> VIE SCOLAIRE : Climat, Décroch., Internats, Rythmes, Santé > Décrochage, Absentéisme > Décrochage (Actes) > « Question de langue » au séminaire sur les 16-18 ans « première chance (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

« Question de langue » au séminaire sur les 16-18 ans « première chance »

18 juin 2007 Version imprimable de cet article Version imprimable

Extrait du site de la DPM, le 18.06.07 : L’éducation des 16-18 ans : première chance

Deuxième séance, 28 juin 2007, de 9 heures 30 à 16 heures 30

Lycée Voltaire - Amphithéâtre

101, avenue de la République, 75011 Paris - Métro Père Lachaise

 La question de la langue

La deuxième séance du séminaire "éducation des 16/18 ans : première chance" organisée par le CNDP-VEI, la DPM, la DIV, l’ACSE aura lieu le jeudi 28 juin 2007 de 9h30 à 16h30 et portera sur la question de la langue.

Cette séance se tiendra dans l’amphithéâtre du Lycée Voltaire, 101 avenue de la République 75011 Paris, métro Père Lachaise.

Etant donné le nombre limité de places, il faut vous inscrire rapidement.

Séminaire "l’éducation des 16 18 ans : première chance"
Le centre national de documentation pédagogique-Ville École Intégration (CNDP-VEI) organise, en partenariat avec la direction de la population et des migrations (DPM), l’agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances ( l’ACSE ), la délégation interministérielle à la ville (DIV), un séminaire ( 5 séances dont la première démarre le 3 mai ) sur "l’éducation des 16 18 ans : première chance" :

Quelles réponses éducatives pour les jeunes qui ne sont plus soumis à l’obligation scolaire ?" rassemblant une petite cinquantaine de personnes (administrations, chercheurs, praticiens..).

 L’éducation des 16-18 ans : première chance

C’est autour du palier des 16 ans, âge de la fin de la scolarité obligatoire, que se joue le plus souvent le destin scolaire et social des jeunes. La majorité d’entre eux poursuivent leur scolarité mais, pour un grand nombre de jeunes nouveaux arrivants, ou de jeunes issus de l’immigration et/ou habitants des quartiers populaires, cet âge marque définitivement ou temporairement la fin de leur scolarité et donc d’un processus éducatif auquel ils devraient pouvoir encore bénéficier en tant que mineur. Malgré les nombreux dispositifs mis en place ces dernières années, les résultats obtenus interrogent fortement l’ensemble des politiques publiques.

L’objectif de l’acquisition par tous d’un socle commun de connaissances et de compétences rend d’autant plus urgente la mobilisation à l’égard de ces publics. En effet, il convient de réfléchir aux contradictions qui persistent entre, d’une part l’accès au statut d’adulte à 18 ans, et d’autre part la fin de la formation obligatoire à 16 ans qui ne concerne dans les faits qu’une partie des adolescents les plus défavorisés et révèle des inégalités de traitement entre les jeunes. Ces inégalités provoquent une série de conséquences graves tant sur le plan personnel pour chacun d’entre eux : dépréciation de soi, sentiment d’échec et d’exclusion, souffrances psychiques, que sur le plan social : exclusion et violences possibles.

Tous les pays européens sont confrontés à des difficultés analogues et s’interrogent sur les réponses à apporter. Le groupe de travail oriente ses travaux selon les 3 axes suivants : intégration, insertion, prévention. Ses travaux viseront à répondre à la question suivante : quelles réponses éducatives pour les jeunes qui ne sont plus soumis à l’obligation scolaire ? Le champ du séminaire portera sur les jeunes primo arrivants et les jeunes issus des quartiers et notamment ceux issus de l’immigration. Le groupe de travail poursuit les objectifs suivants :

1. établir un état des lieux : situation des jeunes et politiques publiques ;

2. rechercher, en amont des divers dispositifs de remédiation et d’insertion post scolaire, les moyens d’améliorer les dispositifs existants d’une part, et d’autre part, d’imaginer des formules nouvelles qui permettraient non seulement d’anticiper et d’éviter l’échec, maos également de promouvoir une meilleure réussite des jeunes fragilisés et une meilleure maîtrise des compétences linguistiques ;

3. diffuser ses travaux (colloque septembre 2008) et publication des actes en amont dans la revue Diversité Juin 2008

Le groupe de travail fait appel à des chercheurs et à des experts des différents champs requis français et européens et recourt à l’audition d’acteurs.

Maryse Hédibel, sociologue, maîtresse de conférences à l’IUFM du Nord Pas de Calais et chercheure au CESDIP/CNRS assure le suivi scientifique des 5 séances prévues

- 28 juin 2007 : La langue et ses enjeux

- 13 septembre 2007 : Les phénomènes d’ethnicisation / discrimination

- 18 octobre 2007 : La santé des adolescents

- 23 Novembre 2007 : Les élèves nouvellement arrivés de 16 à 18 ans

Contacts :

DPM : Bruno Morin

CNDP : Marie Raynal

Sites :

Le site du CNDP

Le site de la DIV

Le site de l’ ACSE

Le site de la DPM

Répondre à cet article