> VI- PÉDAGOGIE : Pédagogies, Disciplines, Actions locales (en EP) > ACTIONS PEDAGOGIQUES LOCALES (par niveau et discipline) > Actions locales AU COLLEGE > Collège (Décrochage, Remotivation)* > B* Un jeu de rôles sur la police scientifique pour élèves décrocheurs (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

B* Un jeu de rôles sur la police scientifique pour élèves décrocheurs regroupés dans une "classe Boost" au collège REP+ Les Grands Champs de Poissy (78)

1er août 2023

Le Mystère des Grands Champs

QUOI ?

Le projet s’adresse à un groupe d’élèves de 4ème et de 3ème repérés en décrochage scolaire par l’équipe éducative. Ces élèves, volontaires pour participer, sont extraits ponctuellement de leurs classes respectives et forment alors un nouveau groupe : "la classe BOOST". Il est proposé à ces élèves un jeu de rôles se déroulant sur plusieurs semaines devant aboutir à la résolution d’une enquête criminelle fictive.

Problématique générale : Comment les techniques scientifiques modernes peuvent-elles aider à élucider un crime ?

Cette problématique est abordée sous un angle pluridisciplinaire. De plus, le projet est marqué par des temps forts avec la participation d’intervenants extérieurs hautement qualifiés. Il s’agit aussi de travailler différemment avec les élèves en valorisant leurs points forts, trouver de nouveaux leviers pour ce public à la fois fragile mais aussi dynamique, curieux et résilient.

Recherche

QUI ?

3 membre(s) dans l’équipe - 6 partenaire(s)

• Une grande liberté d’action a été donnée par la Direction de l’établissement qui soutient le projet dans ses différents aspects (financier, organisationnel...).

• Les services académiques (DAAC, CARDIE) suivent le projet et participent à son accompagnement pédagogique et didactique, à sa valorisation, au financement des partenaires et des enseignants impliqués (notamment à travers la réalisation d’un PACTE).

• Sciences à l’école a prêté à l’établissement une mallette KIT EXPERT d’une valeur d’environ 6000 euros qui contient du matériel scientifique de pointe permettant aux élèves de réaliser des expérimentations comme de véritable techniciens scientifiques.

• D’autres partenaires sont intervenus auprès des élèves. Ils ont permis de couvrir un large éventail de connaissances et de compétences scientifiques et judiciaires :
◦ OPIE : Office pour les insectes et leur environnement
◦ IRCGN : Institut de recherche criminelle de la Gendarmerie nationale
◦ Université de Cergy Pontoise

- Les partenaires

Structure Participation Période
IRCGN • Assister les élèves lors de la découverte de la scène de crime pour leur faire prendre conscience des bonnes pratiques de recueil des échantillons.
• Analyser avec les élèves certains échantillons,
• Aider à l’orientation des élèves
Du : 01/09/2022
Au : 06/07/2023
CARDIE Versailles • Accompagnement pédagogique et didactique du projet
• Valorisation du projet
Du : 01/09/2022
Au : 06/07/2023
Sciences à l’Ecole • Prêt d’un KIT EXPERT d’une valeur de 6000 euros comprenant du matériel scientifique de pointe,
• Valorisation du projet sur le web et les réseaux sociaux,
• Articulation des partenariats.
Du : 01/09/2022
Au : 09/07/2023
DAAC • Soutien horaire du projet par l’intermédiaire d’un PACTE
• Valorisation du projet
Du : 01/09/2022
Au : 06/07/2023
CY Cergy Paris Université • Accueil des élèves à l’université pour la réalisation d’expériences en lien avec leur enquête,
• adaptation des protocoles pour les élèves à la demande,
• visite des laboratoires de recherche
Du : 01/09/2022
Au : 06/07/2023
OPIE Réalisation d’une séance autour de l’entomologie légale. Du : 01/09/2022
Au : 07/07/2023

- Les participants

• 12 élève(s)
• 3 enseignant(s)
• 10 autre(s) participant(s)

OÙ ?

