> POLITIQUE DE LA VILLE > POLITIQUE DE LA VILLE. Types de documents > Politique Ville (Déclarations gouvernementales) > Covid-19 : une prime exceptionnelle de 1 500 euros pour les entrepreneurs (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Covid-19 : une prime exceptionnelle de 1 500 euros pour les entrepreneurs des quartiers prioritaires. Le rappel des dernières mesures (communiqué de la ministre de la Ville)

30 octobre Version imprimable de cet article Version imprimable

Communiqué de presse
COVID-19 : NADIA HAI MET EN PLACE UNE PRIME EXCEPTIONNELLE DE 1 500 EUROS POUR LES ENTREPRENEURS DES QUARTIERS

La crise sanitaire et économique a de lourdes conséquences pour les entrepreneurs. Dans les quartiers prioritaires de la ville, on estime que 7 sur 10 ont dû arrêter leur activité durant le confinement et que les deux tiers ont constaté une baisse de leur chiffre d’affaires après la reprise. La seconde vague est aujourd’hui là et cette situation risque de s’aggraver.

Le Gouvernement a dès le printemps mis en place des mesures massives et exceptionnelles avec le fonds de solidarité qui a joué un rôle crucial. La situation pour certains entrepreneurs des quartiers reste cependant extrêmement fragile alors qu’ils ont un accès plus difficile aux financements et aux crédits bancaires (selon une enquête de BpiFrance de juin 2020, la grande majorité des entrepreneurs des quartiers se reposent principalement sur leurs ressources personnelles pour développer leur entreprise).

Face à cette situation, la ministre de la Ville Nadia Hai annonce la mise à disposition d’une prime exceptionnelle de 1 500 euros pour toucher 5 000 entrepreneurs. Afin d’assurer dans les meilleures conditions la distribution de cette prime, la ministre lance aujourd’hui un appel à manifestation d’intérêt ouvert aux réseaux d’accompagnement et de financement de la création d’entreprise. Cela représente un engagement de 7,5 millions d’euros de la part du ministère de la Ville.

Cette prime exceptionnelle vise à abonder les fonds propres des entrepreneurs et renforcer les dispositifs existants, en premier lieu le fonds de solidarité et les prêts d’honneur, pour éviter des cessations d’activité massives dans les QPV dans les prochains mois. Elle vient en complément des dispositifs existants en s’adressant exclusivement aux entreprises sans salariés, très majoritaires dans les QPV.

Nos entrepreneuses et entrepreneurs des quartiers ont besoin d’être écoutés, mais ils ont encore plus besoin d’être soutenus et accompagnés. C’est ce que nous faisons avec tous les dispositifs déployés par le Gouvernement, notamment le fonds de solidarité. Je veux aller plus loin en attribuant cette prime d’urgence exceptionnelle d’un montant de 1 500 euros pour 5 000 d’entre eux. Cette aide supplémentaire est aussi l’occasion de rappeler ma conception de la politique de la ville où l’activité économique est le principal moteur du développement des quartiers.
Nadia Hai

 

Prime aux entrepreneurs, doublement et revalorisation des parcours emplois compétences, « emplois francs + » : le Gouvernement mobilisé pour l’emploi et l’entrepreneuriat face à la crise

Alors que la situation économique s’améliorait dans les quartiers prioritaires depuis 2017, la crise économique et sociale aura des conséquences fortes dans ces territoires, où le taux de chômage est déjà deux fois et demi supérieur à la moyenne nationale et où 40% de la population vit sous le seuil de pauvreté.

C’est pourquoi le Gouvernement mobilise des moyens exceptionnels pour l’emploi dans les QPV :
le nombre de parcours emploi compétences (PEC) sera doublé avec une hausse de leur taux moyen de cofinancement par l’État à hauteur de 80 % ;
le dispositif des emplois francs a été prolongé et renforcé avec un bonus exceptionnel pour l’embauche des jeunes portant l’aide à 7 000€ la première année pour un CDI ;
le Plan « un jeune, une solution » va se déployer massivement dans les quartiers, avec en particulier les mesures liées à l’apprentissage (aide à l’apprentissage pour la première année du contrat de 5 000 € pour les mineurs et de 8 000 € pour les majeurs pour tout contrat conclu entre le 1er juillet 2020 et le 28 février 2021) et aux contrats de professionnalisation (aide pour la première année du contrat de 5 000 € pour les mineurs et de 8 000 € pour les majeurs de moins de 30 ans pour tout contrat conclu entre le 1er juillet 2020 et le 28 février 2021).
10 millions d’euros supplémentaires seront affectés pour le financement des postes d’adultes relais, dispositif alliant médiation sociale et formation professionnelle soutenu par l’Etat à hauteur de 20 000 euros par an et par poste.
les cités de l’emploi seront déployées dans les QPV.

Extrait de cohesion-territoires.gouv.fr du 27.10.20

 

Voir en bas à gauche les mots-clés de l’article
et ci-dessous les 10 derniers articles de la sous-rubrique Politique Ville (Déclarations gouvernementales)

Répondre à cet article