> 4 - Education prioritaire. 250 sous-rubriques (SR) > TYPE DE DOCUMENT (21 SR) > RAPPORTS OFFICIELS (6 SR) > Rapports paragouvernementaux > Un rapport (version provisoire) du Haut Conseil à l’Intégration (HCI) dénonce (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Un rapport (version provisoire) du Haut Conseil à l’Intégration (HCI) dénonce les risques de communautarisme dans les ZEP. Des recommandations portent aussi sur la réussite éducative, la liaison école-collège, le socle commun, l’école maternelle...

25 octobre 2010 Version imprimable de cet article Version imprimable

RELEVER LES DEFIS DE L’INTEGRATION A L’ECOLE
L’école, espace d’intégration sociale et culturelle
Avis du HCI

Ce document de travail, qui ne s’intéresse pas à toute l’école et à tous les enfants d’immigrés mais principalement à ceux qui fréquentent les "établissements ghettos", doit être remis dans sa forme définitive au Premier ministre au début du mois de novembre.

[...] "Il n’est pas rare d’avoir des classes primaires et de collèges entièrement composées d’élèves d’origine étrangère, partageant la même confession", constatent les auteurs du document pour lesquels "cet ’effet ghetto’ a des conséquences scolaires et sociétales préoccupantes".

[...] L’enfermement dans des établissements ghettos, l’incapacité des pouvoirs publics à inverser le phénomène, le rejet du français – langue mal maîtrisée – provoqueraient des replis communautaires et religieux :

Extrait de lejdd.fr du 24.10.10 : L’école menacée par le communautarisme

 

Les auteurs du rapport analysent l’efficacité des moyens publics mis en œuvre pour améliorer l’intégration et la réussite scolaire de ses élèves. L’Etat a déboursé 110 millions d’euros en 2010 pour financer le programme de réussite éducative prévu par la loi de cohésion sociale, rappelle le HCI. Plus de 725 000 collégiens (près d’un tiers des effectifs) et 147 000 élèves du primaire en ont bénéficié en 2008-2009. Le HCI vante les mérites d’une démarche d’accompagnement individualisé des élèves en difficulté mais note le manque de coopération et d’informations entre les différents acteurs et l’absence d’évaluation des dispositifs.

Extrait de lemonde.fr du 24.10.10 : Un rapport souligne les difficultés de l’école à intégrer les enfants de l’immigration

 

Lire le texte intégral du rapport (136 p.)

Extraits : Les recommandations du HCI concernant plus particulièrement l’éducation prioritaire et la politique éducative de la ville

- page 25. Comme il l’avait déjà préconisé en 200226 le HCI recommande d’implanter les structures
destinées aux ENAF hors des zones d’éducation prioritaire afin de favoriser l’intégration
socio-culturelle des primo-arrivants. [...]

- page 48. Du fait de la mise en place et du développement de l’accompagnement éducatif et de l’aide personnalisée aux élèves par le Ministère de l’Education nationale en 2008, le HCI recommande de redéfinir les actions des programmes de réussite éducative autour de
l’accompagnement vers l’école maternelle, de la parentalité (relations parents/établissements, formations linguistiques…) mais aussi de la santé (aide psychologique, orthophonie…) et de l’éducation à la santé (difficultés à parler de la santé, de l’hygiène, des rythmes de la
chronobiologie…).
Vu l’importance des moyens mobilisés, le HCI recommande d’accompagner, sans délais, les
associations par la rédaction d’un cahier des charges précis incluant notamment les objectifs
visés, les modalités de mise en oeuvre et les critères d’évaluation des actions conduites.
A cet effet, il demande la création d’un référentiel commun Politique de la Ville / Education
nationale de suivi de la performance locale et nationale des programmes de réussite éducative.
Ce référentiel sera co-piloté par les deux institutions.
Le HCI recommande la mise à plat de l’ensemble des dispositifs visant à la rationalisation des moyens autour du développement du Programme de Réussite Educative.

- page 49. La création d’un établissement public de coopération éducative comme le préconisait la loi de cohésion sociale de 2005 est une piste à ré-explorer pour, partant des orientations nationales partagées par les participants aux instances décisionnelles, renforcer la lisibilité des actions et des résultats. Aussi le HCI en recommande-t-il la création.

- page 51. Le HCI recommande de :
. faire porter à l’école maternelle l’aide personnalisée sur les élèves en difficultés de langage ;
. éviter l’aide personnalisée pendant la pause méridienne ;
. rendre obligatoire l’Aide Personnalisée aux Elèves (APE) et l’accompagnement éducatif au
collège aux élèves repérés en difficultés ;
. dans l’état actuel de la structuration du temps à l’école primaire, consacrer le mercredi matin
à la personnalisation de l’aide.
A côté des internats d’excellence qui doivent être réservés prioritairement aux bons élèves et
aux élèves à potentiel repéré, il propose que :
. dans les établissements scolaires des territoires de l’éducation prioritaire, des activités
d’approfondissement et d’accompagnement des bons élèves soient mises en place sous la
direction d’un tuteur ;
. d’instaurer un indicateur longitudinal de réussite scolaire

- page 54. Le HCI recommande de mesurer l’effet de l’aide personnalisée et de l’accompagnement
éducatif sur les parcours des élèves qui en bénéficient.
Constatant que des élèves issus de l’immigration, comme beaucoup d’élèves issus de milieux
sociaux défavorisés, souffrent de déficit culturel, le HCI préconise de renforcer les actions,
hors temps de classe, dans le domaine de la culture, dès l’école primaire, en s’appuyant notamment sur des intervenants extérieurs qualifiés et, dans l’accompagnement éducatif au
collège, de renforcer les actions à caractère culturel qui contribuent à l’appropriation du patrimoine commun , en évitant de les limiter à des cultures suburbaines.

