> FORMATION, ACTES > ACTES nationaux, académiques et locaux > Actes nationaux MEN : Dgesco, Assises, He2f (ex-Esener), Innovation > Journées de refondation de l’école : on y a parlé aussi de l’éducation (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Journées de refondation de l’école : on y a parlé aussi de l’éducation prioritaire. Echos des interventions et des commentaires

3 mai 2016 Version imprimable de cet article Version imprimable

Additif du 11.05.16
La revue de presse de Philippe Watrelot sur les journées de la refondation

Extrait de educavox ;fr du 11.05.16 : Refondation. Com’ et bilan d’étape. La formule de Prost

 

QUELQUES INTERVENTIONS LORS DE LA 1ère JOURNEE
1ère plénière : une école de la réussite pour tous :

Florence Robine (DGESCO).
La réforme de l’éducation prioritaire : voir comment nous pouvons renforcer la collaboration et ne pas laisser les enseignants seuls face aux élèves...
Une question du public : pourquoi n’y a-t-il pas de Lycée en REP ?
Réponse : priorité a été donnée au primaire, au lien école-collège et après, prochainement, effectivement, il faudra se pencher sur les difficultés scolaires et sociales au lycée : axe sur lequel travailler dans les prochaines années.

Viviane Bouysse, IGEN
"Développer la scolarisation précoce : l’objectif en accueillant des enfants défavorisés : leur permettre d’avoir un parcours de 4 ans au lieu de 3 ans. La question c’est comment en 4 ans on va répondre à ses besoins et lui permettre de compenser les effets possiblement négatifs qu’il peut connaître dans son milieu.
Quels sont les freins ? Spontanément la demande d’école n’émane pas des familles visées.

Extrait de educavox.fr du 03.05.16 : Journée 1 Refondation de l’école de la République

Note du QZ :
L’Education prioritaire a été abondamment citée, à la fois par le Président, les trois ministres successifs (surtout Vincent Peillon et Najat Vallaud-Belhacem). La question a été abordée dans la première table ronde "La réussite scolaire pour tous" notamment dans les interventions de Viviane Bouysse et de Guy Charlot, Dasen du Nord. Florence Robine n’a pas manqué également d’évoquer cette politique.
La question de l’EP ne bénéficiait pas d’un atelier spécifique mais était abordée avec les problématiques de l’école rurale dans la plénière "Un système éducatif juste et efficace", avec en particulier les interventions de la rectrice de Lyon et de Patrick Picard.

 

COMMENTAIRES SYNDICAUX

Frédéric Sève (Sgen-Cfdt)
[...] S’il y avait bien une idée forte dans la refondation de l’école, c’est celle que la réussite scolaire est possible pour tous. Porteuse d’égalité, cette conviction était aussi mobilisatrice pour les personnels qui savent que les résultats de l’école française se sont détériorés parce qu’on a progressivement laissé décrocher les élèves les moins favorisés socialement. Un des chantiers majeurs de la refondation de l’école a ainsi été la refonte de l’éducation prioritaire. Le Sgen-CFDT, qui fut à l’origine du concept d’éducation prioritaire, en a soutenu les principes : resserrement de la carte d’éducation prioritaire pour concentrer les moyens d’action, ciblage uniquement sur les populations socialement les moins favorisées, réaffirmation de la dimension pédagogique de l’éducation prioritaire, valorisation des personnels qui y travaillent.

Assise sur de bon principes, cette réforme a néanmoins montré quelques limites dans sa mise en œuvre. C’est le cas de la carte de l’éducation prioritaire qui a été bâtie sur les collèges et leur secteur, négligeant complètement certaines écoles, à la population très défavorisée mais rattachées à un collège socialement plus mixte (les « écoles orphelines »). De même, si la pondération des heures accomplies en éducation prioritaire permet bien une reconnaissance du travail spécifique des personnels de ces établissements, elle est encore parfois appliquée comme générant des obligations supplémentaires. Enfin, l’attractivité des postes en éducation prioritaire n’est encore pas suffisante, ce qui oblige très souvent de travailler avec des collègues jeunes ou contractuels, par définition moins formés et moins expérimentés. Le Sgen-CFDT avait signé le protocole catégoriel de mai 2013 notamment parce que celui-ci prévoyait une amélioration du déroulement de carrière des personnels de l’éducation prioritaire. Cette disposition, encore en discussion, devra être à la hauteur des attentes si on veut vraiment réussir la refondation de l’éducation prioritaire.

