> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES > ACTIONS PEDAGOGIQUES LOCALES (par niveau et discipline) > Actions locales A L’ECOLE > Ecole (Français et Langues) > Participation d’écoles REP et QPV au projet Langage en maternelle à partir de (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Participation d’écoles REP et QPV au projet Langage en maternelle à partir de la littérature de jeunesse (Université de Grenoble et Groupe maternelle de l’Isère)

22 septembre Version imprimable de cet article Version imprimable

Développement des compétences langagières par la compréhension fine d’albums de littérature jeunesse- Projet langage Gro

Quoi ?

Ce projet a deux ambitions : développer des compétences élèves et enseignants.

Les compétences élèves sont liées au domaine 1 du programme, à savoir développer des compétences langagières et comprendre avec plus de finesse des écrits à leur portée. Ce projet s’appuie sur l’exploitation d’albums de littérature choisis avec soin afin de répondre aux critères définis par le groupe de travail. S’agissant de l’objectif langagier, les élèves vont enrichir leur vocabulaire, vont explorer et s’approprier des structures langagières et développer des compétences communicationnelles.

Concernant l’objectif lié à la compréhension de l’écrit, les élèves vont bénéficier d’un enseignement structuré et explicite pour construire des outils cognitifs et automatiser des stratégies.

Ce projet vise également à rendre explicites aux enseignants de cycle 1 des démarches d’enseignement efficaces et des gestes professionnels performants afin qu’ils les intègrent à leurs pratiques professionnelles usuelles.

25/11/2019

Recherche
Ce projet est conduit en collaboration avec l’université Grenoble Alpes et plus particulièrement le département des sciences de l’Education. Le chercheur associé, Laurent Lima, directeur du département, a participé activement aux réflexions du groupe de travail en apportant et explicitant les référents théoriques qui sous-tendent le projet.

Il est partie prenante des temps de formation à destination des enseignants et met à disposition des étudiants en deuxième année de Master pratique et ingénierie de la formation. Une convention va être signée afin de leur permettre de se rendre dans les classes participant au projet pour recueillir des données nécessaires au suivi et à la régulation des séances de travail dans les classes ainsi qu’à l’analyse des productions langagières des enfants.

Qui ?
1 membre(s) dans l’équipe - 1 partenaire(s)

Les pilotes de ce projet sont les membres du groupe départemental maternelle du département de l’Isère. Ce groupe est constitué de l’IEN maternelle du département qui le chapeaute, de conseillers pédagogiques dont certains sont titulaires d’un CAFIPEMF maternelle, de deux maitres formateurs et d’une directrice d’école maternelle. Il implique également un enseignant chercheur de l’Université Grenoble Alpes, membre du LARAC (laboratoire de recherche sur les apprentissages en contexte) et prochainement des étudiants en 2ème année de Master PIF. Ce projet ainsi que tous ses enjeux didactiques et pédagogiques qui le sous-tendent, vont être présentés et explorés lors de deux jours de stages de formation continue à des équipes d’écoles maternelles. Les enseignants des classes de MS et GS vont tous mettre en œuvre les pistes de travail proposées et certaines équipes volontaires vont être accompagnées pendant plusieurs semaines par le groupe et l’université.

Les partenaires
Université Grenoble Alpes
Le département des Sciences de l’Education est partie prenante du projet. Il nourrit le groupe des apports de la recherche dans le domaine de la compréhension de textes écrits,apporte une caution didactique et un soutien logistique.

Les participants
350 élève(s)
15 enseignant(s)
15 autre(s) participant(s)
Où ?
LE RUISSEAU, Grenoble (008)

Ecole maternelle -

Quatre stages de formation continue sont mis en œuvre entre le 22 novembre et le 12 décembre et ils couvrent l’ensemble du département de l’Isère. Les équipes d’écoles inscrites à ces stages sont toutes volontaires et sont globalement représentatives de la population scolaire du département ; certaines sont situées en REP, d’autres en quartiers politique de la ville, en secteur rural et en centre-ville. Les enseignants ont eux aussi des profils assez divers ; peu ou beaucoup d’ancienneté dans le métier et/ou peu ou beaucoup d’ancienneté en maternelle.