CLG LES GRANDS CHAMPS, Poissy (78), académie de Versailles (025)

Collège - 4ème, 3ème

• L’établissement est classé REP+.
• Le collège, situé à 1,5km du centre-ville, est assez excentré des lieux culturels. Les abords du collège sont parfois le terrain de règlements de compte. Il est situé dans une zone relevant de la politique de la ville, au sein du quartier de Beauregard classé QPV dont vient la majorité des élèves.
• Le collège scolarise 550 élèves, les effectifs étant en forte hausse ces dernières années. A titre de repère, 297 élèves étaient scolarisés dans l’établissement en 2018. Cette dynamique positive va de pair avec un gain notable d’image. Elle pourrait se poursuivre dans les années qui viennent, une partie des logements à proximité de l’établissement n’étant pas encore livrée. • Le public cible est très défavorisé : 52% d’élèves sont boursiers, 33% des familles vivent en dessous du seuil de pauvreté.
• Le climat scolaire est relativement apaisé. De nombreux projets sont menés dans l’établissement qui affiche un taux très satisfaisant de réussite au DNB.

• 1 académie(s)
• 1 établissement(s)
• 10 classe(s)

POURQUOI ?

- Problème identifié

• Un contexte social défavorisé :
L’établissement est classé REP+, le public accueilli est très défavorisé (taux élevé de boursiers et de familles vivant sous le seuil de pauvreté).

• Remobiliser les élèves en « décrochage scolaire » :
Le recoupement de différentes données a permis d’identifier une douzaine d’élèves en situation de décrochage scolaire. Ce projet vise donc à « accrocher » des élèves peu scolaires, à les valoriser, à élargir leur champ culturel et au final à modifier leur rapport à l’école.

• Enrichir l’offre scientifique et agir en synergie avec les autres projets :
Malgré tous les projets proposés, l’offre scientifique était finalement assez limitée pour les élèves dans l’établissement.

• Lutter contre une image de la police parfois dégradée en recréant du lien :
Certains faits divers récents ont montré une hostilité de certains jeunes envers la police. Cela révèle la nécessité de rapprocher les forces de l’ordre et la jeunesse.

- Indicateur(s) qualitatif(s)

• Absences
• Retards
• Résultats scolaires
• Retenues
• Observations
• Comportement en classe
• Rapport à l’école

QUAND ?

Du 01/09/2022 Au 06/07/2023

COMMENT ?

Le projet met en valeur les compétences des élèves les plus fragiles. Les tâches qui les mettent régulièrement en échec sont évitées en début de projet. L’accent est mis sur les manipulations, l’expression orale ou le numérique. L’approche par l’observation du réel permet une entrée facilitée dans les tâches. La visualisation, la manipulation, les tâtonnements permettent aux élèves de s’approprier les notions. Les élèves sont sollicités en permanence pour mener une réflexion personnelle et collective autour du projet. Ces phases de travail permettent la confrontation des points de vue. Le temps nécessaire aux essais est laissé : l’erreur, formatrice, est dédramatisée, s’intégrant dans le processus d’apprentissage et de démarche d’investigation. La présence de plusieurs enseignants en co-intervention ainsi que de partenaires extérieurs dont le rôle est clairement identifié donne du sens aux apprentissages. Le réinvestissement dans les disciplines traditionnelles y contribue également.

- Modalités de mise en œuvre

• Le projet « Les Mystères des Grands Champs » s’inscrit dans le dispositif « boost ». Les élèves préalablement identifiés par l’équipe éducative se sont verront ainsi proposer l’inscription au projet « Les experts à Poissy ». Leur inscription définitive est conditionnée par l’accord de leurs parents. Le projet n’a pas de caractère obligatoire mais les élèves repérés seront fortement incités à participer.

• Il est prévu que des élèves puissent sortir du dispositif de façon anticipée sur demande de l’élève ou bien de l’équipe éducative qui ne trouverait pas une plus-value à sa participation. A l’inverse, de façon très ponctuelle, un ou deux élèves en perte de vitesse pourraient intégrer le "noyau" d’élèves stable du début jusqu’à la fin du projet.

• Au niveau horaire, le projet correspond à 1h hebdomadaire concernant les élèves décrocheurs de différents niveaux (4ème et 3ème).

• L’objectif final est de retrouver le responsable du crime mais également de reconstituer la chronologie des événements.

