> 4 - Actes et Productions de l’OZP > TOUT SAVOIR SUR LES ZEP. Une série de fiches OZP (2004-2012) > Le « pilotage » de l’éducation prioritaire (fiche OZP)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Le « pilotage » de l’éducation prioritaire (fiche OZP)

juin 2006 Version imprimable de cet article Version imprimable

Des fiches pour tout savoir sur l’éducation prioritaire

 

Le "pilotage" de l’éducation prioritaire

L’éducation prioritaire n’est pas un système figé. Au contraire, il est en évolution et il a besoin d’informations pour pouvoir répondre efficacement à des situations en constante évolution. Le pilotage accompagne son mouvement vers les objectifs fixés.

On ne dirige pas l’éducation prioritaire, on la pilote. Le terme "diriger" s’appliquerait à un fonctionnement pyramidal, hiérarchisé, reposant sur l’obéissance à des directives imposées par une direction qui impose une manière de gouverner. Le terme "pilotage" est employé dans la gestion d’entreprise. On "pilote un système de management ou de production". Dans ce cadre, on organise un tableau de bord, on définit les actions à mener après avoir sérié les objectifs, puis on observe l’évolution du système dans le temps à partir des informations recueillies et enfin, on mesure les bénéfices. On définit alors de nouveaux objectifs, on organise un nouveau tableau de bord, dans un mouvement en spirale prenant en compte l’expérience apportée par le temps.
C’est le même mouvement qui est observé à propos de l’éducation prioritaire. D’après le schéma du système, on peut dégager plusieurs aspects du pilotage :
- l’observation, à partir de laquelle un diagnostic de la situation peut être établi ;
- l’information, qui favorise la mise en réseau des différents acteurs leur permettant d’ajuster leurs activités ;
- l’évaluation, qui permet de remédier aux insuffisances et d’ajuster son action ;
- la prospective, qui fera évoluer le système selon les stratégies souhaitées et définies clairement ;
- le conseil, la formation ou l’accompagnement, qui adapteront les différents éléments aux objectifs dégagés.

Ce pilotage de l’éducation prioritaire se conduit du niveau local au niveau national pour harmoniser et adapter le système aux objectifs nationaux. Il ne s’agit pas d’un fonctionnement pyramidal, mais d’un fonctionnement en réseau. Le "pilote" national ne connaît pas la solution qui fera évoluer favorablement chaque entité locale. En revanche, il connaît les objectifs nationaux. Les "pilotes" académiques doivent être en mesure de lui apporter les informations nécessaires à l’évolution générale du système. Ils vont les chercher auprès des "pilotes" locaux. Chaque pilote, dans son domaine géographique d’intervention, aide à la construction de solutions adaptées et ajustées dans le temps. Chaque action dans chaque territoire prend alors du sens, chaque acteur intervenant en synergie : chacun peut faire évoluer l’ensemble du système. C’est un peu l’image météorologique de la théorie du papillon qui, par son battement d’ailes est capable, à des milliers de kilomètres, de déclencher un ouragan : l’action de chacun, dans le système tel qu’il est décrit prend du sens et de la valeur.

Cette vision du "pilotage" de l’éducation prioritaire responsabilise les acteurs à tous les niveaux puisque chaque action entre dans une sorte de mémoire créatrice, participant ainsi à la vie du système. Font alors nécessairement partie de ce processus de pilotage :
- une évaluation fine à tous les niveaux : de celle de l’enseignant dans sa classe jusqu’à celle des politiques publiques,
- la mise à disposition d’outils statistiques adaptés, de manière à comparer, dans le temps et dans l’espace et à être capable de vision prospective,
- l’entretien d’une mémoire : pour mener cette évaluation, il est nécessaire de conserver une mémoire de toutes les actions de manière à être capable d’en mesurer les effets,
- l’innovation, dans tous les domaines,
- l’accompagnement et la mise en réseau des acteurs.

Techniquement, le pilotage se traduit de la manière suivante :
- chaque réseau d’éducation prioritaire fait son bilan,
- à partir de ces bilans, le correspondant académique fait la synthèse de son académie,
- la DGESCO établit la synthèse générale.
Les bilans servent d’appui pour la mise en place des nouveaux projets.

 

Documents

L’ESEN, école supérieure de l’Education nationale, publie une sélection bibliographique sur le pilotage.

 

Retour au sommaire des fiches

Répondre à cet article