> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES > ACTIONS PEDAGOGIQUES LOCALES (par niveau et discipline) > Actions locales AU COLLEGE > Collège (Actions autres ou pluridisciplinaires) > "Aménagement des espaces et innovation pédagogique" dans l’académie de Lille (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

"Aménagement des espaces et innovation pédagogique" dans l’académie de Lille (Sepia) : description détaillée de 4 actions en collège REP et REP+ (2019)

30 octobre Version imprimable de cet article Version imprimable

Groupe de travail sur l’aménagement des espaces
Fait avec le sourire

Le padlet

 

Collège [REP] Victor Hugo d’Auby. Théâtraliser l’espace.

Projet mené en académie par : Collège Victor Hugo -Auby.
Niveau(x) de classe concerné(s) : 6ème, 5ème, 4ème, 3ème, y compris Ulis et Segpa.
Enseignant(s) porteur(s) : FRANCO-SANTERRE Caroline caroline.franco@ac-lille.fr

Type(s) d’espace(s) aménagé(s)
o Salle de classe d’anglais
o Couloirs, cour, cantine, classe adjacente, hall, escaliers.
o Cour, espaces extérieurs autour du bâtiment / espaces communaux extérieurs au collège, médiathèque...

Résumé du projet
Comment optimiser l’espace de la salle de classe en particulier et celui d’autres lieux du collège en général au service d’un projet d’écriture ?
Les différentes activités liées à l’écriture de saynètes visent la préparation de productions orales en interaction et en continu. La réalisation de ce projet commun de classe cherche aussi à fédérer l’ensemble des élèves, en dépit de leurs profils multiples

Genèse du projet
• Constat(s) à l’origine :
Difficulté d’amener l’intégralité des élèves vers le travail dans une configuration de classe classique. Nécessité d’intégrer les Segpa, les Ulis, les élèves dys ou ayant des difficultés cognitives dans les activités de groupes, sans oublier les élèves plus performants ou sans difficulté spécifique. Volonté d’instaurer un climat propice au travail en tenant compte du bien-être de chacun afin de permettre à chaque élève de devenir acteur, au sens propre comme au figuré, de son apprentissage de la langue et de la culture anglo-saxonne.

• Freins observés sur les enseignements et/ou apprentissages dans les espaces d’origine :
Les élèves, notamment à profil particulier ou en difficulté, ne se sentaient pas tous engagés dans une dynamique de travail de classe ou de groupes. Certains n’accrochaient pas aux apprentissages et demeuraient en marge de la classe et/ou de la discipline.

• Objectifs pédagogiques et éducatifs visés :
Favoriser les différentes formes d’intelligence, en particulier les intelligences kinesthésiques et interpersonnelles qui sont moins sollicitées dans une configuration de classe plus classique.
Intégrer différents niveaux de classe d’un même cycle (travail commun en groupes entre une classe de sixième et une classe de CM2).
Recours à ces pratiques pour travailler les grands thèmes de société et de civisme tels que : la lutte contre le harcèlement, le handicap, la ségrégation, le racisme, la pauvreté, les inégalités femmes-hommes, la pollution, la différence, l’émancipation des femmes...

• Effets attendus :
✓Sur les élèves :
motivation générale, tous les élèves doivent participer aux différentes activités proposées et amener leur pierre à l’édifice. Prise de confiance dans l’acquisition des savoir-faire et dans les activités orales et écrites. Valorisation des élèves moteurs qui peuvent jouer le rôle de tuteurs auprès de certains.
✓Sur les enseignants :
meilleure gestion des élèves en difficulté ; possibilité de s’adresser au groupe comme vecteur de progrès pour différents types d’élèves en même temps. Découvrir certains élèves autrement, prise de conscience d’aptitudes moins visibles dans un schéma de classe classique.
✓Sur l’établissement : l’établissement dans son ensemble devient socle pédagogique et source de création comme un immense théâtre. Appropriation des espaces par les élèves dans le but d’utiliser des savoirs, mais aussi d’en acquérir de nouveaux.

• Eventuellement, source(s) d’inspiration :
Rédaction d’un rapport de titularisation sur l’utilisation de la théâtralisation des dialogues en anglais. Continuité de pratiques pédagogiques d’origine déjà éprouvées. Goût personnel pour la pratique théâtrale, l’écriture, l’utilisation de l’audiovisuel.

Mise en œuvre opérationnelle du projet
•Description des espaces d’origine :
Aménagement classique en autobus.
•Description des aménagements réalisés :
Disposition en autobus à l’avant et installation d’îlots pour des groupes en fond de classe.
Utilisation d’une petite salle adjacente pour permettre à certains groupes de travailler en autonomie, faire des recherches, écrire, s’entraîner à la production orale, se filmer, créer des vidéos le cas échéant...
Utilisation de l’intégralité des locaux à des fins pédagogiques.
Laisser l’élève s’emparer de son lieu de vie scolaire afin de susciter sa créativité.
Salle d’anglais vue depuis le tableau : Petite salle adjacente pour le travail en autonomie :

•Limites opérationnelles rencontrées :
Nécessité de garder une partie de salle en autobus pour dispenser des explications collégiales et chorales. De ce fait, il faut disposer d’un grand espace classe.

