> ENSEIGN. SUPERIEUR > Parcoursup (et APB) > Ouverture de Parcoursup et inégalités dans l’orientation : - A. Van Zanten (Le (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Ouverture de Parcoursup et inégalités dans l’orientation : - A. Van Zanten (Le Café) - un projet de décret (ToutEduc) - un dossier du Monde Campus

21 janvier Version imprimable de cet article Version imprimable

Ouverture des inscriptions sur Parcoursup
Les inscriptions sont ouvertes sur le site Parcoursup. " Les candidats ont jusqu’au jeudi 11 mars 2021 inclus pour formuler 10 voeux maximum, non hiérarchisés et motivés, et jusqu’au jeudi 8 avril 2021 inclus pour finaliser leurs dossiers et confirmer leurs voeux. Les réponses des formations seront envoyées à partir du 27 mai 2021 et la phase principale d’admission se prolongera jusqu’au 16 juillet 2021", annonce le ministère. Selon A Van Zanten, Parcoursup a rendu l’accès au supérieur plus sélectif et plus difficile pour les jeunes de milieu populaire. " Il y a des paramètres nouveaux qui risquent de désavantager les jeunes de milieu populaire. D’une part, parce qu’on a accentué la vision des jeunes comme des acteurs rationnels qu’on abreuve d’informations sur les filières et les modes de sélection. Tout cela est utile mais les jeunes ne sont pas égaux dans leur capacité à analyser ces données et à les utiliser de façon stratégique... Dans Parcoursup, les élèves doivent en outre « motiver » leurs choix et ont la possibilité de faire état de leurs intérêts et activités extrascolaires. Ces démarches favorisent les élèves qui peuvent se tourner vers leur entourage familial pour les aider à rédiger des lettres de motivation et qui ont la possibilité de faire état de nombreux centres d’intérêt et d’activitésé. D’autre part le passage d’APB à Parcoursup a élargi la sélection".

A. Van Zanten

Extrait de cafepedagogique.net du 21.01.21

 

Parcoursup : les règles modifiées, le dispositif "meilleur bachelier" supprimé (Exclusif)

Un projet de décret, que ToutEduc s’est procuré, "modifie et complète les règles de fonctionnement de (...) la plateforme Parcoursup" et "tire les conséquences de la décision n° 2020-834 QPC du 3 avril 2020 du Conseil constitutionnel prescrivant à chaque établissement d’enseignement supérieur de rendre compte des critères en fonction desquels ont été examinées les candidatures dans le cadre de Parcoursup" (voir ToutEduc ici). Il "prend également en compte les travaux réalisés avec les formations de l’enseignement supérieur pour apporter aux lycéens des informations utiles pour guider leur choix dans le contexte de la réforme du baccalauréat".

Le texte prévoit également que les établissements d’enseignement supérieur qui le souhaitent pourront prendre en compte dans l’examen des voeux la participation des bacheliers "au dispositif cordées de la réussite". Il précise les modalités "d’accompagnement applicables aux candidats dépourvus de proposition d’admission par les commissions d’accès à l’enseignement supérieur". Il tire les conséquences "de l’abrogation des dispositions législatives relatives au dispositif des ’meilleurs bacheliers’ supprimé par l’article 37 de la loi du 24 décembre 2020" de programmation de la Recherche. Il modifie les modalités de recrutement dans les classes préparatoires relevant du ministère de l’agriculture.

C’est ainsi que le projet de décret ajoute aux caractéristiques des formations qui "sont portées à la connaissance des candidats (article D. 612-1-5 du code de l’éducation) "les éventuelles recommandations relatives aux parcours antérieurs permettant de réussir dans la formation", et "la publication sous la forme de rapport, des critères en fonction desquels les candidatures ont été examinées l’année précédente et précisant, le cas échéant, dans quelle mesure des traitements algorithmiques ont été utilisés pour procéder à cet examen".

Il ajoute que "si le candidat en a exprimé le souhait, les établissements sont informés de la participation des bacheliers aux dispositifs d’accompagnement mis en place entre les établissements d’enseignement pour garantir l’égalité des chances".

S’agissant de l’accompagnement des candidats qui ont reçu des réponses négatives, il est prévu qu’il "est conduit par le recteur de région académique en associant en tant que de besoin les services de l’Etat, des collectivités territoriales et des autres personnes compétentes sur le territoire de la région académique en matière de conseil en évolution professionnelle, de formation initiale et continue, d’orientation et d’emploi, y compris par l’apprentissage".

