> POLITIQUE DE LA VILLE > POLITIQUE DE LA VILLE. Types de documents > Politique Ville (Etudes univers.) > Une étude de Louis Maurin (Observatoire des inégalités) avance que les (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Une étude de Louis Maurin (Observatoire des inégalités) avance que les difficultés d’accès à l’emploi des jeunes de ZUS ne s’expliquent par la stigmatisation du quartier mais par les différences de capital social et de qualité de l’enseignement

4 mai 2011

Sur le marché de l’emploi, les jeunes issus des quartiers difficiles souffrent d’abord de leurs origines sociales et de la qualité du système d’enseignement, non d’une stigmatisation liée au quartier. Les explications de Louis Maurin, de l’Observatoire des inégalités

[...] « Il n’existe pas ou peu, concernant les jeunes issus de Zus, de barrières spécifiques dans l’accès aux différentes catégories d’emplois », indiquent-ils.

[...] Il n’en demeure pas moins qu’elle bouscule bien des analyses diffusées sur la stigmatisation des « quartiers sensibles ».
[...] . Qu’est-ce qui fait qu’au bout du compte les écarts sont aussi grands ? « Le capital social des parents s’avère très discriminant », indiquent-ils. 9,5 % des jeunes des cités ont un père cadre contre 25 % des autres jeunes. La ségrégation sociale du territoire, la concentration de populations défavorisées au même endroit, pèse lourd : c’est l’existence même de ces quartiers où sont concentrés les plus démunis qui pose problème. En outre, sans exagérer les écarts entre territoires, la qualité du système d’enseignement dans les Zus n’est pas équivalent à ce qui existe ailleurs. On retrouve là un effet lié au quartier !

Louis Maurin

Extrait de inegalites.fr du 28.04.11 : Emploi : de quoi souffrent les jeunes des quartiers en difficulté ?

Répondre à cet article