•Evolution de l’organisation pédagogique (activités, hétérogénéité, inclusion...) :
➢A l’échelle de l’élève : Donner de l’autonomie aux élèves,quels que soient leurs profils. Savoir sortir du cadre du cours classique afin d’organiser des activités collectives valorisant l’élève.
➢A l’échelle de la classe : Créer des « îlots de confiance », sceller l’appartenance au groupe classe, favoriser les échanges et permettre à chacun de se révéler sous un jour différent. Mettre en exergue les capacités de chacun au sein d’une réalisation collective.
➢A l’échelle de l’établissement : Améliorer le climat scolaire par la cohésion.

•Evolution de la posture de l’élève :
L’élève se sent plus investi, de par son appartenance au groupe. Positionnement par rapport à ses camarades, chaque élève arrive à trouver sa place dans le groupe. L’entraide et la coopération sont favorisées. Les élèves prennent confiance en leurs capacités de façon globale, ne se sentent plus inutiles. Les élèves en difficulté sortent ainsi de la spirale de l’échec, alors que les élèves plus à l’aise poursuivent leur progression.

•Evolution de la posture de l’enseignant :
Etre toujours plus à l’écoute de chacun. Donner envie aux élèves « mutiques »de prendre la parole, dans le but de leur redonner confiance. Mettre en valeur chaque élève en dépit de ses difficultés.

•Limites pédagogiques rencontrées :
Difficulté de surveiller les différents travaux en cours. Devoir faire confiance aux élèves sans pouvoir contrôler de manière permanente leurs productions respectives.

•Partie(s) du projet réalisée(s) sans moyens :
Installation de la classe avec les tables et les chaises disponibles dans le collège.Utilisation d’autres parties des locaux avec l’aval de la direction et de la vie scolaire (couloirs, cantine, hall d’entrée, cour).
Prêt d’une caméra par l’équipe de la Segpa pour un projet vidéo spécifique. Utilisation de moyens personnels(smartphone, logiciel de montage pour le projet Segpa).
Utilisation des smartphones des élèves et de leurs propres moyens informatiques.

•Partie(s) du projet réalisée(s) avec peu de moyens (quelques centaines d’euros sur moyens propres de l’établissement) :

•Partie(s) du projet réalisée(s) avec des moyens plus importants (sur moyens propres de l’établissement et / ou financements extérieurs) :

•Partie(s) du projet prévue(s) mais non réalisée(s) par manque de moyens, de partenaires spécifiques ou autre...:Actuellement les élèves utilisent leurs smartphones pour réaliser les productions mais il est parfois compliqué de récupérer ou de visionner leurs travaux. Si les élèves disposaient de tablettes pour se filmer,cela permettrait de pouvoir collecter leurs travaux vidéo et de les corriger au fur et à mesure. Cela permettrait en outre d’atténuer les disparités financières et sociales.

Impacts et prolongements
Effets constatés
✓Sur les élèves :
Valorisation de l’individu,quelles que soient ses capacités scolaires. Meilleure acceptation du travail demandé dans la matière.
✓Sur les pratiques enseignantes :
Meilleure gestion du groupe et des activités. Amener davantage d’élèves vers la réussite.
✓Sur l’établissement :
Amélioration du climat scolaire. Réduction du stress en lien avec les activités scolaires et les performances. Amélioration des rapports entre les élèves, les élèves discrets prennent confiance en eux grâce à la création commune.

Plus-value principale du nouvel aménagement :
Prise en compte des différentes formes d’intelligence dans les apprentissages afin d’amener l’intégralité des élèves vers les savoirs et savoir-faire. L’élève se sent utile et à l’aise dans son espace scolaire.
Amélioration générale du niveau scolaire des élèves. Les plus faibles obtiennent de meilleurs résultats grâce à l’émulation au sein des groupes. Les plus à l’aise peuvent développer leurs compétences par le biais d’activités créatives en ayant plus d’autonomie et sont valorisés lorsqu’ils aident les autres. Appropriation et acquisition de vocabulaire et de structures grammaticales plus riches.

Prolongements possibles :
Lier ces activités à d’autres matières dans le but de favoriser l’interdisciplinarité et d’ouvrir de nouveaux horizons pédagogiques.

Le projet (6 pages)

 

TOURCOING Collège [REP+] Albert Roussel. Le CDI

Type(s) d’espace(s) aménagé(s) :
Centre de documentation - CDI

Niveau(x) de classe concerné(s) : Toutes les classes du collège soit 530 élèves
Enseignant(s) porteur(s) : DUDEK Stéphanie - Professeur documentaliste
stephanie.dudek@ac-lille.fr

Résumé du projet
Ce projet a pour ambition de faire du CDI, dans un collège REP +, un lieu protéiforme, novateur, en termes de pédagogie, de culture et d’ouverture. Ce lieu de vie, repensé comme un tiers-lieu cogéré par les élèves et partagé par tous, est un véritable lieu d’apprentissage, de formation, d’acquisition de compétences et d’épanouissement pour chacun, un lieu de partage et, si possible, un laboratoire de développement de pédagogies alternatives, coopératives et novatrices contribuant à l’ambition et la réussite de chaque élève.

