> PILOTAGE, ACCOMPAGNEMENT, ÉVALUATION, ORIENTATION > Accompagnement éducatif et personnalisé, Devoirs faits > Accompagn. éduc. (Etudes univers.) > Selon une enquête du SNUipp, 80% des enseignants du primaire trouvent le (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Selon une enquête du SNUipp, 80% des enseignants du primaire trouvent le dispositif d’aide personnalisée inefficace et beaucoup le trouvent inégalitaire car il accorde les mêmes ressources quelque soit le territoire

6 juin 2012

Inappropriée face aux difficultés lourdes, chronophage pour les élèves comme pour les enseignants… Selon l’enquête menée par le SNUipp-FSU « Aide personnalisée : opération vérité », 80% des enseignants du 1er degré ne jugent pas le dispositif efficace. Des résultats qui appellent de nouvelles mesures pour lutter contre la difficulté scolaire.

[...] Repenser le système de lutte contre la difficulté scolaire
Au final, cette enquête forte de la parole professionnelle des enseignants, appelle de nouvelles mesures concernant la difficulté scolaire. Il en ressort que l’aide personnalisée a vécu, tant ses défauts en matière d’efficacité et de rythme sont criants.

Extrait de snuipp.fr du 05.06.12 : AP. Il faut que ça change

 

Des extraits du dossier de presse qui concernent l’éducation prioritaire :
(p.3) : Sur les 18 625 enseignants des écoles qui ont répondu, 17% sont en ZEP.
(p.9) : En éducation prioritaire, les élèves sont le plus souvent pris à la fois en aide personnalisée et en aide spécialisée (76% contre 60% hors ZEP).
(p.14) : Les enseignants de maternelle font porter leur effort en priorité sur le langage, ceux de l’élémentaire sur la lecture. Dans les zones d’éducation prioritaire l’accent est davantage mis sur le langage oral, quand ailleurs il l’est plutôt sur le français et la lecture, ainsi que sur les méthodes de travail.

 

Sébastien Sihr, secrétaire général du SNUipp : Enfin, le dispositif est le même, avec les mêmes ressources, quelle que soit l’école. Or dans les écoles de centres- villes, les plus favorisées, il n’y a que deux-trois élèves concernés, qui peuvent donc être suivis tous les jours. Tandis que, dans les zones d’éducation prioritaires, là où une vingtaine d’élèves ont besoin de soutien, les enseignants suivent cinq élèves le lundi, cinq autres le mardi et ainsi de suite. L’école fait bien réussir ceux qui réussissent déjà bien…

Extrait de nouvelobs.com du 05.06.12 : bilan décevant du soutien scolaire à l’école primaire

 

Les parents divisés
" Il est inenvisageable que ces deux heures dédiées aux élèves disparaissent… pour de mauvaises raisons", estime la Peep. Valerie Marty, présidente de la seconde association de parents d’élèves, défend l’aide avec énergie. "Elle a un effet positif pour l’estime de soi mise à mal par les difficultés scolaires", nous explique t-elle.
Cet avis n’est pas partagé par la Fcpe. "L’aide doit avoir lieu durant les heures de classe", nous déclare Jean-Jacques Hazan, président de la Fcpe. "On n’est pas favorable à une demi heure ajoutée aux enfants qui ont du mal pour els empêcher de déjeuner avec les copains". Si les formes d’aide se succèdent régulièrement dans le système éducatif c’est qu’en effet l’aide séparée de la classe est rarement efficace. Mais dans la classe on rencontre la difficulté à gérer l’hétérogénéité. Aider n’est pas aussi simple qu’il parait.

Extrait de cafepedagogique.net du 06.06.12 : Primaire : Le Snuipp demande la suppression de l’aide personnalisée en 2013

Répondre à cet article