dans les mêmes CP que les autres. Cela va à l’encontre d’une culture populaire qui considère que l’enfance est courte et qu’il faut éviter de faire pleurer les petits.

Extrait de touteduc.fr du01.10.13 : L’atttachement à l’école des enfants roms. l’exemple de Bobigny

 

"La scolarisation est une condition sine qua non de l’insertion." Le 27 septembre, la ministre de la réussite éducative a pris position en faveur de la scolarisation des Roms en s’exprimant devant la Mission sur l’évacuation des campements illicites à l’Assemblée.

La ministre a rappelé la circulaire interministérielle du 22 août 2012. "Les particularismes sociaux et culturels ne sauraient justifier le non-respect de nos principes fondamentaux et de nos engagements internationaux comme la Convention Internationale des droits de l’enfant", a -t-elle ajouté. "L’« école pour tous » n’est pas un credo démagogique, mais une expression politique du principe juridique d’égalité ou de non-discrimination sur lequel repose notre République. Nous rejetons tout discours essentialiste nous croyons au contraire que tout enfant est éducable et que nul n’est délinquant ou marginal par nature".

"Mais, il est de la responsabilité de la puissance publique de faire respecter la Loi, y compris en démantelant des campements illicites et dangereux", a-t-elle admis. "Pour autant, il ne s’agit pas seulement d’évacuer, de démanteler ou d’expulser. Une politique équilibrée, ferme et humaniste, respectueuse à la fois de l’ordre public et de la dignité humaine , signifie une application effective des indications de la circulaire, à commencer par le déclenchement systématique et le plus en amont possible d’un travail de concertation, de diagnostic et d’accompagnement des populations présentes dans les campements".

Extrait de cafepedagogique.net du 30.09.13 : Roms : Pau-Langevin défend la scolarisation

 

Il y a déjà été fait référence, mais il est bon d’y revenir car le sujet demande de poser toutes les précautions possibles, devant les égarements des uns et des autres : George Pau-Langevin, ministre déléguée chargée de la réussite éducative, s’est exprimée lors du colloque de la mission relative à l’anticipation et à l’accompagnement des opérations d’évacuation des campements illicites, à l’Assemblée nationale, vendredi 27 septembre 2013. Ses affirmations sonnaient juste à tous les sens du terme : "Ensemble, faisons que la situation des familles Roms échappe à la pure et simple instrumentalisation politique, pour trouver au contraire des solutions puisées dans les principes et valeurs de la République. Notre pays a su, au fil du temps, intégrer des populations variées, souvent marquées à leur arrivée par la précarité et la marginalité."

Extrait de cahierspedagogiques.com du 27.09.13 : Revue de presse

 

"Le Gouvernement veut assumer une politique volontariste et courageuse qui dépasse de loin le simple démantèlement de campements illicites" occupés par des Roms, et s’il doit "faire respecter la loi", faire face à des questions de "salubrité" et de lutte contre les réseaux mafieux, il rejette "tout discours essentialiste".
George Pau-Langevin a rappelé que l’accès à l’école était "un droit fondamental de tout enfant" et que la scolarisation de jeunes Roms était un véritable enjeu pour leur avenir, mais aussi pour l’inclusion des familles. Elle a rendu hommage aux équipes enseignantes qui "s’appliquent à faire vivre le principe de l’école inclusive", mais, s’exprimant manifestement au nom du chef du Gouvernement, elle a ajouté que "nul peuple n’était délinquant ou marginal par nature". Elle a ajouté que "la controverse" sur l’espace Schengen n’était "pas pertinente".

Extrait de touteduc.fr du : Roms : "Nul peuple n’est délinquant ou marginal par nature" (G Pau-Langevin pour le Gouvernement)

 

Collectif pour le droit des enfants roms à l’éducation (CDERE)

Fiches d’information à l’usage des enseignants concernant l’accès des enfants roms à l’éducation

Les enseignants expriment clairement la demande de disposer d’informations, d’outils pédagogiques et de formation pour pouvoir accueillir de manière efficace
des enfants vivant en condition de grande précarité en squat et bidonville.
.
Ils se sentent en difficulté notamment lorsqu’ils ne sont pas renseignés sur le milieu dans lequel vivent leurs élèves, leurs conditions de vie, les raisons qui expliquent leur manque d’assiduité, ou lorsqu’ils n’ont aucun parent comme interlocuteur.

[...] Ce petit livret est adressé aux enseignants afin d’apporter les quelques informations de base qui pourraient leur être utiles pour mieux connaître ces enfants et leur cadre de vie.

Extrait de questionsdeclasses.org de septembre 2013 : Fiches d’information à l’usage des enseignants

 

Voir sur le site de l’OZP dans la rubrique "Vie scolaire" la sous-rubrique "Enfants de voyageurs en ZEP"

Répondre à cet article