> ACTEURS /POSITIONS > ACTEURS > Enseignants > Enseignants (Témoignages, Portraits) > Que sont devenus les "maîtres supplémentaires" qui existaient en primaire (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Que sont devenus les "maîtres supplémentaires" qui existaient en primaire dans certaines académies les premières années des ZEP ? Deux témoignages

1er février 2012 Version imprimable de cet article Version imprimable

Editorial de Marcel Brun, dans l’Expresso du 30.01.12 à propos de la Journée du GFEN sur les maternelles

« Parce que, tu comprends, c’est toujours sur les mêmes que ça tombe, m’expliquait à la pause une participante. On ferme les classes dans les écoles qui se vident, pas dans celles qui attirent les parents. On retire les maitres supplémentaires qui subsistaient encore en ZEP. Et on supprime les postes de RASED restés vacants au mouvement parce que situés dan les zones trop difficiles.

Alors tu vois, au bout du compte, non seulement on pique des moyens de l’Ecole, mais c’est encore les élèves qui en auraient le plus besoin qui vont en faire les frais. Jusqu’à quand ? »

Extrait de cafepedagogique.net du 30.01.12 : Toujours les mêmes ?

 

Note du QdZ : Il ne s’agit pas ici de professeurs "supplémentaires" ou "profs référents" en RAR mais de postes de maîtres supplémentaires qui avaient été accordés il y a bien longtemps dans certaines ZEP.

Nous avons recueilli deux témoignages d’anciens des ZEP (et de l’OZP) à ce sujet :

- Les "maîtres supplémentaires" ont existé dans un certain nombre d’académies (et pas seulement en Ile-de-France) dans les années 90. Pour l’académie de Versailles, le département de l’Essonne avait été choisi par le recteur Alliot pour expérimenter cette idée. Un IA-adjoint de l’Essonne avait été désigné pour suivre et évaluer l’expérience. Un rapport d’évaluation a été établi. Les effets étaient variables. Comme on ne savait pas trop s’y prendre, les fonctions réelles furent variées.

Ce qui devait arriver arriva : les abus (collègues qui en profitaient pour ne rien faire) ont permis à l’administration, à partir de 1993, de supprimer petit à petit les postes, y compris ceux qui avaient été très positifs pour l’école, les écoles et la ZEP.

- Cela a existé [dans l’Essonne] au tout début des ZEP en 1981.
Je me souviens qu’à l’élémentaire les collègues avaient constitué un « mini CP » avec des enfants dont nous avions dit en GS de mater’ que le CP serait TRES difficile. Résultat : à la fin de l’année de CP tous ces enfants savaient lire.

Sur cette catégorie de spécifique de postes en ZEP, voir aussi
- Qui sont les "animateurs de soutien zep" créés en 1982 en maternelle et élémentaire dans certaines académies (suite) ? 9 de ces postes vont être supprimés à Mulhouse
- Les maîtres supplémentaires en ZEP (suite). En Seine-et-Marne, où on les appelle MAZEP ("Maîtres auxiliaires de zone d’éducation prioritaire"), chargés de la prévention de l’illettrisme), 18 postes sur 24 vont être supprimés

Répondre à cet article