> 6 - DISPOSITIF > DEDOUBLEMENT, PDMQDC et TAILLE DES CLASSES > L’éditorial de l’Expresso revient sur la promesse du président de la République (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

L’éditorial de l’Expresso revient sur la promesse du président de la République de limiter à 15 le nombre d’élèves en ZEP

24 septembre 2008 Version imprimable de cet article Version imprimable

Extrait de L’Expresso du 24.09.08 :

[...]

Pourtant cette question mérite d’autant plus d’être posée qu’elle permet d’atteindre des solutions. Pour ces catégories [défavorisées] de la population, on sait que c’est au début de la scolarité que l’écart se creuse.

Alors osons le dire : un gouvernement qui réduit la scolarisation à deux ans ne lutte pas contre l’échec scolaire. Il est impératif de la proposer au moins dans les zones prioritaires.

On sait aussi, grâce aux travaux de Picketty, que diminuer le nombre d’élèves en classe est efficace pour les établissements ZEP. Or on sait ce qu’il en est des postes... le président de la République avait promis des classes de 15 élèves en zep. Exigeons l’application de cette mesure.

[...]

Lire l’éditorial complet

 

Note du QdZ : en 2004, déjà :

Extrait des archives de l’Expresso du 13.09.2004 : Pédagogie : L’étude de T. Piketty rouvre la question des moyens

"L’étude de T. Piketty établit que la diminution des effectifs élèves a un effet sur la réussite scolaire. De nombreuses études précédentes donnaient à penser qu’il n’y a pas de lien entre le nombre d’élèves et les résultats scolaires. T. Piketty a utilisé une méthode nouvelle : il s’est intéressé aux discontinuités liées au franchissement de seuil d’ouverture de classe. On sait que quand une classe dépasse 30 élèves en CE1, par exemple, le rectorat autorise l’ouverture d’une nouvelle clase ce qui fait descendre l’effectif moyen. T. Piketty établit qu’une "réduction d’un élève par classe de la taille de CE1 conduit à une augmentation de 0,7 point du score obtenu par les élèves défavorisés aux évaluations de maths du début de CE2... La légère politique de ciblage des moyens actuellement en vigueur en ZEP (taille moyenne des classes de 21,9 en zep contre 23,3 hors zep) permet de réduire d’environ 10% l’écart de réussite.. Cet écart pourrait être réduit de 40% si l’on mettait en place un ciblage fort avec une taille de classe moyenne de 18 en Zep et 24,2 hors zep". Car la baisse des effectifs, pour T. Piketty, n’a de sens que pour les zep : elle affecte beaucoup moins la réussite des enfants favorisés. Aussi met-il en accusation la politique gouvernementale : "la relative modestie des politiques de ciblage des moyens en faveur des écoles défavorisées actuellement en vigueur en France peut difficilement se justifier par l’idée selon laquelle de telles politiques ne marchent pas". Voilà la question des moyens relancée par la recherche pédagogique."

Répondre à cet article