> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES > ACTIONS LOCALES par niveau et discipline/ > Actions locales A L’ECOLE > Ecole (Sport, EPS) > B* EPS et Maîtrise de la langue, expérimentation de l’école ECLAIR Guynemer 1 à (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

B* EPS et Maîtrise de la langue, expérimentation de l’école ECLAIR Guynemer 1 à Strasbourg

11 septembre 2012 Version imprimable de cet article Version imprimable

EPS et Maîtrise de la langue,
expérimentation art.34,
Ecole primaire Guynemer 1, Strasbourg

Développer « l’intelligence motrice » : exploiter les expériences en EPS afin de permettre aux élèves d’intégrer des savoirs et d’améliorer les performances dans les domaines de la langue

Nombre d’élèves et niveau(x) concernés
Cycle 2 Cycle 2 (CP-CE1) : 4 classes 4 enseignants + 2 Aides pédagogiques 4 étudiants (DEUST–faculté des sciences du sport – partenariat) les vendredis après midis

A l’origine
Contexte socio culturel complexe et difficultés scolaires très marquées : L’école de GUYNEMER 1, située au Neuhof dans un quartier en forte paupérisation, reçoit une population diversifiée d’élèves (élèves du quartier, gens du voyage…) en grande difficulté scolaire. Le taux de parents illettrés et /ou non francophones est également très élevé : pour 33% d’entre eux, le français n’est pas la langue usuelle (familles d’origine immigrée ou du voyage). Les enfants sont ainsi confrontés à un mélange de langues non maîtrisées : ils ne disposent donc pas d’une langue maternelle solide pour ancrer leurs apprentissages. Un nombre conséquent d’élèves arrive en CP sans avoir été (ou peu) scolarisés. L’école n’étant pas une priorité pour des familles en détresse sociale, nous devons faire face à un absentéisme conséquent.
D’autre part, les élèves ont du mal à développer un projet d’écolier et l’image que renvoient les parents ou les grands frères et sœurs induit que l’on peut toujours se « débrouiller » sans être lecteur ou scripteur. Les résultats aux évaluations en langage oral /écrit sont très faibles (mi-CP 2009-2010-2011 : 54% - 50% - 43% réussite). La prédominance des difficultés dans la découverte et l’appropriation du langage oral, vocabulaire très pauvre, syntaxe difficile … rend fragile l’accès aux compétences fondamentales.
Depuis de longues années, des actions diverses dans le cadre des différents projets d’école (décloisonnement, travail avec le Rased, les familles, les partenaires…) ont été mises en place pour essayer de remédier à ces difficultés. Le constat reste cependant inchangé et les difficultés perdurent.
L’équipe (en partie renouvelée au cycle 2) et sous l’impulsion de la direction, a choisi de s’engager cette année dans un projet expérimental qui donne la priorité à l’action motrice avec comme arrière-plan ses bénéfices sur la maitrise de la langue.

Description
La mise en place d’un tel dispositif permet de mobiliser une équipe « nouvelle » dont l’engagement dépassera les horaires habituels pour porter le projet avec ambition.
Ce fonctionnement est possible grâce :

  • aux ressources humaines supplémentaires : assistant Pédagogique ou d’Education…
  • à la disponibilité de la direction entièrement déchargée qui permet d’impulser, d’aider, de relancer le questionnement, de restituer, de faire le lien avec les intervenants extérieurs, de gérer l’administratif, les questions logistiques (matériel, salles…)

Cette expérimentation qui concerne pour l’instant le cycle 2, en ce début, a pour objectif de trouver un fil « conducteur » au cycle 3 (l’année suivante) avec les activités physiques et sportives (programme) et certains domaines d’enseignements (ex : français-maths et course d’orientation). La procédure expérimentale choisie s’appuie sur l’alternance entre l’activité physique qui est première et le travail sur la maîtrise de la langue.
Un travail langagier est nécessaire pour la formulation du vécu corporel (raconter- décrire - expliquer - argumenter). Les moments de verbalisation sont relayés par un écrit produit par l’enfant en fonction du niveau (CP-CE1). Ces phases « de langage sur l’action » doivent se dérouler en classe en amont et en aval de la séance de motricité : Liaison : classe – salle de motricité – classe L’essentiel résidant dans le fait que l’événement vécu ne se réduise pas à une simple animation motrice pour laquelle la trace resterait implicite, non exploitée, non verbalisée et où l’on resterait dans le domaine du ressenti, des sensations, impressions…

Modalité de mise en œuvre
Emploi du temps réaménagé

Fiche académique

Extrait du site Expérithèque : EPS et Maîtrise de la langue

Répondre à cet article