Cette école est engagée dans ce projet depuis l’année scolaire précédente. Elle a déjà expérimenté une séquence de travail proposée par le groupe maternelle 38 et a pu être force de propositions. C’est une équipe volontaire et très dynamique. Elle sera cette année accompagnée d’autres écoles qui vont elles aussi, grâce aux mises en oeuvre dans les classes et leurs analyses permettre de faire avancer cette expérimentation . Les noms de ces écoles pourront être transmis avant la fin de l’année civile.

Pourquoi ?
Problème identifié

Les évaluations PIRLS, PISA,TIMS ont montré que la France est l’un des pays les plus inégalitaires en matière de réussite scolaire. Selon l’OCDE, notre système éducatif génère 2 années d’écart entre élèves de milieux favorisés et défavorisés.

On sait que réussite scolaire et maîtrise de la langue sont liées et que le développement langagier est un précurseur de la réussite en lecture.

Enseigner la compréhension est difficile car cela nécessite d’analyser une activité très largement automatisée. On sait aujourd’hui que les mécanismes de la compréhension, communs à l’oral et à l’écrit nécessitent un développement langagier précoce car prédictif des performances de compréhension en lecture.

L’observation des classes a montré que les situations où l’oral porte sur la langue sont surtout travaillées à partir d’albums et ces séances ne ciblent pas de manière explicite les compétences liées langage oral et l’enseignement de la compréhension est n’est pas suffisamment structuré.

Indicateur(s) qualitatif(s)
Selon l’étude du CNESCO :
- Les enfants vivant dans des familles défavorisées disposent d’un environnement moins favorable au développement du langage. A contrario, plus les enfants sont exposés à un langage riche et abondant, meilleur est leur propre langage. Cet aspect quantitatif s’accompagne aussi d’un aspect qualitatif : les fonctions assignées au langage ne sont pas les mêmes selon les milieux sociaux : celles développées par les familles favorisées sont celles attendues par l’école (Hart et Risley).
- Les différences précoces ne s’atténuent pas avec le temps. En l’absence d’intervention, ces différences ne se réduisent pas et ont même tendance à s’accentuer (Catts 2005 ; Le Normand 2012).
- Cependant, la recherche montre et décrit que les enfants fragiles et/ou issus de familles pauvres, apprennent mieux lorsque les dispositifs d’enseignement prévoient un enseignement compensatoire riche et intensif et lorsque les enseignants pratiquent une pédagogie explicite.

Sources d’inspiration
S
Article Pratiques pédagogiques et performances des élèves : langage et apprentissage de la langue écrite Maryse BIANCO 2015

Cet article est l’une des sources d’inspiration de ce projet de recherche.
Travaillant en étroite collaboration avec un enseignant-chercheur le groupe maternelle s’est enrichi de nombreuses lectures et conférences.

Il tient à disposition de la CARDIE la bibliographie qui lui sert de référence.

Quand ?
Du 22/11/2019 Au 30/06/2021

Comment ?
Les 3 axes de ce projet de recherche sont :
- Enrichir les compétences langagières des élèves de 4 à 6 ans :
· en développant le lexique et la syntaxe pour un langage de plus en plus complexe ;
· en développant les compétences communicationnelles pour s’inscrire dans des échanges de plus en plus organisées

- Identifier, construire et automatiser des stratégies pour comprendre des histoires complexes :
· en identifier les personnages
· en se créant des images mentales
· en repérant les relations de causes à effets
· en construisant des connaissances
· en mobilisant ses connaissances
· en identifiant des émotions.

- Modéliser des démarches efficaces et des gestes professionnels performants :
· en approfondissant ses connaissances, en mettant en œuvre des démarches efficaces.
· en identifiant, en interrogeant et en enrichissant ses gestes professionnels (Cf. doc annexé)
· en adaptant l’organisation de la classe
· en observant pour repérer et évaluer les progrès des élèves.

