> POLITIQUE VILLE > QUARTIERS : Image, Emploi, Culture, Sport... > Culture et Sport dans les quartiers > Les jeunes au musée : des inégalités creusées dès l’enfance (un article du (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Les jeunes au musée : des inégalités creusées dès l’enfance (un article du Quotidien de l’Art)

18 septembre Version imprimable de cet article Version imprimable

Les jeunes au musée : des inégalités creusées dès l’enfance
Par Marine Vazzoler
Édition N°1789

Goûters d’anniversaire, ateliers en tous genres, jeux en ligne… Les musées français diversifient de plus en plus leurs offres pour attirer enfants et adolescent.e.s. Si les efforts sont indéniables, les inégalités sociales et géographiques persistent.

Emmener les enfants au musée, une perte de temps ? C’est ce qu’affirmait, provocateur, l’artiste britannique Jake Chapman dans un entretien donné en 2014 au journal The Independant. Il serait, selon lui, « arrogant » de la part des parents de penser que leurs bambins puissent comprendre les œuvres de Francis Bacon ou Mark Rothko. Un scénario très proche de celui du jeu « Mission Zigomar », mis en ligne en 2014 par Paris Musées : « Dans ce jeu, le méchant Zigomar a décidé que l’art n’est pas pour les enfants et il dérobe les œuvres à leur regard », explique Philippe Rivière, directeur adjoint au développement des publics et chef du service numérique de Paris Musées. L’histoire est simple : la jeune Gab, son petit frère et un ami, qui ont fui, par ennui, une visite scolaire des catacombes, doivent affronter Zigomar et récupérer les œuvres volées aux musées parisiens. « Ce jeu a eu une bonne réception auprès des 6-13 ans, se réjouit Philippe Rivière. Avec cette opération, Paris Musées voudrait autonomiser les jeunes, développer leur intérêt pour la culture et, pourquoi pas, en faire des futurs visiteurs des musées parisiens. » Mais quel.le.s sont ces enfants et adolescent.e.s qui vont au musée en dehors du temps scolaire, en famille ou avec des ami.e.s ?

La région parisienne et… le reste

S’il est indéniable que les musées ont fait de gros efforts ces dernières années pour fidéliser un public jeune et développer l’offre culturelle sur tout le territoire, certaines zones, urbaines périphériques ou rurales, restent encore éloignées des équipements. Martin a 15 ans et vit à Loctudy, dans le sud du Finistère, avec ses parents et sa petite sœur. Il affirme être allé quelques fois au Musée des Beaux-Arts de Quimper mais jamais à la Fondation Édouard Leclerc de Landerneau, près de Brest, à plus d’une heure de route en voiture. Difficile, dans cette situation, de visiter une exposition sur un coup de tête. La question de la mobilité est de fait centrale dans l’accès démocratique aux équipements culturels et nécessite un travail de fond sur les réseaux de diffusion culturelle itinérants.

Cela, Ingrid Brochard l’a compris depuis plusieurs années. Il y a dix ans, la femme d’affaires a fondé le Musée Mobile (MuMo) en partant d’un constat évident : l’offre culturelle entre les grandes villes et « le reste » est très disparate. Dans un camion imaginé par Matali Crasset, Ingrid Brochard et son équipe parcourent la France à la rencontre des enfants habitant en zone rurale et périurbaine. « Ce n’est absolument pas inné d’aller au musée, analyse-t-elle. Les enfants ont besoin d’y être initié.e.s. » Et les chiffres sont révélateurs : 60 % des enfants qui viennent au MuMo n’ont, avant cela, jamais foulé le sol d’un musée. « Aujourd’hui la culture agit pour une élite, poursuit, agacée, Ingrid Brochard. Les différences de budget sont assez flagrantes : chaque année, le ministère de la Culture dépense 139 euros pour un Francilien contre 15 euros pour celles et ceux vivant dans les autres régions. C’est vraiment scandaleux. » Ainsi, pour coller au mieux aux attentes des plus petit.e.s, Ingrid Brochard organise des réunions avec les FRAC : « À chaque changement de territoire, nous changeons l’exposition que nous imaginons avec le FRAC de la région », explique-t-elle. Chaque année, le parcours du MuMo est décidé à la fois par le FRAC, la DRAC et le ministère de l’Éducation nationale. « Nous travaillons également…
Les jeunes au musée : des inégalités creusées dès l’enfance

Retrouvez cet article dans l’édition N°1789 du 13 septembre 2019
Voir le sommaire
Acheter 3 €

Extrait de lequotidiendelart.com du 12.09.19

 

Site ozp. En haut de la page le chemin de la sous-rubrique Culture et Sport dans les quartiers et en bas ses articles récents
RECHERCHE PAR MOTS-CLES
Cliquer sur l’un des mots-clés de la colonne de gauche
ou bien (recommandé) le croiser avec d’autres. Voir le numéro du groupe (gr) et le nombre d’* (de 4 à 0)

Répondre à cet article