> INEGALITES SCOLAIRES, MIXITE SOCIALE, PAUVRETE, ETHNICITE, OUVERTURE (...) > Ethnicité, Laïcité, Racisme, Immigration > Journée OZP 2011. "Face à la concurrence, l’école inclusive", par Françoise (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Journée OZP 2011. "Face à la concurrence, l’école inclusive", par Françoise Lorcerie (texte intégral de l’exposé 12 p. + compte rendu du Café pédagogique)

6 juillet 2011 Version imprimable de cet article Version imprimable

Journée nationale OZP, 21 mai 2011

Face à la concurrence,
une école inclusive en particulier dans les zones populaires

Françoise Lorcerie
Cnrs-Iremam

Cet exposé comprend quatre temps.

(1) Le premier (traité ici très brièvement) fait écho à la conférence de Sylvain Broccolichi. Il rappelle que la concurrence entre les établissements et les secteurs scolaires accroît la ségrégation dans le système scolaire et abaisse la réussite scolaire d’ensemble.

(2) Le deuxième temps s’attarde sur un fait, qui s’inscrit dans ces fonctionnements : l’échec scolaire très marqué des garçons issus des flux migratoires postcoloniaux. Ce fait est encore méconnu en France. Or il pourrait être un facteur dynamisant pour l’éducation prioritaire, c’est du moins le sens de notre argument.

(3) Le troisième temps propose un zoom sur l’Angleterre. L’échec scolaire typique des garçons originaires des Caraïbes y est reconnu depuis quelques années. L’OFSTED, organe indépendant chargé de l’audit des établissements scolaires anglais, s’est emparé de la question et a fait connaître comment s’y prennent les écoles qui réussissent à limiter cet échec scolaire profond des garçons black Caribbean.

(4) De cette expérience, et du thème de l’école inclusive, qui s’est répandu dans le monde, il semble possible de tirer une leçon pour la France. Il s’agirait d’articuler la politique d’éducation prioritaire, à laquelle l’OZP dédie ses forces, avec la visée d’inclusion, qui peut lui donner une philosophie et une dynamique opératoire qui lui font parfois défaut. On finit en restituant quelques éléments de la discussion.

Lire le texte intégral (12p.) en version PDF ci-jointe

 

Ci-dessous des extraits du compte rendu du Café pédagogique

C’est à partir de la vision anglo-saxonne de « l’école inclusive » que Françoise Lorcerie ouvre son propos conclusif. Entre l’accroissement des phénomènes de concurrence en éducation et la baisse relative des résultats de l’école française, quelle perspective engager ? D’abord, s’amuse-t-elle, le marché n’est pas toujours là où on le croit : « regardez le système des barèmes de mutation des enseignants. N’est-il pas la marque de la fixation du prix des postes des professeurs. N’est-ce pas le signe d’un marché sauvage, peu régulé par autre chose que la loi du plus fort, ou du plus ancien ? »

Elle poursuit le propos :

« Une des manières de regarder les résultats d’un système éducatif est de ne pas regarder les moyennes, mais de regarder la situation des élèves les plus désavantagés : dans certains pays, les élèves plus en difficulté réussissent mieux qu’ailleurs. Il faut oser dire que c’est la ségrégation ethnique qui s’accroit, davantage que la ségrégation sociale : quand les populations africaines deviennent relativement importantes, les quartiers deviennent évités par les populations blanches ». Ainsi, des statistiques de la DEPP, elle tire le chiffre « incroyablement élevé » d’un tiers de garçons issus de l’immigration africaine sortant de l’école, sans diplôme, pour 9% des filles de la même origine, score équivalent des garçons d’origine européenne (5% pour les filles d’origine européenne).

Extrait du cafepedagogique.net du 22.05.11 Françoise Lorcerie : « Avec l’école inclusive, affirmer des valeurs »

Documents joints

Répondre à cet article