> EDUCATION PRIORITAIRE > EDUC. PRIOR. (Dossiers et Guides) > Très peu d’élèves ont repris la classe dans les écoles des quartiers populaires (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Très peu d’élèves ont repris la classe dans les écoles des quartiers populaires selon des reportages à Chanteloup-les-Vignes, Mantes-la-Jolie, Roubaix, Stains... Des écarts avec les écoles hors-éducation prioritaire faibles à Lille mais forts à Marseille, selon des enquêtes

16 mai Version imprimable de cet article Version imprimable

À Roubaix, très peu d’enfants ont repris le chemin de l’école
Après deux mois de fermeture pendant le pic de l’épidémie de Covid-19, les élèves ont repris le chemin de l’école ce jeudi matin à Roubaix. Très peu d’enfants toutefois. Reportage à l’école maternelle Linné, située en zone d’éducation prioritaire (REP+), où moins de 10 % des écoliers ont fait leur retour en classe.

Extrait de lavoixdunord.fr du 14.05.20

 

Dans les quartiers populaires, de nombreux élèves décrocheurs ne retourneront pas à l’école
[...]
Pour Catherine Arenou, maire de Chanteloup-les-Vignes (Yvelines), "la relation avec l’école est compliquée" pour certains parents, à laquelle s’ajoutent "la méconnaissance de la langue française, la peur et l’inquiétude".
[...]

Damien Hareau, directeur d’une école primaire REP+ du Val-Fourré, quartier populaire de Mantes-la-Jolie (Yvelines), se désole du peu d’élèves inscrits, 16 sur 233. "Les familles ont surtout peur, certains parents vont attendre de voir comment ça se passe", explique-t-il.
[...]

Extrait de larepubliquedespyrénées du 13.05.20

Reprise de l’école à Lille : la grande crainte des quartiers populaires

Il n’existe pas (encore) de chiffres officiels, mais tous les témoignages convergent : dans les quartiers les plus défavorisés de la métropole lilloise, les parents rechignent à remettre leurs enfants en classe. Dans cette école primaire de Lille‐Sud, jeudi, ils n’étaient que 57 élèves à avoir endossé le cartable alors que l’établissement pouvait en accueillir 160 (sur 272 en temps normal). A Roubaix, ce directeur décomptait 35 élèves alors que sa capacité d’accueil était de 150 (sur 280 habituellement). Chez les plus petits, le « boycott » est encore plus marqué. Mardi, les profs d’une école maternelle logée au milieu des tours de Mons‐en‐Baroeul n’ont revu que quatre de leurs 146 élèves ! Ils auraient pu en recevoir 60.

Une situation paradoxale. Alors que le gouvernement souhaitait rouvrir les classes afin de lutter contre le décrochage scolaire, les enfants des quartiers les plus défavorisés sont moins nombreux qu’ailleurs à retrouver les bancs de l’école. Certes, le fossé n’est pas béant si l’on compare l’ensemble des écoles en REP + aux autres. Jeudi, à Lille, les 18 écoles en réseau prioritaire totalisaient 25 % de retour à l’école contre 30 % pour les 18 écoles hors réseau.

« L’appréhension du retour à l’école est beaucoup moins clivée que ça : il n’y a pas une partie de la population tétanis …

Extrait de mediacites.fr du 15.05.20

 

Déconfinement à Marseille : « Ils ont raté leur cible » , la « catastrophe » des classes désertes dans les quartiers Nord
Dans les quartiers Nord de Marseille, zone d’éducation prioritaire, les élèves sont une infime minorité à être retournés à l’école, contrairement à ce que souhaitait le ministre de l’Education nationale

[...] Quatre arrondissements, dans le nord de Marseille, dont la population équivaut à celle de la ville de Bordeaux. Près de 30.000 élèves qui fréquentent des écoles en zone d’éducation prioritaire. Et à peine 909 écoliers qui ont retrouvé ce mardi leurs salles de classe, selon des données fournies à 20 Minutes par les élues de ces secteurs.

Extrait de 20minutes.fr du 15.05.20

Voir aussi Le retour en classe à Marseille : priorité aux CP et CE1 en Rep et Rep+ (Aef)

Répondre à cet article