> VIE SCOLAIRE : Climat, Décroch., Internats, Rythmes, Santé > Climat scolaire, Harcèlement > Climat, Harcèlement (Positions autres : observateurs, assoc., (...) > Le climat scolaire, clef de la refondation ?, une synthèse sur les facteurs (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Le climat scolaire, clef de la refondation ?, une synthèse sur les facteurs du climat scolaire par Jean-Pierre Véran (Lettre professionnelle des cadres de l’éducation)

2 janvier 2013 Version imprimable de cet article Version imprimable

Le climat scolaire : clef de la refondation ?
par Jean-Pierre Véran (Cap-éducation, 31.12.12)

Le site du ministère de l’éducation nationale a annoncé « La création de 500 emplois d’assistants chargés de prévention et de sécurité (APS) »[1], présentée comme celle d’ « un nouveau métier » dont « l’objectif est de renforcer la présence des adultes dans les établissements afin d’instaurer et de maintenir un climat apaisé, propice aux apprentissages et garantissant le bien-être des élèves comme des personnels. » Il n’est pas sûr que cette mesure, ajoutée à la création de 100 postes de CPE et de 2000 postes d’assistants d’éducation en cette rentrée 2012, atteigne l’objectif visé. En effet, « un climat apaisé favorable aux apprentissages et au bien être » résulte d’une multiplicité de facteurs qui ne se réduit pas au renforcement de la présence d’adultes dans les établissements.

La publication récente d’un rapport au comité scientifique de la direction de l’enseignement scolaire intitulé Le « Climat scolaire » : définition, effets et conditions d’amélioration[2], fournit à tous ceux qui actuellement argumentent et échangent, dans le cadre du débat sur la refondation de l’école, des éléments précieux de réflexion sur les conditions d’amélioration du climat scolaire.D’une part, les données fournies, scientifiquement établies, permettent de faire la part de la médiatisation d’affaires spectaculaires de violence en milieu scolaire[3] et de la réalité de la perception du climat scolaire par les élèves et personnels eux-mêmes. Selon deux enquêtes réalisées en 2010 et 2011une très grande majorité des élèves de France vivent plutôt heureux dans leur école ou leur collège. D’autre part, et c’est ce que nous retiendrons, les auteurs de l’étude insistent sur le fait que le climat scolaire ne se réduit pas à une comptabilisation des faits d’impolitesse, d’incivilité, de violences diverses[4], mais tient à l’ensemble de la conception et du déroulement des apprentissages scolaires. Les auteurs écrivent : « Travailler sur la notion de « climat scolaire » est donc bien travailler sur des questions touchant à la construction et à la transmission des connaissances, ce n’est pas un simple ajout plus ou moins utile aux missions " fondamentales » de l’école ».

Extrait de cap-education.fr du 31.12.12 : Le climat scolaire : clef de la refondation ?

Répondre à cet article