Tous les articles relatifs à "l’accès prioritaire des meilleurs bacheliers aux formations initiales du premier cycle de l’enseignement supérieur public" (D612-1-31 à D612-1-35) sont supprimés.

Extrait de touteduc.fr du 20.01.21

 

Parcoursup 2021. Une orientation dans le brouillard
A partir de ce 20 janvier, les lycéens peuvent formuler leurs vœux de formations supérieures sur Parcoursup. Les effets de la crise sanitaire et la réforme du lycée compliquent les choix des futurs bacheliers. Au risque d’accroître les inégalités.

[...] « Selon une étude que nous avons menée en 2019 auprès d’élèves de seconde, un sur trois ne se sent pas à l’aise pour trouver de l’information sur Internet sur les métiers. Un sur quatre ne se fait pas confiance pour trouver un métier qui lui convient. Un sur cinq ne sait même pas si ses parents sont diplômés du supérieur », affirme Jules Donzelot, sociologue et délégué scientifique du réseau d’orientation en ligne JobIRL.

« Il ne s’agit pas seulement d’avoir accès à l’information, mais aussi de savoir l’exploiter. Les jeunes de milieux défavorisés peuvent être davantage désarmés vis-à-vis du numérique », complète Agnès van Zanten. Elle a mené une expérimentation dans sept lycées d’Ile-de-France. Le nombre de pages ouvertes et de mots-clés utilisés lors d’une recherche sur le Net consacrée à l’orientation variait de 1 à 7 selon que les lycées accueillent des populations favorisées ou défavorisées. Et dans ce domaine, plus les recherches sont précises, meilleures sont les chances d’arriver à des résultats pertinents et des liens non sponsorisés…

[...] Dans les faits, les pratiques de chaque lycée, voire de chaque enseignant, sont très hétérogènes. La mise en place de deux professeurs principaux en classe de terminale n’est pas effective partout, par exemple. Agnès van Zanten l’a analysé lors de ses travaux : « Dans les lycées favorisés, l’orientation est travaillée de manière plus approfondie dès la classe de seconde. Les vœux des élèves y sont plus homogènes. Des filières comme Sciences Po ou les prépas y sont plébiscitées. Dans les lycées plus défavorisés, les vœux sont plus hétéroclites et les questionnements plus tardifs. »

Extrait de lemonde.fr/campus/ du 20.01.21

Au sommaire notamment :

- Le poids du lycée d’origine ce critère est retenu par certaines formations dans leur processus de sélection.
Parcoursup 2021 : la réputation de son lycée, bonus ou entrave pour l’accès aux filières sélectives
La plate-forme d’admission postbac ouvre ce mercredi. Trois ans après sa mise en place, ses critères parfois obscurs font toujours débat.

- Cette prof a changé ma vie
« Cette prof a changé ma vie » : ces enseignants qui bouleversent l’orientation des élèves
Beaucoup d’anciens élèves racontent le rôle déterminant qu’a pu avoir un professeur dans leur trajectoire. Mais cette chance repose souvent sur le hasard, les enseignants étant peu formés à cet accompagnement.

- Conseillers de l’ombre

- Parcoursup du combattant

- Parcoursup modifie les statégies des familles
Orientation : comment Parcoursup a changé les stratégies des lycéens
La fin de la hiérarchisation des vœux, les dispositifs « oui si » et la définition des « attendus » dans chaque licence, apparus l’année dernière avec Parcoursup, ont modifié les comportements. Reportage dans un salon de l’orientation à Paris.

- Dans certains milieux ruraux, la cuture anti-études reste très forte
Benoît Coquard, sociologue : « Dans certains milieux ruraux, la culture anti-études reste très forte »
Les études supérieures ne sont pas considérées comme la seule voie à suivre pour « réussir sa vie », analyse Benoît Coquard, chercheur en sociologie. Il démontre qu’il existe dans ces territoires d’autres logiques de valorisation sociale.

 

En bas à gauche les mots-clés de l’article
et ci-dessous les 10 derniers articles de la rubrique Orientation scolaire (chemin en haut de la page 🏠)

Répondre à cet article