Modalités de mise en oeuvre

En amont, le groupe-maternelle a travaillé en lien étroit avec l’enseignant chercheur à la formalisation des principes qui fondent ce projet : des principes didactiques et pédagogiques et des gestes professionnels incontournables. Il a également réalisé 3 séquences visant l’exploitation de 3 albums de littérature qui s’adossent à la fois à ces principes incontournables et au modèle de la compréhension de Kinstch et VanDijk.

Pour atteindre les objectifs visés par le projet, le groupe-maternelle met en œuvre des stages de formation continue à destination d’équipes d’enseignants volontaires afin de créer une dynamique d’école, des échanges, des mutualisations et renforcer le travail collaboratif.

Au cours de ces stages, les enseignants bénéficient d’apports théoriques, d’analyses de pratiques. Ils s’approprient également le protocole et l’une des séquences élaborées par le groupe-maternelle.

Tout au long de la mise en œuvre de la séquence, les équipes sont accompagnées par les formateurs du groupe et/ou par des étudiants en Master 2 PIF afin de poursuivre et réguler les réflexions et les échanges ; le groupe de formateurs s’appuient sur les travaux de John HATTI « Visible learning for teachers » Ed. Routledges. Des vidéos seront également réalisées afin de recueillir des données, les analyser avec les équipes et dans le cadre du groupe de recherche afin de recueillir des données exploitables.

Une convention entre la DSDEN de l’Isère et l’université Grenoble Alpes est en cours de signature.

Quel bilan ?
Modalités d’évaluation
Auto-évaluation de l’action par l’équipe pédagogique

Les équipes pédagogiques engagées dans le projet seront invitées à s’auto-évaluer à partir de critères qui leur seront propres mais réfléchis et formalisés avec les formateurs. Ils porteront sur :
- la qualité des échanges au sein de l’équipe
- la plus-value sur le travail en équipe
- la communication vers les enseignants de cycle 2
- Les résultats des élèves aux évaluations de CP

Évaluation par des chercheurs

L’année 1 (2019-2020)
Aide au choix des tests pour constituer des groupes d’élèves homogènes
Aide à la constitution des groupes : cf. document annexé)
Tests de niveau de compréhension (ED La Cigale www.editions-cigale.com
Analyse des productions langagières des élèves
Analyse des feedbacks produits par les enseignants
Analyse des gestes professionnels

Fiche d’aide à la constitution des groupes
Indicateur(s) qualitatif(s)

Fin de la 1ère année
L’évaluation portera plutôt sur les aspects plus qualitatifs du projet, à savoir :
- au niveau des enseignants :

Apprécier leur capacité à interroger, à réguler, à expliciter des gestes professionnels liés à la prise de parole des élèves, à la mise en œuvre d’un enseignement de la compréhension explicite.
- au niveau des élèves : par la passation en fin d’année scolaire des tests de début d’année pour mesurer les progrès aux niveaux de l’acquisition des compétences langagières et de compréhension de textes écrits.

2ème année
Suite au bilan réalisés en fin de 1ère année, des ajustements seront réalisés afin de gagner encore en efficacité.

Évaluation des élèves :
En lien avec l’UGA :
· réalisation d’un groupe expérimental et d’un groupe témoin
· passation de pré-tests, de tests et de post-tests
· mesures et analyse des progrès des élèves

- Évaluation des pratiques enseignantes
Formalisation des gestes professionnels les pus efficients.

Et après ?

Comme expliqué précédemment, ce projet va se poursuivre tout au long de l’année 2020 – 2021. Des stages de formation continue visant à engager de nouvelles équipes dans le projet vont encore être inscrits au plan de formation continue.

Comme il s’agit d’un projet de recherche, il donnera lieu à un (ou des articles) permettant de faire connaitre et diffuser le protocole et les résultats obtenus.

Des ressources seront mises en ligne sur le site de la DSDEN dans l’espace pédagogique.

En fonction des résultats obtenus, il sera organisé une présentation aux groupes maternelles des autres départements de l’académie afin d’en assurer une plus large diffusion.

La Cardie sera également source de propositions.
Développement et suite de l’action

Nous n’avons pas encore de visibilité pour l’année 2021-2022. Cela reste encore à définir.

Extrait de innovathèque.fr)

Répondre à cet article