Genèse du projet
• Constat(s) à l’origine :
L’observation des pratiques des élèves, de leurs demandes, du lieu, de l’environnement, ont amené les constats
suivants :
◦ Le CDI est, pour la plupart des élèves le seul lieu culturel fréquenté, et le seul lieu d’accès au livre. C’est un lieu apprécié et déjà beaucoup fréquenté par les élèves.
◦ Les élèves du collège se sentent "illégitimes" par rapport à la culture, la lecture et le livre, mais ils se proposent souvent pour aider à des tâches de gestion simples, de rangement par exemple, qui leur permettent de mieux comprendre le CDI et de mieux l’utiliser. Ils apprécient de prendre part à cette gestion.
◦ Le CDI est, hors-temps scolaire, le seul lieu alternatif à la permanence de l’établissement.

Dans un collège où la majorité des cours se terminent à 15h30, le CDI est occupé jusqu’à17h30, signe que les élèves ont besoin d’un lieu alternatif au foyer familial en fin de journée : lieu de travail, mais aussi un lieu de lecture et de détente, de vie en commun avec la possibilité de jouer (jeux éducatifs), ou de faire des activités créatives.

•Freins observés sur les enseignements et/ou apprentissages des espaces d’origines : ◦ Malgré les locaux neufs, le CDI est peu convivial et le mobilier peu adapté aux élèves et ce malgré une forte fréquentation.
◦ Le fonds documentaire n’ayant pas été renouvelé lors du déménagement, il ne correspond pas aux besoins et aux attentes des élèves : fonds vieillissant, parcellaire.
◦ Les élèves sont peu ou pas du tout autonomes au CDI, même après leur en avoir expliqué l’organisation ou le fonctionnement.

•Objectifs pédagogiques et éducatifs visés :
Faire du CDI un tiers-lieu où les élèves s’épanouissent et s’investissent ; développer la fréquentation et l’autonomie. Développer un levier supplémentaire permettant de travailler sur les risques de décrochage scolaire.

•Effets attendus :
✓Sur les élèves :
◦ Faire bouger leurs représentations en leur faisant découvrir un lieu de convivialité propice aux apprentissages.
◦ Développer les compétences des domaines 2 et 3 du Socle commun.
✓Sur les enseignants :
◦ Développer de nouvelles pratiques pédagogiques coopératives.
✓Sur l’établissement :
◦ Amélioration du climat scolaire.
◦ Hausse de la fréquentation du CDI et diversification de ses usagers : développer la mixité, faire venir les non-usagers du CDI.
◦ Participer à faire évoluer l’identité de l’établissement afin de favoriser une mixité sociale plus importante.

•Eventuellement, source(s) d’inspiration :
◦ Article : Servet Mathilde, Les Bibliothèques troisième lieu, Une nouvelle génération d’établissements culturels, Bulletin des Bibliothèques de France, Juillet 2010, http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2010-04-0057-001
◦ Revue : Les communs de la connaissance, InterCDI 261, mai-juin 2016
◦ Blog L’odyssée d’LN : je tisse m@ toile, et plus particulièrement l’article : « comment prendre en compte (aussi) les pratiques adolescentes dans l ‘espace CDI ? »http://odysseedln.overblog.com/pratiques-adolescentes-espace-cdi.html

Mise en œuvre opérationnelle du projet
•Description des espaces d’origine :
Suite à la construction de l’établissement, les élèves et enseignants ont bénéficié de locaux neufs pour le CDI entre autres ; cependant son grande salle, peu de cloisons, beaucoup de surfaces vitrées, mobilier inamovible contre les murs...) le rend peu convivial et le mobilier fourni n’est pas ou peu adapté aux élèves et ce,malgré une forte fréquentation.

•Description des aménagements réalisés :
L’aménagement a été repensé en associant les élèves.
◦ Différents pôles d’activités : espace lecture, espace activités créatives, espace de vidéo-projection...ont été définis afin de développer la mixité des publics, l’approche individualisée des élèves et d’appuyer les différents projets mis en place par les enseignants.
◦ L’organisation spatiale du CDI a été retravaillée en tenant compte du fonds documentaire et de fiction existant,des besoins et des différents usages tout au long de la journée (lieu de travail, détente, lecture, création, culture...).
◦ Les espaces ont été redéfinis tout en en permettant une modularité (équiper le CDI de mobilier nomade et adapté, acheter du matériel pour faire un espace de vidéo-projection).
Implication des élèves dans la gestion quotidienne du CDI :
◦ place des « assistants-CDI »qui ouvrent le CDI en responsabilité avec la professeure-documentaliste : par exemple au moment de la pause méridienne pour des heures de lecture, de projection de documentaires, des heures de « siestes littéraires », d’aide à la gestion et à l’animation du lieu.
◦ Mise en place d’un système de comités d’usagers (ou de non-usagers) du CDI, associés aux prises de décisions, aux réaménagements.

•Limites opérationnelles rencontrées :
◦ Achats tardifs : février 2019, ce qui ne permet pas de faire un bilan pour l’instant.
◦ techniques : pas de prise réseau, de prise électrique, de possibilité de poser un écran blanc sur un mur ou un vidéoprojecteur au plafond, ce qui a modifié le projet d’origine.