Extrait de sgen.cfdt.fr : Refonder l’école : peut-on croire en la réussite pour tous ?

&nbsp :

Christian Chevalier (Se-Unsa)
[...] Benoit Hamon est intervenu pour dire que les changements pédagogiques ne suffisent pas mais qu’il faut aussi du progrès sociale. Qu’en pensez vous ?

Bien sûr cela va au-delà de l’école. Ce n’est pas que l’école qui doit changer. L’éducation prioritaire e réussira que s’il y a également une politique de logement, de quartier. Si on ne repense pas les territoires on pourra faire tous les efforts possibles, la ghettoïsation progressera.

Extrait de cafepedagogique.net du03.05.16 : Christian Chevalier : "J’aimerais qu’on entende les professionnels de l’Ecole"

 

Voir aussi
Le SNES et l’éducation prioritaire (Université Syndicaliste, SNES, 30 avril 2016)

 

AUTRES COMMENTAIRES

Laurent Bigorgne, directeur de l’Institut Montaigne

[...] La refondation, si refondation il devait y avoir, ne peut être qu’un moyen. Elle ne peut pas tenir lieu de vision. Le vrai objectif, concret, ce devrait être de rendre l’école plus performante et plus juste. La priorité, ce devrait être de s’attaquer à l’échec scolaire.

Comment ? En concentrant la totalité des moyens supplémentaires au primaire, dans l’éducation prioritaire, pour attaquer les difficultés à la racine. Et en remettant sur l’ouvrage les lycées professionnels.

Extrait de lacroix.fr du 01.05.16 : C’est un projet bien trop vague et conceptuel

 

Le Monde
- « Refonder l’éducation prioritaire pour une école plus juste ». Après celles de 1997 et de 2006, une nouvelle relance de l’éducation prioritaire en 2014 devait permettre de réduire l’écart de réussite entre les élèves de ZEP et les autres. L’idée, entre autres, était de resserrer la carte des ZEP, qui englobe 20 % des collèges, pour accroître l’investissement dans les zones qui en ont le plus besoin. La carte a été revue à la marge : sans diminuer le périmètre des ZEP, un noyau dur a été défini, les 350 « REP+ » (réseaux d’éducation prioritaire), qui reçoivent davantage de moyens, auxquels s’ajoutent 739 « REP ». Dans les REP+, les enseignants bénéficient d’une réduction du temps de service ; ils ont davantage de jours de formation et leur prime a été revalorisée. Reste que le label fait toujours fuir les classes moyennes et favorisées, et que les élèves de milieux défavorisés ou en difficulté scolaire restent concentrés dans ces zones.

Pour accroître la mixité dans ces collèges, la gauche a avancé avec prudence. Quatre ans après le début du quinquennat, elle s’est finalement emparée de l’épineux sujet de la carte scolaire, se contentant d’encourager les départements – compétents en matière de sectorisation des collèges – à trouver des solutions. Une vingtaine de conseils généraux (sur 100) se sont engagés à mener des expérimentations en ce sens à la rentrée 2016.

Extrait de lemonde.fr du 01.05.16 : Refondation de l’école

 

Comment la refondation est-elle perçue sur le terrain ? Impossible de le savoir aux Journées organisées par le ministère où les enseignants de terrain sont aussi rares que les vrais débats. Autant le demander là où la refondation aurait du porter ses effets en priorité, en suivant les « fils rouges » définis le 2 mai par N Vallaud-Belkacem : l’éducation prioritaire et le primaire. Nous avons sollicité trois grands témoins. Rachel Schneider , professeure des écoles et secrétaire départementale du Snuipp 93, Véronique Vinas , directrice d’une école maternelle dans le quartier populaire parisien de la Goutte d’Or et Rodrigo Arenas Munoz, président de la Fcpe 93. Trois témoins qui évoquent des espérances déçues, de l’ignorance du terrain et aussi des progrès.

Extrait de cafepedagogique.net du 04.05.16 : La Refondation vue du terrain

Voir aussi
Dossier MEN des Journées de la refondation : - "Comment ils changent l’école" : un chapitre "Education prioritaire" avec 4 reportages - Les vidéos de toutes les interventions

"Où en est la refondation de l’éducation prioritaire ?" Intervention de Patrick Picard (Centre Alain Savary) aux Journées de la refondation de l’école

Répondre à cet article