> EDUCATION PRIORITAIRE > EDUC. PRIO. DEDOUBLEMENTS, Pdmqdc, Taille des classes > EP. DEDOUBL., Pdmqdc, Taille (Déclarations gouvernementales) > Selon le ministère, les suppressions de postes ne devraient pas affecter les (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Selon le ministère, les suppressions de postes ne devraient pas affecter les effectifs des classes en éducation prioritaire qui restent fixés à 25 élèves

21 décembre 2011 Version imprimable de cet article Version imprimable

Le nombre d’élèves par classe devrait par ailleurs augmenter dans les écoles et les collèges, à l’exception des zones d’éducation prioritaire, où le plafond réglementé a été fixé un maximum de 25 élèves par classe.

Extrait de orientations.com du 20.12.11 : Accélération des suppressions de postes d’enseigants à,travers la France

 

Qui sera frappé ? Pour le SNUIPP, si le président tient son engagement de ne pas changer le nombre de classes, "une purge se prépare sur tous les postes hors classe". Les remplaçants, dont on perçoit dès maintenant qu’ils manquent à certains endroits, les enseignants spécialisés des RASED, les animateurs TICE et langues et les maternelles devraient en faire les frais. Le 18 décembre, la Fnaren, qui réunit des enseignants des Rased, appelle les parents à réagir. « Cette carte des suppressions, en ciblant essentiellement les postes dits « hors classe », va contraindre les Recteurs et les Inspecteurs d’Académie à supprimer en priorité les postes de rééducateurs et d’enseignants spécialisés des RASED pour la troisième année consécutive. C’est un véritable couperet qui s’abat sur les RASED en les désorganisant complètement pour la rentrée 2012. »

Dans le second degré, « dans le cadre du dialogue de gestion et des échanges permanents entre l’administration centrale et les recteurs d’académie, le niveau et les possibilités de mobilisation des différents leviers ont été examinés académie par académie ». Le ministère a pris en compte « la taille des classes des collèges qui ne relèvent pas de l’éducation prioritaire », « les décharges de service d’enseignement », « le dispositif de remplacement des enseignants absents » ainsi que « l’organisation de l’offre de formation en lycée d’enseignement général et en lycée professionnel ».

Extrait de cafepedagogique.net du 21.12.11 : Indigestion de suppressions de postes

 

Ce sont les recteurs qui décident localement des suppressions. Le ministère a déjà expliqué qu’il tablait sur une dizaine de « leviers » qui devraient les guider. Le nombre d’élèves par classe devrait augmenter dans les écoles et les collèges, sauf en éducation prioritaire où un plafond réglementé fixe un maximum de 25 élèves.

Extrait de lefigaro.fr du 19.12.11 : http://www.lefigaro.fr/actualite-fr...

 

A part la Guyane, toutes les aca­dé­mies per­dront des postes. Celle de Lille est la plus tou­chée. Elle devra rendre 988 postes d’enseignants au total : 399 dans le pri­maire et 589 dans le secon­daire. Suivent Nancy-Metz (367 et 425), Versailles (260 et 495), Créteil (233 et 362) et Aix-Marseille (219 et 285).

[...] Les syn­di­cats pré­voient que le gou­ver­ne­ment va sur­tout sup­pri­mer des postes de rem­pla­çants, d’intervenants en langue et de Rased, tout en pour­sui­vant la baisse de la sco­la­ri­sa­tion des deux-trois ans, pas­sée en 10 ans de 34% à 13%.

Extrait de vousnousils.fr La carte des suppressions de postes

 

Voir aussi sur le site de l’OZP : Un avis de l’Assemblée nationale sur la loi des finances 2012 porte sur les RASED. Il traite également du coût de l’éducation prioritaire et d’Eclair (1 milliard d’euros) et fait le bilan de la sédentarisation des enseignants spécialisés dans les écoles en ZEP

Répondre à cet article

4 Messages de forum