•Evolution de l’organisation pédagogique :
➢A l’échelle de l’élève
En redéfinissant la notion même de CDI, en proposant une nouvelle approche de la culture, en testant de nouvelles formules plus proches des pratiques actuelles des adolescents, le CDI devient un véritable environnement permettant aux élèves de développer de nouvelles compétences et connaissances, d’élargir leurs possibilités d’action, leur degré de contrôle sur leurs tâches et sur la manière dont ils les réalisent. Les élèves deviennent co-gestionnaires du CDI dans sa politique d’aménagement, d’accueil, d’acquisition afin de permettre une meilleure compréhension de cet outil, mais également un meilleur fonctionnement du CDI.
➢A l’échelle de la classe
Un des objectifs est également d’aménager un lieu alternatif à la classe et aux autres structures du collège, permettant de travailler de manière différente : heures de lecture, clubs, utilisation du numérique, travail en petits effectifs... et sur différents parcours.
➢A l’échelle de l’établissement
Ce projet vise à aménager un lieu alternatif à la classe et aux autres structures du collège afin de favoriser les rencontres et les échanges entre individus. Ce projet contribue ainsi à faire évoluer les pratiques pédagogiques en donnant aux élèves le moyen d’investir et de gérer une structure de l’établissement, déplaçant la traditionnelle relation "enseignant-élève", l’élève n’est alors plus uniquement élève,mais responsable d’un outil de l’établissement.

•Evolution de la posture de l’élève :
Réagencer et redéfinir la notion même de CDI permet de faire naître un sentiment d’appartenance chez l’élève, à travers l’appropriation du lieu et des espaces, de développer son implication, sa responsabilité et son autonomie, en résumé, de lui apprendre à devenir citoyen. L’implication des élèves dans la gestion du CDI, sa politique d’aménagement, d’accueil, d’acquisition, son ouverture vont favoriser la "prescription par les pairs" : les assistants CDI pourront mettre en place eux-mêmes tous les outils de médiation nécessaires à la compréhension du CDI (réécriture du règlement intérieur, tutoriels pour l’informatique, pour se repérer dans l’espace CDI...). La création du comité d’usagers (réuni une fois par trimestre) permet aux élèves de donner leur avis sur le fonctionnement du CDI, de proposer de nouvelles idées, afin d’améliorer la qualité de service, la fréquentation et l’utilisation.

•Evolution de la posture de l’enseignant :
Ce projet contribue à faire évoluer les pratiques pédagogiques en déplaçant la traditionnelle relation "enseignant-élève", l’élève est responsable d’un outil. Ce projet vise à dynamiser et favoriser l’utilisation du CDI sur les temps dédiés aux cours ; il est un levier pour les enseignants afin qu’ils développent des pédagogies coopératives.

•Limites pédagogiques rencontrées :
Assistants-CDI : si le volet « gestion et animation » du CDI par les élèves fonctionne très bien (mise en place de projets, de catalogues, d’ateliers, d’animation), les assistants-CDI, élèves de 5éme, n’arrivent pas à gérer leurs pairs.-Comité d’usagers qui n’a pas été encore mis en place, faute de temps, et parce que le matérieln’a pas été livré à temps.Moyens mobilisés

•Partie(s) du projet réalisée(s) sans moyens : Assistants-CDI/réaménagement de certains espaces/signalétique

•Partie(s) du projet réalisée(s) avec peu demoyens (quelques centaines d’euros sur moyens propres de l’établissement) :

•Partie(s) du projet réalisée(s) avec des moyens plus importants (sur moyens propres de l’établissement et / ou financements extérieurs) : Acquisition de matériel via une dotation allouée par la Fondation de France : achat de mobilier (Fatboys, tapis, tables basses, meuble déplaçable aisément...)

Acteur(s) et partenaire(s) impliqué(s)
48 enseignants de toutes les disciplines
40 personnes : vie scolaire/santé/social/PsyEN
La Fondation de France Soutien financier pour l’acquisition de matériel : 5000€ de dotation allouée pour l’achat de mobilier (Fatboys, tapis, tables basses, meuble mobile...)

Impacts et prolongements
Effets constatés
✓Sur les élèves :
◦ évolution du savoir-être : hausse de la fréquentation du CDI notamment par des non-usagers, « l’ambiance » de travail a évolué.
◦ impact sur les représentations vis-à-vis de la lecture et de la culture : développement de temps de lecture et du nombre de prêts, mise en place d’actions de lecture pour faire des non-lecteurs ou des petits lecteurs de véritables lecteurs.
◦ effets sur la coopération entre pairs : mise en place et utilisation d’outils par les assistantes-CDI.
◦ évolution des usages du CDI : propositions des élèves au comité d’usagers, initiatives des « assistantes-CDI ».
✓Sur les pratiques enseignantes :
Suite à ces réaménagements et à la redéfinition même du CDI, une hausse du nombre d’actions mises en place avec les équipes enseignantes est observée.
✓Sur l’établissement :
Image positive du CDI et de l’établissement
Projet en cours, car le mobilier vient d’être livré, l’aménagement n’est pas encore effectué (mobilier reçu en février 2019). Bilan qui sera effectué sur la période mars-juin 2019 et l’année scolaire 2019-2020.

Plus-value principale du nouvel aménagement :
Faire naître un sentiment d’appartenance chez l’élève, à travers l’appropriation du lieu et des espaces, le développement de son implication, sa responsabilité et son autonomie, en résumé, de lui apprendre à devenir citoyen. Prendre en compte les demandes des élèves, ses besoins, ses propositions pour mieux vivre le CDI/au CDI.

