> 10 - AGENDA > 51- Archives > Revue de presse : archiv. 2008-2001 (non classées en rubriques (...) > Revue de presse. Archives 2008 à 2004 > année 2005 > juin > 05/06 - Un nouveau livre contre l’exclusion scolaire

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

05/06 - Un nouveau livre contre l’exclusion scolaire

5 juin 2005 Version imprimable de cet article Version imprimable

Extrait du site de «  Prisme », le 05.06.05 : « Prévenir l’exclusion scolaire et sociale des jeunes », sous la direction de Danielle Zay, aux Presses Universitaires de France, 6, avenue Reille -75685 Paris Cedex 14

Danielle ZAY est professeur à l’Université Charles De Gaulle Lille III, coordinatrice du réseau 15 de l’EERA (European Educational Research Association). Elle a été responsable de projets européens, dont le projet Interreg II Nord Pas-de-Calais/Kent Transmanche financé par le FEDER (Fonds européen de développement régional), qui a donné naissance à cet ouvrage. Les auteurs qui y contribuent sont des universitaires, des doctorants et des professionnels de l’éducation, français et britanniques.

Les statistiques des pays de l’Union européenne montrent que l’exclusion scolaire et l’exclusion sociale sont liées. L’insertion sociale dépend de l’insertion professionnelle, qui est d’autant mieux assurée que le niveau de diplôme est plus élevé. Mais les statistiques jettent aussi un doute sur le rôle que l’école peut jouer dans la prévention de l’exclusion sociale des jeunes. Dans tous les pays européens, la croissance laisse subsister des « poches » de pauvreté et de relégation économique et sociale, et c’est dans ces zones que se trouvent situés les établissements scolaires dont les élèves ont des résultats inférieurs à la moyenne nationale.

La recherche menée par des universitaires et des professionnels dans deux régions défavorisées en France et en Angleterre vise à repérer quelles sont les pratiques et les dispositifs susceptibles d’aider les jeunes marginalisés. L’intérêt de cette approche comparative est que les deux pays représentent les perspectives les plus opposées parmi les paradigmes européens de l’exclusion et de sa prévention à l’école. En effet, l’Angleterre est dans une vision néo-libérale qui considère les lois du marché comme un régulateur, y compris en éducation, alors que la France perpétue, quels que soient les aléas de sa réalisation, le paradigme durkheimien de la solidarité face à l’exclusion. Sa politique vise à moderniser l’éducation nationale et à la décentraliser, mais en conservant comme garant de l’égalité des chances la régulation par une administration forte.

Consulter le site de Prisme

Répondre à cet article