> PILOTAGE, ACCOMPAGNEMENT, ÉVALUATION, ORIENTATION > Accompagnement éducatif, Devoirs faits > Accompagn. éduc. (Etudes univers.) > Dispositif Devoirs Faits : révélateur des difficultés de transmission de (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Dispositif Devoirs Faits : révélateur des difficultés de transmission de l’information ? (Description sur le site du Centre Alain Savary d’une recherche-intervention menée en éducation prioritaire à Marseille)

7 juillet Version imprimable de cet article Version imprimable

Dispositif Devoirs Faits : révélateur des difficultés de transmission de l’information ?
Christine Félix et Jean-Claude Mouton, chercheurs à l’université d’Aix-Marseille, interrogent la transmission des devoirs à l’aide de l’agenda de l’élève, dans le cadre du dispositif Devoirs Faits. Ils proposent une analyse des difficultés ordinaires du travail des enseignants, des intervenants et des élèves ainsi que des leviers pour la formation.

Associer un milieu de recherche à un milieu de travail
Jean-Claude Mouton décrit un bref historique d’une recherche-intervention initiée dès la mise en oeuvre du dispositif Devoirs Faits. Le cadre de travail est celui de l’ergonomie de l’activité qui consiste à associer les acteurs volontaires et les chercheurs, sur la durée, en mobilisant les méthodes de l’analyse du travail.

Au départ, les objets de recherche étaient :
la prescription (vademecum Devoirs Faits) et son appropriation par les acteurs
l’organisation du travail des enseignants dans leur classe, des intervenants dans le dispositif et aussi des élèves
les répercussions dans le milieu familial.
La recherche-intervention a continué sur des objets plus fins. L’objectif étant toujours de permettre des débats, des controverses pour résoudre collectivement des problèmes de métier qui se posent, en associant au coeur du travail la santé, définie comme la possibilité de prendre la main sur son environnement.

[...] Christine Félix décrit les conditions et les organisations qui ont permis de mettre en place la recherche-intervention.

Cette recherche est le fruit d’une collaboration entre différentes institutions, la DAFIP, la SFERE, l’ADEF de l’université d’Aix-Marseille, l’Inspé et d’une demande issue du réseau REP+ Edouard Quinet sur la question du dispositif Devoirs Faits.

Ce projet ambitieux s’articule dans une organisation du travail en mille-feuille :

Le REP+ E.Quinet, le réseau des réseaux école-collège-lycée (territoire apprenant) et la cité éducative.
Un engagement progressif de 9 enseignants 2nd degré, 3 enseignants 1er degré, 3 AED, 1 CPC, 1 coordonnateur REP , 1 FEP, 1 conseillère à la cellule Politique de la Ville et 11 enseignants-chercheurs (didacticiens, sociologues, ergonomes).
Un comité de pilotage (principaux, proviseur de lycée, 2 FEP, IPR référente, IEN DAFIP, Responsable académique EP, équipe de chercheurs DIAS ).

La recherche-intervention se décline en deux types d’intervention :
des interventions perlées permettant à l’équipe recherche d’être mieux identifiée, de se familiariser avec les personnes et les problématiques, de constituer des équipes et d’affiner la commande (élaboration du cahier des charges) ;
des interventions massées pour observer et analyser en inter-métier les situations.
La finalité consiste à trouver des leviers et marges de manoeuvre en inter-métier pour concevoir des outils communs, produire des ressources pour la formation et didactiser des matériaux.

Tous les schémas et diagrammes ci-dessous sont issus des travaux de l’équipe de recherche DIAS de l’ADEF - Université Aix-Marseille

[...] Quel intérêt pour la formation ?
Que faire en formation de ces micro-situations qui sont bien connues de tous ?[2]

Tout d’abord une réponse locale au REP+, avec le constat que cet objet des devoirs et plus largement du travail personnel de l’élève n’est pas encore un objet de pensée collectif. Cet impensé ne veut pas dire que l’ensemble des professionnels n’ont pas réfléchi individuellement à cette question.

La recherche-intervention permet une certaine prise de conscience et une mise en perspective pour faire de cet objet, un objet collectif de travail. Elle permet aussi de pouvoir créer des règles et des outils communs, pour améliorer les apprentissages scolaires.

Elle permet aussi de co-élaborer des réponses locales, des savoirs adaptés au contexte et au projet de l’établissement, à l’histoire des enseignants et leur rapport aux devoirs donnés aux élèves.

Extrait de centre-alain-savary.ens-lyon.fr du 03.07.21

Répondre à cet article