> 5 - TEXTES ET RAPPORTS OFFICIELS, ÉTUDES, ANNUAIRES... > ETUDES UNIVERSITAIRES > Espaces ruraux et périurbains. Une étude sur la première carte scolaire (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Espaces ruraux et périurbains. Une étude sur la première carte scolaire (années 60) en milieu rural : l’exemple de la Drôme et de l’Ardèche (Géoconfluences, ENS Lyon)

6 mars Version imprimable de cet article Version imprimable

(Dossier) Les espaces ruraux et périurbains en France : populations, activités, mobilités
La première carte scolaire dans la Drôme et en Ardèche (années 1960) : entre normalisation et négociation

Auteur(s) : Malorie Ferrand, Doctorante, professeure agrégée d’histoire - Université Lumière Lyon II

Les réformes de la scolarité obligatoire en France dans les années 1960 ont obligé l’État gaullien à réorganiser l’enseignement de second degré. C’est l’origine de la première carte scolaire, outil de planification pour la répartition des effectifs entre les établissements. Mais contrairement à l’image d’une politique descendante, cette carte scolaire a largement composé avec l’existant, en s’adaptant aux contraintes locales, qu’il s’agisse des difficultés d’accès liées au relief ou de l’investissement politique des personnalités locales.

SOMMAIRE
1. La carte scolaire : une volonté étatique de normaliser un réseau hétérogène, construit en grande partie « par le bas »
2. Une carte scolaire qui s’adapte aux réalités territoriales
3. La carte scolaire : aménagement national contre aménagement local ?

[...]
(Conclusion) : Cette étude met par ailleurs en avant le rôle des acteurs locaux, notamment des maires, dans l’aménagement du territoire scolaire de second degré, jusqu’à ce qu’ils perdent la main sur cette compétence à partir des années 1970. Ce travail sur la carte scolaire ouvre aussi un champ de réflexion sur les intentionnalités du pouvoir vis-à-vis des enfants d’agriculteurs et plus largement des ruraux, dans un contexte de profonds bouleversements des campagnes françaises. La mise à portée des structures d’enseignement permet en effet, outre l’objectif de démocratisation avancé, d’orienter cette future main-d’œuvre vers des secteurs économiques jugés plus porteurs, accompagnant ainsi la politique de modernisation agricole. Mais pour autant, ce projet n’est pas réalisé de manière uniforme et générique, les réalités locales, renseignées par les agents de l’État et portées par les élus, l’emportant le plus souvent.

Extrait de geoconfluances.ens-luon du 05.03.19 : La première carte scolaire dans la Drôme et en Ardèche (années 1960) : entre normalisation et négociation

Répondre à cet article