◦ Recueillir, en présence d’experts de la gendarmerie, des indices sur une scène de crime ;
◦ Approfondir ses compétences scientifiques (génétiques, entomologie, biologie cellulaire...) à l’aide de partenaires hautement qualifiés ;
◦ Concevoir (ou suivre) des protocoles et réaliser différentes expérimentations : chromatographies, dactyloscopie, palynologie, pédologie, électrophorèse, microscopie optique... ;
◦ Mener l’enquête à l’aide des différents indices retrouvés ;
◦ Déterminer les protagonistes et les circonstances d’un événement passé ayant donné lieu à un crime ;
◦ Penser et écrire une scène d’interrogatoire ;
◦ Communiquer les résultats de leurs travaux ;
◦ Travailler sur l’orientation ;
◦ Mettre en scène (reconstitution du scénario sous forme d’une scène de théâtre).

QUEL BILAN ?

- Modalités d’évaluation

• Auto-évaluation de l’action par l’équipe pédagogique

C’est la première fois que le projet est mis en œuvre dans l’établissement. Le projet étant en cours, il est encore trop tôt pour dresser véritablement le bilan de l’action. Cependant, certains marqueurs sont déjà très positifs :
◦ le dynamisme des élèves pendant les séances : ils sont forces de proposition, ils n’hésitent pas à prendre la parole devant leurs pairs, ils sont très impliqués pendant les séances et effectuent les tâches qui leurs sont confiées, ils n’hésitent pas à venir sur des temps qui leur rajoutent des heures dans la journée.
◦ les relances des élèves qui souhaitent avoir des séances de projet supplémentaires.

• Évaluation interne à l’Éducation nationale
◦ Des points réguliers concernant l’avancée du projet sont faits à la CARDIE.
◦ Un contact est créé avec la DAAC.

- Indicateur(s) qualitatif(s)

• Nous sommes ravis d’avoir mis en place ce projet pour la première fois dans l’établissement. Nous avons déjà dégagé des pistes d’amélioration pour l’année scolaire prochaine dans le cas d’une reconduction du projet.

• Les élèves adhèrent fortement et ceux qui se sont éloignés du projet l’ont souvent fait à contrecœur (déménagement, cours difficilement rattrapables au même moment...).

• Ils sont pleinement impliqués dans l’action, ils apprécient la façon de travailler différente, leurs points forts sont mis en valeur au cours du projet.

• S’il est encore tôt pour déterminer la plus value du projet au regard des indicateurs identifiés lors de la conception du projet, nous avons remarqué que les élèves se comportent différemment depuis que le projet a commencé avec les enseignants qui interviennent dans le projet : ils sont plus actifs en classe et cherchent davantage à bien faire. Cela est très encourageant.

ET APRÈS ?

• Du côté des élèves :
◦ épanouissement, rapport à l’école modifié
◦ Lien avec les partenaires (peut susciter des vocations)
◦ création d’un espace-temps propice à la mise en valeurs de compétences parfois moins travaillées dans des cours classiques (travail autour de l’oral, compétences expérimentales...).

• Du côté des enseignants :
◦ Mise en place d’un travail sous la forme d’une pédagogie de projets afin de trouver des leviers pour motiver les élèves.

- Diffusion

Diffusion Type Document, lien Date
X Texte https://www.sciencesalecole.org/experts-a-lecole-un-projet-pedagogique-ambitieux-au-college-les-grands-champs-a-poissy-soutenu-par-les-gendarmes-de-lircgn/|20/12/2022

- Développement et suite de l’action

• Le projet sera reconduit l’année prochaine sous une forme qui pourra évoluée, par exemple, à l’attention d’élèves à haut potentiels intellectuels ou d’élèves à profil scientifiques qui souhaitent développer leurs compétences.
• Il pourrait s’agir également de mélanger des élèves à profil différents mais complémentaires.
• Des articles, publiés sur des sites internet permettent de valoriser les élèves et leurs actions.
• Des groupes de travail académiques autour des sciences permettent aux enseignants d’échanger sur leurs pratiques, de façon à croiser leurs regards sur les projets réalisés.

Extrait d’Innovathèque du 03.04.23

Répondre à cet article