> PILOTAGE, MIXITE SOC., ACCOMPAGNEMENT, ÉVALUATION... > Mixité sociale et Carte scolaire > Mixité sociale et Carte scolaire (Dossiers et Actes) > Quelle nouvelle géographie prioritaire ? Le compte rendu de la rencontre OZP (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Quelle nouvelle géographie prioritaire ? Le compte rendu de la rencontre OZP par le Café pédagogique

13 décembre 2012 Version imprimable de cet article Version imprimable

L’OZP recevait mercredi 12 décembre Claude Dilain, maire de Clichy-sous-Bois, sénateur et animateur d’un groupe de travail sur la réforme de la géographie prioritaire. Il a annoncé que la nouvelle carte des territoires serait applicable en 2014 et qu’une période de transition serait ouverte pour les établissements scolaires qui ne seraient plus reconnus dans le nouveau zonage.
Dans un courrier adressé à Vincent Peillon le 12 décembre, l’Observatoire des zones prioritaires (OZP) demande une carte resserrée et des postes supplémentaires profilés pour ces territoires. L’OZP demande l’introduction d’un nouvel article dans la loi d’orientation.

Resserrer les moyens
"Quand on a 2 500 zones prioritaires la question de la priorité devient très relative". Claude Dilain a rappelé "le patchwork compliqué" des zones prioritaires qui existe actuellement entre zones urbaines sensibles, zones franches, zones de redynamisation, zones de contrat urbain de cohésion sociale etc. Cet héritage laisse "une géographie illisible où on ne comprend rien". La nouvelle carte sera plus resserrée avec seulement 100 ou 200 zones au maximum. Cela correspond à une demande de la Cour des comptes qui dans son rapport sur la politique de la ville appelle à concentrer l’action sur certains territoires.

Quelle géographie pour l’éducation prioritaire ?
Parmi les critères de définition des nouvelles zones, où le ministère de la ville dépensera son budget, C Dilain souligne le revenu médian par habitant. A côté du financement par l’Etat, il y aura un fonds de péréquation intercommunal car la constitution de ces zones se situe dans une géographe intercommunale plus large. C’est le point le plus sensible du projet de loi.

L’Education nationale a annoncé qu’elle respecterait la nouvelle carte établie par la loi. "On ne va pas aider tout le monde de la même façon" a prévenu C. Dilain. "Il y aura une période de transition" pour le passage de l’ancienne cartographie à la nouvelle. "Si un établissement sort de zone on ne supprimera pas les moyens du jour au lendemain". La nouvelle loi devrait entrer en débat fin janvier 2013. Elle sera appliquée en 2014.

 

La demande de l’OZP

Dans un courrier du 12 décembre, l’Observatoire des zones prioritaires demande au ministre de l’éducation nationale une nouvelle politique "centrée sur les territoires socialement les plus défavorisés". Cette demande fait suite à la volonté exprimée par la concertation nationale d’une délabellisation des territoires prioritaires.
Sur ces territoires, pour l’OZP, les moyens doivent être attribués à la pédagogie et non à des suppléments de rémunération pour les enseignants. L’OZP demande des postes pour des expériences de "plus de maîtres que de classe" et un encadrement sur postes à profil. " Plutôt qu’à une baisse des effectifs des classes dont les années passées ont montré la relative inefficacité, il semble important de consacrer les moyens supplémentaires à une aide pédagogique dans la ligne de ce qui a été fait avec les professeurs référents ou professeurs d’appui et avec les assistants pédagogiques", écrit l’OZP. "L’aide aux élèves doit pouvoir se faire aussi au sein des cours dans des co-interventions qui suivent au plus près les processus d’apprentissage des élèves... La suppression de la « prime ZEP » pourrait être compensée par un peu de temps accordé aux enseignants de ces établissements."

Dans ces territoires, " les liaisons établies entre les classes de Cm2 et 6e sont un acquis de l’éducation prioritaire qu’il convient de prolonger et de renforcer... Il faut en ce sens favoriser les échanges d’enseignants entre l’école primaire et le collège" dans une philosophie qui se rapproche de celle de l’école du socle.

Enfin l’OZP demande "un pilotage fort" des réseaux d’éducation prioritaire avec un accompagnement "proche et continu".

Extrait de cafepedagogique.net du 13.12.12 : Quelle nouvelle géographie pour l’éducation prioritaire ?

 

Voir aussi le compte rendu de cette rencontre par Tout Educ

Répondre à cet article