> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES > PEDAGOGIES (LES) > Pédag. Neurosciences, Psychologie cognitive > "L’inhibition au service de l’intelligence : Penser contre soi-même", Olivier (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

"L’inhibition au service de l’intelligence : Penser contre soi-même", Olivier Houdé, PUF 2020 [Les neurosciences et la pédagogie] (ToutEduc)

22 octobre Version imprimable de cet article Version imprimable

Les neurosciences et la pédagogie pour apprendre à "tourner 7 fois sa langue dans sa bouche" (O. Houdé, ouvrage)

L’inhibition est un facteur positif essentiel de l’intelligence humaine : tel est l’argument central d’Olivier Houdé, qui conduit depuis plus d’un quart de siècle de nombreuses recherches sur cette vision contre- intuitive du développement de la pensée humaine, et qui fait un point d’étape dans son dernier ouvrage. Il s’agit pour lui d’en déchiffrer les mécanismes de régulation et de contrôle exécutif que ce soit au titre des apprentissages qu’à celui des conditions de reconnaissance et de rappel en mémoire. Son intuition originelle fut de comprendre que le paradoxe "compétences précoces et incompétences tardives" chez un même individu ne faisait que révéler chez lui la coexistence d’un triple système de pensée : celui permettant – selon le contexte – l’expression non contrôlée d’automatismes de pensée (système 1 dit heuristique) et un deuxième, permettant la résolution de problème par le biais d’un raisonnement intellectuel (système 2 dit algorithmique ou réfléchi). Et entre les deux, un mécanisme inhibiteur (système 3) dont l’auteur suggère qu’il dépend de la maturation et du bon fonctionnement du cortex préfrontal, lobe du cerveau bien connu des neurologues pour ses fonctions de contrôle et d’arbitrage, et plus précisément son épicentre, le gyrus frontal inférieur.

Dans son souci d’éclairer le lecteur sur la fonction de ce "centre de contrôle inhibiteur", Olivier Houdé parsème l’avant-propos de cette nouvelle édition de références liées à l’actualité du monde tel qu’il s’offre à nous aujourd’hui : monde fou que celui de la radicalisation, du terrorisme ou de la violence, "monde où dans le cerveau des hommes, même éduqués, les règles logiques et morales qu’ils ont apprises en famille ou à l’école peuvent toujours, très rapidement parfois, être court-circuitées par des automatismes de pensée (…) dont les fureurs sacrées ne sont qu’un cas particulier." C’est ainsi qu’il rappelle comment le psychologue Daniel Kahneman, prix Nobel d’économie et grand connaisseur du neuro-marketing, a démontré que n’importe quel individu est susceptible d’émettre des erreurs de jugement du fait d’une difficulté, voire d’une incapacité à résister à des biais cognitifs ou émotionnels.

Mais Olivier Houdé ne se contente pas du constat de Kahneman. Il enrichit la théorie et développe dans cet avant-propos une théorie plus aboutie du "système 3". Dans un court chapitre intitulé "retour aux sources", il identifie de nombreuses analogies de fonctionnement de l’un ou de deux des trois systèmes dans la philosophie des Lumières comme dans l’Antiquité. Il identifie chez Platon, au travers de son propos sur "Homo triplex" et ses trois systèmes de l’âme - désir impétueux, raison et volonté – la première analogie entre système 1 (désir), système 2 (raison) et système 3 (volonté). Comme plus tard Montaigne, Platon lui semble avoir conceptualisé l’existence d’une forme de contrôle de soi dont la résistance cognitive via l’inhibition est aujourd’hui l’apparence.

Toute la question est donc de savoir s’il est possible d’éduquer l’inhibition, de développer les aptitudes métacognitives de nos concitoyens, principal moyen de mettre un coup d’arrêt aux tares de ce siècle : irrationalité galopante, théorie du complot, stéréotypes sociaux et religion du "big data". On parle ainsi d’automatisation de la métacognition qui devrait à terme devenir le B-A BA de l’éducation.

Olivier Houdé conclut son dense avant-propos en incitant le lecteur à la lecture des pages suivantes en rappelant qu’elles sont composées de l’édition originale de son ouvrage de 1995. Ouvrage anticipateur et propos prémonitoire qui ont servi de fondation à une théorie scientifique de la pensée aujourd’hui reprise par nombre de neuroscientifiques tels Stanislas Dehaene, Alain Berthoz, Antonio Damasio tous abondamment cités dans la bibliographie additive de cet ouvrage.

Olivier Houdé ouvre, par cet apport théorique, de nouvelles perspectives à l’enseignement en en déplaçant le centre de gravité et en en rappelant sa double vocation : certes transmettre des connaissances, mais également apprendre à apprendre en développant la capacité de raisonnement métacognitif – c’est-à-dire à "tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler"…

"L’inhibition au service de l’intelligence : Penser contre soi-même", Olivier Houdé – PUF 2020 – Nouvelle édition, 146 p., 19€

Jean-Pierre Bellier

Extrait de touteduc.fr du- 14.10.20

 

Voir en bas à gauche les mots-clés de l’article
et ci-dessous les 10 derniers articles de la sous-rubrique Pédag. Neurosciences, Psychologie cognitive

Sur le site OZP : Recherche sur le mot houde

Répondre à cet article