> 10 - AGENDA > 51- Archives > Revue de presse : archiv. 2008-2001 (non classées en rubriques (...) > Revue de presse. Archives 2008 à 2004 > année 2004 > décembre > 08/12 - Grève, notamment pour les ZEP (Le Journal de Saône-et-Loire)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

08/12 - Grève, notamment pour les ZEP (Le Journal de Saône-et-Loire)

9 décembre 2004 Version imprimable de cet article Version imprimable

Extrait du « Journal de Saône-et-Loire » du 08.12.04 : grève, notamment pour les ZEP.

De 15 à 30 % d’enseignants grévistes en Saône-et-Loire, selon les sources.

La FSU, à laquelle s’ajoutait, en Saône-et-Loire, la CGT-éducation, appelaient hier à une grève dans les établissements scolaires tous personnels confondus, pour dénoncer les suppressions de postes, la loi d’orientation, l’absence de négociations sur les salaires dans la fonction publique et les effets de la décentralisation sur le personnel atos.

Cette grève a été diversement suivie mais, de l’avis même des syndicats elle n’a pas remporté un réel succès. Selon les chiffres de l’inspection académique, sur 93,75 % des lycées sondés, la grève a concerné 14,38 % d’enseignants (sur le nombre d’effectifs attendus). Sur l’ensemble des établissements c’est le pourcentage de 12,33 % d’enseignants grévistes qui est enregistré et 9,35 % de grévistes tous personnels confondus. Du côté des syndicats qui prennent en compte les grévistes déclarés, on estimait à 14 heures qu’il y avait en moyenne 30 % de grévistes pour le personnel enseignant, sur une trentaine d’établissements. Le record de participation a été enregistré au lycée agricole de Davayé (qui connaît des problèmes de dotation horaire) avec 60 % d’enseignants grévistes et 100 % de surveillants. alors qu’aucun personnel atos ne faisait grève. Mais dans des lycées comme Jean-Jaurès ou Lavoisier au Creusot, on ne comptait respectivement que 15 % et 6 % d’enseignants grévistes.

Au cours de l’assemblée générale qu’ils ont tenu dans la matinée, les représentants syndicaux ont, outre les revendications nationales, évoqué des problèmes propres au département avec des projets de fermeture d’établissements. « Ils sont l’illustration départementale des restrictions budgétaires annoncées au niveau national » explique Yves Lemal, le secrétaire départemental de la FSU 71.

Il a ainsi été question des projets de regroupement de lycées au Creusot ou du projet de fermeture du collège Jean Zay à Chalon, de la diminution des moyens spécifiques aux ZEP ou l’abandon de la formation professionnelle publique au profit de l’apprentissage patronal. « Cette journée était un coup de gueule pour alerter l’opinion publique. Nous souhaitons que la mobilisation s’étende et appelons à la poursuite de la mobilisation vers des actions dans le secteur public en janvier, et de toutes les façons dans l’Éducation au moment de la carte scolaire qui mettra en évidence les problèmes, chiffres à l’appui ».

M.-C. Baron-Fagé.

Répondre à cet article