- page 61. Le HCI constate que même à niveau d’études équivalent et niveau d’études supérieures, l’aide des parents immigrés aux devoirs reste moins fréquente que dans les familles non immigrées.
Aussi recommande-t-il le développement des études dirigées.

- page 72. Le HCI souhaite que soient étudiées d’autres modalités de versement des aides financières qui
orientent plus délibérément les sommes versées vers des services ou des produits éducatifs

- page 75. Le HCI recommande d’accélérer la mise en place du livret de compétences et renouveler les
pratiques d’évaluation pour donner place à l’évaluation formative.

- page 86. Le HCI se félicite que le HCE invite à renforcer "la continuité entre l’école primaire et le
collège
– maillons constitutifs et solidaires de l’« École du socle commun »

- page 86. Le HCI préconise d’expérimenter l’organisation de la scolarité obligatoire en associant dans
un même établissement et sur un projet pédagogique unique le collège et les écoles de son
secteur de recrutement, dans une continuité ordonnée de parcours fondée sur la maîtrise du
socle commun de connaissances et de compétences

- page 115. Le HCI préconise la mise en place d’un dispositif de lutte contre l’illettrisme dans le cadre des Programmes de Réussite Educative.

- page 116. Le HCI recommande de
. rendre l’école obligatoire dès 3 ans : école à part entière, l’école maternelle est le lieu
premier de la socialisation et de l’apprentissage de la langue ;
. spécialiser la formation des professeurs enseignant en école maternelle

- page 117. Parce qu’elles favorisent l’installation de la confiance et contribuent à mieux faire connaître
les modalités d’éducation aux familles, le HCI recommande de développer les classes passerelles et de les intégrer à une politique d’ensemble d’accueil de la petite enfance.

- page 121. Le HCI recommande de rendre plus compréhensible par les familles les informations concernant les performances et les projets des établissements scolaires et de renforcer
l’information sur les modalités d’assouplissement de la carte scolaire en la portant auprès des bénéficiaires potentiels

- page 124. Le HCI recommande de différencier nettement, dans le premier degré, en particulier pour l’école maternelle, le CP et le CE1, l’affectation des moyens pour permettre aux élèves des ZEP
d’acquérir un niveau scolaire satisfaisant.

- page 126. Le HCI recommande d’accompagner les collectivités territoriales pour faire évoluer dans un sens de plus grande mixité sociale le réseau des établissements scolaires pour lesquels elles sont compétentes.
Cette évolution doit pouvoir aller jusqu’à la fermeture ou l’ouverture d’unités d’enseignement.

- page 127. Dans le second cycle, le HCI recommande de développer les réseaux d’établissements sur un même bassin pouvant aller jusqu’à la création, à titre expérimental, d’annexes d’établissements de centre-ville dans les territoires de l’éducation prioritaire.

- page 129. Le HCI recommande de développer les réseaux établissements d’enseignement supérieur /
établissements du second degré notamment ceux implantés en quartiers à forte proportion de
populations précarisées et de conforter la démarche des « cordées de la réussite ».

 

Ci-dessous, extrait de public sénat, le point de vue d’une sénatrice PS (Bouches-du-Rhône) et d’un sénateur UMP (Seine-Saint-Denis)

Pour la sénatrice PS des Bouches-du-Rhône, Samia Ghali, d’origine algérienne, évoquer les seuls enfants issus de l’immigration n’a pas de sens : « L’école a de plus en mal à intégrer tout court ». La vice-présidente de la région PACA, qui a grandi dans un bidonville des quartiers Nord de Marseille est claire : « Aujourd’hui en France, nous sommes dans l’apartheid scolaire et même dans la ghettoïsation ». Et se désole que l’éducation ne soit pas une « priorité » du gouvernement actuel. Elle déplore le manque de financement alloué à l’Education.

Un constat que ne partage pas vraiment Philippe Dallier. Pour le Sénateur UMP de Seine-Saint-Denis, « Il faut arrêter de remettre encore et toujours sur la table la question du manque de moyens ». Il poursuit : « Je crois qu’il faut se reposer la question d’un système éducatif en fonction des publics concernés. C’est la vraie question ». Le sénateur préconise un meilleur aménagement des classes. Car, rappelle-t-il, « dans les zones d’éducation prioritaire (ZEP), on s’aperçoit que le nombre d’élèves moyens par classe au collège, comme celles de mon département, tourne autour d’une vingtaine de personnes. Pourtant, en province, un collège qui est hors ZEP peut-être quelquefois en dessous de ce chiffre ».

Pour ce qui est des solutions envisageables, le sénateur s’interroge : « Est-ce que redescendre à une moyenne par classe de vingt élèves quand on a cinquante pour cent des enfants dont les parents ne parlent pas le français est suffisant ? ». Et de rajouter : « La réponse est clairement non ». Philippe Dallier pense que les causes de cette faiblesse sont lointaines : « C’est un échec de trente années de gouvernements successifs ».

 

Voir aussi
La version définitive du rapport du HCI (Haut conseil à l’intégration) sur "les défis de l’intégration à l’école" accentue les recommandations sur les ZEP, les ZUS et le PRE. Les 50 recommandations

Répondre à cet article