Prolongements possibles :
Le CDI comme lieu d’apprentissage de la communication et lieu pour apprendre à partager les valeurs de l’École.
Climat de travail épanouissant.
Lieu de rencontre privilégié avec la culture.
Permettre aux élèves de développer de nouvelles compétences et connaissances, d’élargir leurs possibilités d’action, leur degré de contrôle sur leurs tâches et sur la manière dont ils les réalisent

Le projet (6 pages)

 

TOURCOING Collège [REP+] Pierre Mendès France. Fusion

Projet mené en académie par : Nom de l’école – établissement - ville : Collège Mendès France - Tourcoing Niveau(x) de classe concerné(s) : l’ensemble des élèves du collège, sur les 4 niveaux (y compris les élèves relevant des dispositifs SEGPA, ULIS et UPE2A). Enseignant(s) porteur(s) : Emily Bouillon, professeure documentaliste ; Mathilde Gauguier, CPE (emily.schepers@ac-lille.fr ; mathilde.gauguier@ac-lille.fr)
2 2019
Type(s) d’espace(s) aménagé(s)
- Tiers-lieu(x) (pour les élèves, les enseignants ou les 2) : Centre de documentation – 3C, SACCADE (Service d’ACCompagnement et d’Aide aux DEvoirs), CDR (Centre de Ressources), Coworking

Résumé du projet
Proposer aux élèves l’accès à différents « tiers-lieux », accessibles, équipés en matériel numérique et bénéficiant d’un encadrement spécifique, en fonction de leurs choix et leurs besoins. A partir de la création de différents tiers-lieux, l’équipe s’est engagée dans une démarche d’organisation apprenante, en menant une réflexion globale et collective pour repenser le collège comme un vrai lieu de socialisation, d’apprentissage, d’épanouissement et de réussite.

Genèse du projet
• Constat(s) à l’origine :
Ayant constaté de manière partagée, les difficultés et le manque d’autonomie des élèves pour entrer dans les apprentissages, l’équipe a interrogé les espaces, les méthodes, les ressources humaines et matérielles. Le projet est né d’une analyse précise des forces et faiblesses du fonctionnement de l’établissement sur cette question de l’accompagnement aux devoirs. Hors la classe, les élèves n’étaient pas suffisamment autonomes ni accompagnés pour réaliser la part personnelle du travail attendu (revoir, approfondir, compléter, s’exercer). L’équipe a donc reconsidéré la traditionnelle « salle de permanence » afin que les élèves qui ne bénéficient pas d’espace de travail personnel à la maison puissent trouver au sein du collège des conditions de travail optimales

• Freins observés sur les enseignements et/ou apprentissages des espaces d’origines :
Les élèves du collège sont parfois dans des situations personnelles et sociales qui ne leur offrent pas les conditions matérielles pour réaliser le travail attendu par les professeurs. Or, malgré une réflexion solide sur les méthodes pédagogiques, la différenciation et l’évaluation, l’absence de travail personnel des élèves est un frein aux apprentissages.

• Objectifs pédagogiques et éducatifs visés :
1) Développer l’autonomie des élèves dans le travail et rendre l’élève acteur de ses apprentissages.
2) Faire vivre les différents tiers-lieux d’accueil sur le hors-temps scolaire pour offrir dans l’établissement des conditions propices au travail, parfois inexistantes à la maison.
3) Favoriser l’ambition et la mobilité de nos élèves
4) Développer les compétences psycho-sociales et citoyennes.
5) Améliorer le climat scolaire.

• Effets attendus :
✓ Sur les élèves : renforcer la motivation des élèves en soutenant l’autonomie via la construction à l’école d’une identité sociale positive.
✓ Sur les enseignants : soutenir la coopération interprofessionnelle, favoriser la conduite du changement en amenant une réflexion sur les devoirs demandés, avoir un regard sur le travail de l’élève hors la classe.
✓ Sur l’établissement : soutenir le sentiment d’appartenance et engager la réflexion autour de la notion de compétences des élèves afin d’améliorer le climat scolaire.
• Eventuellement, source(s) d’inspiration :
Projet inspiré des learning centers et des entreprises innovantes qui privilégient les espaces coopératifs et collaboratifs.

Mise en oeuvre opérationnelle du projet
• Description des espaces d’origine :
Une salle de permanence classique c’est-à-dire en position frontale avec du mobilier en mauvais état et disparate. Une salle isolée, froide qui n’incitait pas à la mise au travail individuel et qui était devenue au fil du temps, un espace de non-droit où les conflits se multipliaient.
Des réserves sous-exploitées, comme celle du CDI.
3 2019
• Description des aménagements réalisés :
Le CDI s’est transformé en 3C avec du nouveau mobilier, des espaces bien définis (un espace lecture, un espace informatique, un espace de travail en groupe). Le SACCADE a pris place dans l’ancienne réserve du 3C avec du mobilier récupéré. Cet espace vient tout juste d’être repeint et décoré.
Ensuite, le CDR a pris place dans une petite salle inexploitée que nous avons équipée avec les moyens existants et qui sera notre prochain chantier. Enfin, le Coworking, qui remplace l’ancienne salle de permanence, a été totalement réaménagé avec des postes informatiques, des bureaux individuels, des tables hautes et une grande table de réunion. L’équipement est modulable selon les besoins (travail individuel, travaux de groupes, accueil d’une classe, réunions…). Nous avons mis l’accent sur la décoration afin de faire de ce lieu un espace convivial, chaleureux et propice au travail en jouant sur les couleurs et la luminosité.

