> EDUCATION/SYSTEME EDUCATIF. Généralités et Niveaux > EDUC. Niveau MATERNELLE et PETITE ENFANCE > Maternelle (Positions politiques et syndicales) > Le débat sur la scolarisation des 2-3 ans se poursuit : Café pédagogique, (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Le débat sur la scolarisation des 2-3 ans se poursuit : Café pédagogique, AGEM, SNUipp

7 novembre 2008 Version imprimable de cet article Version imprimable
  Sommaire  

Extrait de L’Expresso du 06.11.08 : Il faut sauver l’école maternelle

S’il est une règle sociologique qui s’impose c’est bien celle qui veut que les plus faibles soient les premières victimes des tensions à l’intérieur d’une organisation. C’est très clairement ce qu’on observe dans l’éducation nationale à propos des Rased et de l’école maternelle.

Les enfants suivis par les maîtres des Rased appartiennent souvent aux catégories les plus défavorisées. Ce sont eux qui sont touchés en premier quand il s’agit de récupérer des moyens, en l’occurrence 3 000 postes. Le gouvernement préfère supprimer l’aide spécialisée aux plus démunis que, par exemple, diminuer les dégrèvements fiscaux des familles utilisant les services d’accompagnement scolaire payant.

Très logiquement, c’est maintenant l’école maternelle qui est victime des économies budgétaires. En 3 ans, le nombre de postes affectés à la scolarisation des 2-3 ans a fortement baissé, les recteurs ayant pris l’habitude d’utiliser cette école comme variable d’ajustement. Leur éradication pourrait être totale dès la rentrée 2010. Mais plusieurs faits donnent à penser que la scolarisation à 3 ans, qui n’est pas obligatoire, n’est plus à l’abri. Le rapport Papon évoque un contrôle à l’entrée en petite section, le rapport Censi, une réduction de 2 années de la scolarité en France.

Or la France détonne avec la plupart des pays du monde qui ont choisi de renforcer l’enseignement pré-élémentaire. C’est que son efficacité est prouvée. En France, "les recherches ont systématiquement relevé un lien positif entre la durée de fréquentation de l’école maternelle et la réussite des élèves à l’école élémentaire, tant sur le plan des acquisitions que sur celui de la qualité des parcours scolaires" relève Bruno Suchaut, directeur de l’IREDU.

L’école maternelle est prédictrice de la réussite scolaire. B. Suchaut a pu identifier des compétences précises acquises en maternelle et qui, selon ses travaux, décident de l’avenir scolaire. "Les compétences dans l’acquisition de la langue écrite, dans la structuration du temps et dans la construction du nombre à la fin de l’école maternelle déterminent les capacités attentionnelles des élèves à l’entrée au cycle III. Par ailleurs, ces capacités attentionnelles sont liées aux compétences en calcul mental qui elles-mêmes vont déterminer les futures acquisitions des élèves en numération et calcul à l’entrée au collège et, de façon indirecte, les compétences en compréhension. Ce dernier domaine étant central pour expliquer la réussite ou l’échec des élèves à l’entrée au collège... Les analyses montrent que les élèves sont d’autant plus armés à l’entrée au collège s’ils ont développé des compétences élevées dans certains apprentissages à l’école maternelle".

Sa réduction serait également une catastrophe sociale. D’une part, une étude de la DEPP montre que les acquisitions en maternelle profitent prioritairement aux défavorisés. D’autre part, les systèmes de remplacement qui sont envisagés, type jardin d’éveil, seront payants et donc inaccessibles à ces publics.

Pour toutes ces raisons il est souhaitable que la mobilisation qui s’est portée sur les Rased bénéficie également à une école nettement menacée.

Le dossier maternelle du Café pédagogique.

 -----------

L’Ageem s’adresse aux parents

"Confrontés aux provocations, on veut montrer ce qu’on fait et construit". Lucile Barberis, présidente de l’Ageem, une association qui regroupe des enseignants de maternelle, a lancé le 5 novembre une grande campagne de communication qui se déroulera ces prochaines semaines dans les principales villes.

Par "provocations" l’Ageem entend les propos de X. Darcos sur les enseignants de maternelle, les rapports Papon et Tabarot, la publication d’un pamphlet, tout un environnement qui témoigne de pressions croissantes sur l’école maternelle.

Face à cela l’Ageem publie un "Guide à l’usage des parents" qui présente l’école maternelle et son fonctionnement. Il répond à l’absence complète de la maternelle dans le "Guide des parents" publié cette année par le ministère. Le Guide sera présenté aux parents lors de spectacles et d’expositions qui auront leu dans les villes françaises. Ainsi, à Périgueux, toutes les écoles maternelles participent à des expositions. L’Ageem fera également signer un manifeste de défense de l’école maternelle publique.

Le guide des parents

L’affiche

 -----------

Extrait de l’Expresso du 07.11.08 : Maternelle : Le Snuipp condamne le rapport Papon

"Le rapport cache mal la volonté d’économiser des postes à l’école maternelle, de remettre en cause le principe de gratuité et d’aboutir à une réduction des ambitions du service public d’éducation" estime le Snuipp en réponse à la publication du rapport Papon - Martin.

Le syndicat estime que les propositions du rapport "ne s’appuient sur aucun rapport précis d’évaluation de la scolarisation précoce. Elles reviennent sur la loi actuelle qui prévoit d’étendre la scolarisation des enfants de moins de trois ans, en priorité, dans les écoles situées dans un environnement social défavorisé". Il invite les enseignants à participer à un colloque le 19 novembre à Paris et à faire grève le 20 novembre.

Le communiqué

Sur le Café, le rapport Papon-Martin

 -----------

Dans Libération du 4 novembre 2008 :

- Le Sénat en remet une couche

Faut-il scolariser les enfants de 2 ans ? Non, si l’on écoute le ministre de l’Education, Xavier Darcos. D’après lui, les enseignants de maternelle passent l’essentiel de leur temps à « leur faire faire des siestes et à leur changer les couches ». (voir vidéo en cliquant ici. Faux, répliquent des parents d’élèves, des enseignants et des élus locaux : loin de perdre leur temps à l’école, les petits de 2 ans découvrent la vie en société. Pour les plus défavorisés, c’est aussi une ouverture culturelle unique.

[...]

Véronique Soulé

- « L’école à 2 ans ne compense pas les déficits sociaux »

Rémy Guilleux, président « éducation jeunesse » à l’Union nationale des associations familiales, est opposé à l’école à 2 ans.

Lire l’article

Répondre à cet article

1 Message