> INEGALITES SCOLAIRES (et Lutte contre les) > Ouverture sociale > Grandes écoles, universités, entreprises, fonction publ. > Ouverture sociale (Rapports officiels) > Selon un rapport de l’OVE révélé par Le Monde, la part des étudiants issus des (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Selon un rapport de l’OVE révélé par Le Monde, la part des étudiants issus des milieux populaires diminue depuis quatre ans

19 janvier 2011 Version imprimable de cet article Version imprimable

Cette enquête quadriennale, dont fait état Le Monde de mercredi, est la 6e réalisée par cet organisme qui dépend du ministère de l’Enseignement supérieur. Menée à partir des 33.000 réponses à un questionnaire, elle est représentative, selon lui, de 85% des inscrits dans l’enseignement supérieur.

Interpréter ces chiffres avec précaution

Si l’on compare 2010 à 2006, et même si « les populations étudiées et la structure et les conditions de l’enquête ont changé » entre ces deux dates, invitant à « interpréter les chiffres avec précaution », selon l’OVE, il ressort que la part des étudiants issus de classes populaires est passée de 35% en 2006 à 31% en 2010 (à populations égales) et que la part de ceux issus de classes supérieures est passée de 32 à 36%.

[...] « L’ouverture sociale de l’enseignement supérieur n’est pas si générale que ce qu’on voudrait bien voir », a commenté à l’AFP le responsable de l’OVE Ronan Vourc’h. « Le système français reste relativement sélectif », a-t-il ajouté. Il note « un élargissement des boursiers sur critères sociaux », qui est cependant dû à une hausse des boursiers « échelon 0 », seulement exonérés des frais d’inscription.

Extrait de 20minutes.fr du 19.01.11 : Les étudiants issus des classes populaires moins nombreux depuis quatre ans

Répondre à cet article