Le Coworking
Le 3C
4 2019
Le SACCADE
• Limites opérationnelles rencontrées :
Le budget sur moyen propre ne permet d’équiper et de rénover les espaces qu’au fur et à mesure.

Mise en oeuvre pédagogique
• Evolution de l’organisation pédagogique (activités, hétérogénéité, inclusion…) :
➢ A l’échelle de l’élève
Approche globale des élèves, visant à améliorer leur bien-être en proposant des espaces adaptés et sereins, mais aussi en les accompagnant et en les rassurant face aux travaux individuels à effectuer afin de susciter l’envie d’apprendre.
➢ A l’échelle de la classe
Le fait de proposer divers lieux permet de diviser la classe lors du hors-temps scolaire pour répondre aux besoins de chacun. Ce découpage a un impact positif sur le climat de la classe, puisque les élèves sont séparés pendant l’heure.
Les cours en classe peuvent se faire dans les tiers–lieux, avec réservation préalable, avec ou sans la présence de l’AED en charge du lieu. Et inversement, l’AED peut être présent en classe sur un projet spécifique afin de faire le lien entre le travail en classe et le travail individuel hors classe.
5 2019
➢ A l’échelle de l’établissement
Une reconnaissance globale du projet « Fusion » les différents tiers-lieux) puisque nous avons transformé les conseils de classe en conseils de progression dans lesquels des recommandations sont formulées pour les élèves (dans ou hors la classe, tiers lieux, devoirs faits ou des créneaux spécifiques d’accompagnement avec une aide quasi individuelle)
Les AED du collège sont légitimés dans un rôle pédagogique.
Nous constatons une augmentation de la fréquentation des tiers-lieux notamment sur les créneaux de fin de journée ainsi qu’une amélioration des résultats scolaires, des performances au DNB et aux différentes évaluations et épreuves orales. »

• Evolution de la posture de l’élève :
« Fusion » permet aux élèves d’être acteurs de leurs apprentissages : ils ont le choix, le choix du tiers –lieux selon leurs besoins. Les devoirs « maison notamment en mathématiques, » sont réalisés alors qu’ils étaient souvent oubliés les années précédentes. De plus, les élèves ne sont plus dans l’attente ou dans la stratégie de l’évitement, ils se mettent plus volontiers au travail.
• Evolution de la posture de l’enseignant :
Une vraie demande de la part des enseignants pour retravailler des notions ou les approfondir dans les tiers-lieux. Les enseignants participent au bon déroulement de ces espaces en remplissant le cahier de texte en ligne, en fournissant des ressources aux AED et en communiquant grâce à des fiches de liaison.

• Limites pédagogiques rencontrées :
Les élèves qui viennent sans le matériel nécessaire. Ce projet nécessite d’être vigilant au quotidien pour ne pas dévoyer les objectifs initiaux en externalisant la difficulté scolaire.
Moyens mobilisés
• Partie(s) du projet réalisée(s) sans moyens :
Réaménagement des salles avec le matériel existant. Décoration du Coworking grâce à l’association des parents d’élèves.
• Partie(s) du projet réalisée(s) avec peu de moyens (quelques centaines d’euros sur moyens propres de l’établissement) :
Rénovation des murs, achat de fournitures, de ressources payantes.
• Partie(s) du projet réalisée(s) avec des moyens plus importants (sur moyens propres de l’établissement et/ou financements extérieurs) :
1 IMP - HSE Devoirs faits
15 postes fixes pour l’espace Coworking
Achat de matériel numérique financé sur fonds propres et sur la taxe d’apprentissage
Temps de coordination disciplinaire et de concertation REP+
Postes AED Vie Scolaire
6 2019

• Partie(s) du projet prévue(s) mais non réalisée(s) par manque de moyens, de partenaires spécifiques ou autre… :
Repenser et réaménager le CDR comme un pôle langues étrangères afin de faire un lien avec le projet ERASMUS+ du collège.
Actuellement, une réflexion est en cours sur la création d’un nouvel espace à destination de la pratique artistique.

Personnels impliqués (autres que les enseignants)
Emily Bouillon, professeure documentaliste et Mathilde Gauguier, CPE, Aurélie Colin, CPE : pilotes du projet « Fusion ».
La direction, l’équipe vie scolaire, les coordonnateurs de niveaux.

Partenariats
Partenaires – personnes contactées
Expertise – soutien apporté Pôle multimédia de la Ludo médiathèque Colette de Tourcoing Identification de « jeux sérieux » et participation à la responsabilisation des élèves à l’usage d’Internet.
Trezorium - Entreprise d’économie sociale et solidaire de Tourcoing
Accompagnement à la création d’un espace « FabLab » Centres sociaux Bourgogne et Marlière Mise en cohérence du dispositif « devoirs faits » ; réflexion croisée sur l’accompagnement, la scolarité et le dispositif « devoirs faits », en cherchant à affiner les profils d’élèves et l’opportunité ou non de les accompagner dans un espace « hors les murs ».
ESPE Lille-Nord de France
Diffusion des fiches de postes d’assistants pédagogiques. Canopé Lille Accompagnement à la formation des assistants pédagogiques et à l’identification des ressources
7 2019

