> TYPES DE DOCUMENTS : Annuaires, Textes et Rapports officiels, Études, (...) > DOSSIERS et GUIDES > "Parler bambin" : un livre réquisitoire pour dénoncer un programme à (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

"Parler bambin" : un livre réquisitoire pour dénoncer un programme à l’efficacité "douteuse", développé dans des ZEP à Grenoble, sous la dir. de Patrick Ben Soussan, ERES, 2018

6 décembre 2018 Version imprimable de cet article Version imprimable

Le programme "Parler bambin" : enjeux et controverses
1001BB n°161
Patrick BEN SOUSSAN, Sylvie RAYNA

Avec la participation de Marie BONNAFE, Cécile BOULAIRE, Nicol BOULIDARD, Évélio CABREJO PARRA, Marie-Christine COLOMBO, Marianne COUDROY, Marie-Chantal DESRUMAUX, Agnès FLORIN, Pascale GARNIER, Cécile GARRIGUES, Bernard GOLSE, Maya GRATIER, Gérard NEYRAND, Isabelle NOCUS, Claudine PATRAS, Pierre SUESSER, Michel VANDENBROECK

Dans la collection : 1001 BB - Les bébés et la culture 1001 BB

18 octobre 2018
EAN : 9782749261683
296 pages

Labellisé par l’initiative présidentielle « La France s’engage » en juin 2015, le programme de renforcement langagier « Parler bambin » pour des enfants de 18 à 36 mois en crèche, a débuté à Grenoble en 2005. Il ambitionne d’essaimer dans de nouveaux et nombreux territoires. Mais quels sont donc les bénéfices réels de « Parler bambin » ? Sur quelles évaluations scientifiques rigoureuses se fonde ce projet ? D’où tire-t-il la légitimité des pratiques professionnelles qu’il met en avant ? Justifie-t-il la diffusion à laquelle il prétend, dans le champ de la lutte contre les exclusions, la pauvreté et l’illettrisme ?

Des professionnels de la petite enfance, orthophonistes, médecins, psychanalystes, psychologues, linguistes, sociologues, chercheurs et spécialistes de la littérature jeunesse proposent une analyse précise, détaillée et engagée des enjeux et controverses autour de ce programme. Ce livre ouvre aussi sur d’autres horizons, pratiques et projets significatifs pour la petite enfance.

Table des matières

Avant-propos
« Nous avons les moyens de vous faire parler ! »
Patrick Ben Soussan

Introduction
« Parler bambin », on en parle ?
Sylvie Rayna

« Parler bambin » à Grenoble : point de vue de professionnelles
Claudine Patras Mériaux,
Marie-Chantal Desrumaux

Quelle plus-value du programme « Parler bambin » pour les enfants en multi-accueil ?
Isabelle Nocus, Agnès Florin

Petits bambins et langage : et si la prévention plongeait vraiment dans le grand bain ?
Pierre Suesser, Marie-Christine Colombo, Cécile Garrigues

« Parler bambin » : parle-t-on bien du langage ?
Nicol Boulidard, Marianne Coudroy

Transmission de la langue orale, les « bonnes » pratiques critique du programme « Parler bambin »
Marie Bonnafé, Evelio Cabrejo Parra

Susciter le désir de parler, entre vrais livres et fausses images
Cécile Boulaire

L’accès au langage : acquisition, apprentissage ou plaisir partagé ?
Bernard Golse

L’importance de l’expressivité pour se parler, avec ou sans paroles
Maya Gratier

La petite enfance assiégée : essai d’analyse socio-historique d’un dispositif
Pascale Garnier

« Parler bambin », un avatar parmi d’autres du néolibéralisme ?
Gérard Neyrand

L’hégémonie des programmes compensatoires : un regard international
Michel Vandenbroeck

Postface
« Je n’apprendrai pas à parler bambin ! »
Pascale Garnier

Table des matières

Extrait de editions-eres.com : Le programme "Parler bambin" : enjeux et controverses - 1001BB n°161

 

"Parler bambin" : un livre réquisitoire pour dénoncer un programme à l’efficacité "douteuse"

"Ce livre est un précis de réfutation du programme Parler bambin", prévient Patrick Ben Soussan qui signe l’avant-propos du dernier ouvrage de la collection qu’il dirige chez ERES, et c’est peu dire qu’il tient ses promesses. Chacune des contributions est un réquisitoire contre le programme mis en oeuvre, dans un premier temps, dans les crèches de Grenoble et "présenté comme un outil de prévention précoce des inégalités sociales" dans la mesure où "le niveau de développement de la capacité langagière d’un enfant est prédicteur de sa réussite scolaire future".

