> 10 - AGENDA > 51- Archives > Revue de presse : archiv. 2008-2001 (non classées en rubriques (...) > Revue de presse. Archives 2008 à 2004 > année 2006 > septembre 2006 > 13.09.06 - 25 % des 1 000 postes proviennent du 1er degré

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

13.09.06 - 25 % des 1 000 postes proviennent du 1er degré

13 septembre 2006 Version imprimable de cet article Version imprimable

Extrait de « Fenêtres sur cours » du 11.09.06 : ZEP : Recrutements pour les réseaux « ambition réussite »

Le plan de relance des ZEP » (voir Fsc* n°283), annoncé par le ministre de l’éducation nationale en décembre dernier, prévoit le renforcement des équipes éducatives des 249 réseaux ambition réussite (les EP1), par 1 000 enseignants supplémentaires et 3 000 assistants pédagogiques.

Pour l’instant, le ministère estime qu’environ 25 % de ces postes ont été pourvus par des enseignants du primaire, les autres venant du second degré. Les missions définies pour ces personnels s’inscrivent dans la volonté d’apporter « une aide supplémentaire, significative et personnalisée, aux élèves en difficulté » : accompagnement renforcé dans le cadre des PPRE, organisation des cours en classes réduites ou co-intervention, prise en charge d’élèves difficiles en petits groupes, participation à l’éducation à la citoyenneté, mise en place d’études accompagnées au cycle 3 et au collège, quatre soirs par semaine. Conservant une charge d’enseignement à temps partiel, ces enseignants volontaires peuvent partager leur service entre le premier et le second degré. Ils doivent également participer à l’accompagnement des jeunes enseignants.

Les remontées au ministère pour cette rentrée montrent que la liaison école-collège est privilégiée à 43%. Viennent ensuite les actions éducatives (25%), puis l’accompagnement des nouveaux enseignants (11%). Recrutés sur des postes à profil, ces enseignants pourront bénéficier d’un contingent supplémentaire d’accès à la hors classe après cinq années passées dans un réseau ambition réussite.

Pour le SNUipp et la FSU, il n’est pas admissible que ces postes soient financés par « redéploiement ». Le financement a été effectué par amputation des horaires de classe en cinquième et en quatrième (une demi-heure de moins !). Il n’est pas admissible non plus que la mise en place de ces postes fasse postes, horaires). La focalisation médiatique sur les réseaux « ambition réussite » ne doit pas faire oublier les autres établissements de ZEP (EP2 et EP3) pour lesquels aucun moyen supplémentaire n’est prévu.

DL

* « Fenêtres sur cours » (FSC) est le journal du Syndicat national des instituteurs, professeurs des écoles et PEGC (SNUipp)

Répondre à cet article