Impacts et prolongements
Effets constatés
✓ Sur les élèves : un climat scolaire plus serein, des élèves qui entrent dans les apprentissages plus facilement.
✓ Sur les pratiques enseignantes : un relais possible auprès des AED.
✓ Sur l’établissement : un climat scolaire plus serein, des espaces ouverts plus longtemps pour accueillir les élèves.
Avez-vous constaté des effets sur le climat scolaire ? (En classe, hors classe, dans et hors de l’établissement)
Oui, effet positif en général.
En quelques mots, plus-value principale du nouvel aménagement
Des espaces appréciés et respectés par les élèves qui permettent une mise au travail plus aisée. Les élèves sont satisfaits d’avoir une aide individuelle, d’être autonomes dans leurs besoins. La création de ces nouveaux espaces développe le sentiment d’appartenance des élèves vis-à-vis de leur établissement.
Prolongements possibles
Aujourd’hui, nous réfléchissons à impliquer les parents en développant un axe fort autour de la parentalité (des formations/stages sont en élaboration pour aider les parents à accompagner leurs enfants dans leurs devoirs. Ces stages se feront au Coworking).
Par ailleurs, les fiches progrès proposées lors des conseils de progression sont en place mais nécessitent d’être retravaillées pour impliquer davantage les parents.

Le padlet (7 pages)

 

VALENCIENNES Collège [REP+] Chasse Royale. La salle mutualisée.

AMENAGEMENT DES ESPACES ET INNOVATION PEDAGOGIQUE

Collège Chasse Royale Valenciennes Niveau(x) de classe concerné(s) : De la 6ème à la 3ème. Enseignant(s) porteur(s) : Sandrine Huftier, professeure SVT ; sandrine.huftier@ac-lille.fr Isabelle Quillet-Vilette, professeur histoire-géographie/EMC ; isabelle.quillet-vilette@ac-lille.fr Arnaud Rodevy, professeur de mathématiques ; arnaud.rodevy@ac-lille.fr

Type(s) d’espace(s) aménagé(s)
Salle de classe – ensemble de salles voire bâtiment

Résumé du projet
Le projet consiste à modifier l’aménagement d’une « salle mutualisée » en vue d’organiser différemment une salle dédiée au numérique en intégrant trois zones d’activités permettant ainsi une pédagogie coopérative favorisant l’acquisition de compétences liées aux domaines 2 et 3 du socle : organiser son travail personnel, coopérer et réaliser des projets, rechercher et traiter l’information, s’initier aux langages des médias, mobiliser des outils numériques pour apprendre, échanger, communiquer…

Genèse du projet
• Constat(s) à l’origine :
1° constat : la structure des salles
Dans certaines salles de cours (en particulier les salles dites expérimentales), il est impossible de modifier l’organisation de l’espace de travail des élèves. Dans les salles TICE les postes sont alignés et l’espace de travail (autre que numérique) est restreint. Le travail en groupe y est impossible.
2° constat : la nécessité de mettre en oeuvre une pédagogie de coopération entre élèves afin de susciter une appétence pour les activités d’apprentissage/pour le travail scolaire.
Soutien à l’expérimentation pédagogique et à l’innovation dans l’académie

2 2019
Au-delà du simple constat matériel, l’équipe s’est demandée : comment faciliter le travail de groupe, le partage des tâches et l’interaction entre pairs ? comment susciter une activité accrue des élèves dans la construction de leurs savoirs et de leurs compétences ? comment développer la mobilité et l’autonomie des élèves ?
C’est ainsi que l’idée de créer une salle dédiée à la coopération, au développement de l’autonomie et à la recherche active des élèves est née sous le nom de "salle mutualisée". L’enseignant est un observateur de la façon dont les élèves travaillent et apprennent, que ce soit individuellement ou collectivement.
• Freins observés sur les enseignements et / ou apprentissages des espaces d’origine :
Certaines séquences pédagogiques ne pouvaient être mises en oeuvre dans les espaces d’origine. De là est née cette idée d’aménager les espaces pour favoriser des besoins identifiés dans les scénarios pédagogiques.

• Objectifs pédagogiques et éducatifs visés :
- Susciter une motivation qui prend source dans la coopération
- Favoriser la coopération : Mise en oeuvre d’une pédagogie active basée sur la coopération
- Espace informatique qui va favoriser la collaboration numérique qui permet l’immédiateté de la communication et du partage des productions
- Prise en compte de l’hétérogénéité des élèves dans la mise en place des pratiques pédagogiques avec appui sur la théorie des intelligences multiples
- Favoriser l’autonomie et la responsabilisation des élèves
• Effets attendus :
▪ Sur les élèves :
- Favoriser la construction d’adultes autonomes et responsables
- Donner du sens aux apprentissages et renforcer les compétences de l’élève dans le but d’en faire un adulte autonome et responsable
- Le travail collaboratif change la place de l’élève dans l’espace-classe. Il doit s’impliquer personnellement et avec les autres pour produire
- Utilisation raisonnée du numérique : communiquer autrement que dans la sphère privée, créer, essayer, se tromper, modifier, remédier
▪ Sur les enseignants :
- Disponibilité pour apporter les remédiations nécessaires à un groupe ou à un élève.
- Evolution de la posture du professeur : il n’est plus le « centre » de la classe, mais une personne-ressource, un « régulateur » d’éventuels conflits et un observateur de la façon dont les élèves travaillent et apprennent, que ce soit individuellement ou ensemble
▪ Sur l’établissement :
Dans la restructuration du collège qui sera labellisé “collège numérique”, plusieurs salles mutualisées sont envisagées pour offrir aux élèves toute une diversité d’outils numériques (tablettes, PC, imprimantes 3D, objets connectés, etc…) qui n’existe pas dans les établissements à proximité. Le collège Chasse Royale étant classé REP+ dans un quartier défavorisé, l’accès à cet équipement sera un atout majeur.
3 2019