Mais pour Bernard Golse (chef du service de pédopsychiatrie des Enfants malades - Necker), "devenir un locuteur de sa langue (...) ne peut aucunement se concevoir comme un dressage comportemental", une évidence qui "condamne sans appel tous les programmes du type Parler bambin". Des termes aussi forts ne doivent pas masquer les arguments qui parcourent chacun des argumentaires de cet ouvrage collectif, lequel "a réuni des praticiens, chercheurs, universitaires, spécialistes du langage, de l’enfance, de l’accueil, de la littérature, de la médecine, de la psychologie, de la pédagogie, de la sociologie, de la psychanalyse..."

Les critiques des programmes américains ignorées

Ceux-ci dénoncent d’abord "la frénésie du contrôle" : "il faut mesurer, évaluer, classer et au besoin rectifier". Outre qu’elles témoignent d’une conception normée de leur développement, "les évaluations précoces et répétées bloquent les jeunes enfants dans les représentations d’échec qu’ils se construisent" tandis que de tels programmes "dépossèdent l’enfant de sa capacité d’initiative et lui assignent une obligation de performance langagière". Quant aux professionnels, ils (ou elles) sont "appelé.es. à être de simples exécutantes d’une méthode indiscutable", même si, reconnaît Agnès Florin, "ce dispositif a permis aux professionnels d’être plus attentifs à leurs échanges individualisés avec les enfants".

Autre argument, ce programme s’inscrit dans la filiation de programmes américains, notamment Perry Preschool et Carolina Abecederian, qui ont fait l’objet de nombreuses critiques. Or, bien qu’elles soient "souvent très bien fondées", elles "n’ébranlent en rien" les convictions de ceux qui y croient. L’APA, l’association des psychologues américains a d’ailleurs mis en garde, sans succès, contre les programmes "evidence based" qui tendent à "nier l’expertise professionnelle individuelle". Le grand psychologue Jerome Bruner ne considérait-il pas d’autre part que le programme "Head start avait pour objectif non pas de faire contre-poids au système de discrimination raciale (...) mais d’empêcher la culture noire de carencer ses enfants". D’ailleurs, "les programmes pré-établis et evidence-based ne permettent pas de débat sur les enjeux (...) Ils n’autorisent pas l’inclusion des parents dans les débats sur ce qui est supposé être leur problème", d’autant que "la liste de mots préétablie et remise aux parents (ils devaient cocher ceux utilisés par leurs enfants) a mis en avant les lacunes et suscité désarroi et inquiétude dans les familles".

Une efficacité douteuse

Quoi qu’il en soit, "l’efficacité de ’Parler bambin’ est douteuse" : Certes les enfants issus des milieux les plus dévaforisés voient leurs performances verbales progresser, mais "ceux-ci n’utilisent leurs acquis que là où ils les ont faits, c’est à dire dans le lieu d’accueil", ils ne sont pas mobilisables dans la "vraie vie". En effet, le programme "traite le langage comme une fonction isolée" alors que "les sphères du développement du petit enfant, physique, cognitif, affectif, social, émotionnel sont inséparables". L’absence totale d’ambition artistique de l’imagier des éditions de La Cigale qui accompagne le dispositif témoigne de ce défaut dans la conception même du programme. "C’est à partir de ces émotions, et non à partir d’une injonction à commenter de pauvres images que les enfants verront naître en eux le désir de parler."

"Pour entrer dans l’ordre du langage (et du symbolique verbal), le bébé a besoin non pas de savoir mais d’éprouver et de ressentir profondément que le langage de l’autre (et singulièrement de sa mère) le touche et l’affecte, et que celle-ci est affectée et touchée en retour par ses premières émissions vocales à lui."

"Le programme ’Parler bambin’ : enjeux et controverses", sous la direction de P. Ben Soussan et de S. Rayna, Erès (collection 1001 BB), 296 pages, 14€. Les co-auteurs sont Marie Bonnafé, Cécile Boulaire, Evelio Cabrejà Parra, Marie-Christine Colombo, Marianne Coudroy, Marie-Chantal Desrumaux, Agnès Florin, Pascale Garnier, Cécile Garrigues, Bernard Golse, Maya Gratier, Gérard Neyrand, Isabelle Nocus, Claudine Patras Mériaux, Pierre Suesser, Michel Vandenbroeck

Extrait de touteduc.fr du 25.11.18 : "Parler bambin" : un livre réquisitoire pour dénoncer un programme à l’efficacité "douteuse"

 

Fiches OZP antérieures :
• 2 août 2017 : Longue présentation critique du programme "Parler bambin", version pour les crèches de la méthode P.A.R.L.E.R de l’université de Grenoble (un article de Cécile Boulaire, université de Tours)
• 28 décembre 2010 :Le bilan du programme « Parler Bambin », développé dans des ZEP de Grenoble, a été présenté lors d’un séminaire organisé par le Centre d’Analyse Stratégique

Répondre à cet article