> INEGALITES SCOLAIRES (et Lutte contre les) > Filles-garçons > Chroniques du genre dans un CP en éducation prioritaire (sur le site (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Chroniques du genre dans un CP en éducation prioritaire (sur le site Questions de classe(s))

25 février Version imprimable de cet article Version imprimable

Chroniques du genre en cours préparatoire #2 : à la bibliothèque

Enseignant en CP avec une dizaine d’élèves en éducation prioritaire à Paris, j’ai décidé de consigner mes réflexions sur la manière dont le genre fait la classe au quotidien - son rôle dans les apprentissages, les interactions de mes élèves et ma pratique pédagogique, dans une chronique.
=> l’épisode 1 : Intro et féminisme matérialiste.

A la bibliothèque

Comme je l’expliquais dans l’épisode 1, je vais à la bibliothèque une fois par semaine avec cinq élèves de CP sur le temps du midi. Le temps de s’y rendre, il nous reste une demi-heure sur place, dont vingt minutes sont souvent consacrées à l’écoute d’histoires lues par la bibliothécaire et la dizaine de minutes restantes à emprunter des livres que les élèves pourront ramener chez elles et eux.

Les petit.e.s CP n’ont donc pas beaucoup de temps pour faire leur choix. Si j’essaye de veiller à ce qu’ils et elles empruntent des livres adaptés à leur âge, mes élèves sont libres d’emprunter ce qu’ils et elles souhaitent. Ce temps à la bibliothèque ne répond pas à des objectifs d’apprentissage précis ; dans mon esprit, il s’agit surtout d’une socialisation à « l’objet-livre » et au lieu de culture qu’est la bibliothèque (dont la gratuité et la faiblesse des garantit demandées, mais aussi la qualité de l’accueil, en fait un lieu assez remarquable). En outre, il y a l’idée un peu naïve que ces emprunts permettent à ceux et celles n’ayant pas de livre dans le contexte familiale d’en apporter chez eux. L’idée est naïve puisqu’elle pourrait faire croire que la question de l’ « accès à la culture » n’est qu’une question matérielle de nombre de livres à disposition, or on sait très bien qu’il n’en est rien (ou pas grand-chose) [1]

Extrait de questionsdeclasses.org du 23.02.19 : Chroniques du genre en cours préparatoire #2 : à la bibliothèque

Répondre à cet article