• Eventuellement, source(s) d’inspiration :
Le collège connaît lui aussi une métamorphose. Le département soutenu par l’ANRU finance la restructuration des bâtiments avec la création d’un internat d’excellence dédié au numérique. Dans cette restructuration, sont prévues 3 salles dédiées au numérique.
Ce contexte de transformation a créé une motivation supplémentaire pour expérimenter de nouvelles situations d’enseignement afin de développer la coopération et la communication mais aussi la mobilité et l’autonomie des élèves.

Mise en oeuvre opérationnelle du projet
• Description des espaces d’origine :
Salle de cours classique avec tableau vert et trois rangées en « autobus »
• Description des aménagements réalisés :
Espace pour travail individualisé ou travail en autonomie le long des fenêtres.
Espace de travail collaboratif/coopératif type îlot (pouvant accueillir jusqu’à 8 élèves) favorisant une communication transversale.
6 espaces de travail associant la forme de travail collaboratif et des outils connexes : ordinateur et tableau blanc.
Les chaises ont des couleurs permettant de faciliter la différentiation pédagogique. De même que les tableaux.
4 2019
Installation d’un VPI en face des fenêtres.
Prêt d’une table interactive par le DANE.
Espace de stockage des livres et autres ressources « papier ».

• Limites opérationnelles rencontrées :
Quelques soucis rencontrés dans les aménagements électriques pour alimenter les postes informatiques.
La salle expérimentale (ou modèle) actuelle est un peu petite (50m²). Les trois futures « salles mutualisées » feront à peu près le double en termes de superficie.
5 2019

Mise en oeuvre pédagogique
• Evolution de l’organisation pédagogique (activités, hétérogénéité, inclusion…) :
➢ A l’échelle de l’élève
L’élève peut, suivant ses besoins, avoir accès à tout type de ressource (papier, numérique, enseignant…) renforçant ainsi son autonomie. Quel que soit sa tâche à accomplir, il dispose de plusieurs configurations de son espace de travail pour favoriser son efficacité et sa motivation.
➢ A l’échelle de la classe
La mise au travail peut être très diversifiée. Parfois en classe entière, en groupe, ou individuellement, les élèves sont placés dans différentes postures de travail. Ceci entraine un changement dans la posture de l’enseignant qui peut laisser ses élèves être pleinement acteurs de leurs apprentissages.
➢ A l’échelle de l’établissement
• Evolution de la posture de l’élève :
L’élève est 100% acteur lors de l’activité. Il a un objectif, tous les moyens nécessaires pour y arriver et éventuellement choisir sa stratégie (individuel, en binôme, en équipe, sur papier, tableau, support informatique…)
• Evolution de la posture de l’enseignant :
L’enseignant devient personne-ressource pendant l’activité. Il intervient pour fournir des aides personnalisées. Les différentes configurations des espaces permettent aux élèves de mieux s’entraider.

• Limites pédagogiques rencontrées :
Moyens mobilisés
• Partie(s) du projet réalisée(s) sans moyens :
Tables, chaises, ordinateurs récupérés de l’ancienne salle informatique.
• Partie(s) du projet réalisée(s) avec peu de moyens (quelques centaines d’euros sur moyens propres de l’établissement) :
Achat de tables mobiles pouvant s’organiser spatialement selon différents modèles Peinture de couleurs différentes et peinture vinyle blanc pour écrire sur les murs (moins cher que des tableaux blancs). Plan de travail et chaises hautes pour les espaces individuels.
• Partie(s) du projet réalisée(s) avec des moyens plus importants (sur moyens propres de l’établissement et / ou financements extérieurs) :
Réalisation des travaux de rénovation à venir et création de trois « salles mutualisées. »
6 2019

• Partie(s) du projet prévue(s) mais non réalisée(s) par manque de moyens, de partenaires spécifiques ou autre… :
Renouvellement des ordinateurs obsolètes

Enseignants impliqués (pour le 2nd degré précisez les disciplines) : 3
Discipline(s) : SVT ; histoire-géographie-EMC ; mathématiques

Impacts et prolongements
Effets constatés
✓ Sur les élèves : intérêt dû à l’attrait de la nouveauté
✓ Sur les pratiques enseignantes :
✓ Sur l’établissement :
Avez-vous constaté des effets sur le climat scolaire ? (En classe, hors classe, dans et hors de l’établissement)

Projet en cours
En quelques mots, plus-value principale du nouvel aménagement
Création de nouvelles activités qui n’étaient pas faisables dans une configuration classique.
Prolongements possibles

Le padlet (6 pages)

 

Voir en bas à gauche les mots-clés de l’article
et ci-dessous les 10 derniers articles de la sous-rubrique Collège (Actions autres ou pluridisciplinaires)

Répondre à cet article