> EDUCATION PRIORITAIRE (Politique d’) > EDUC. PRIO. : Dédoublements, Pdmqdc, Taille des classes > EP. Dédoubl., Pdmqdc, Taille : Positions > Selon le Snuipp, les dédoublements sont financés par d’autres classes, maîtres (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Selon le Snuipp, les dédoublements sont financés par d’autres classes, maîtres +, maternelles...

17 octobre 2018 Version imprimable de cet article Version imprimable

Primaire : Les dédoublements financés par les autres classes

Principale mesure sociale de ce gouvernement, les dédoublements de classes en CP de Rep et une partie des Ce1 de Rep+ à cette rentrée sont assurés par des créations de postes affirme le ministre. Or ce n’est pas l’avis du Snuipp Fsu qui publie des chiffres précis remontant des analyses départementales.

Selon le Snuipp, les dédoublements consomment 5605 postes, un chiffre à comparer aux 3680 postes créés à la rentrée. Le ministère a donc du prélever 1925 postes ailleurs pour mettre en place les dédoublements.

Pour le Snuipp, ils ont été trouvés d’abord chez les maitres +, un dispositif prisé du terrain. 1400 postes, la moitié des maitres +, disparaissent à la rentrée. Le reste est trouvé en maternelle où on compte 575 classes supprimées. Le Snuipp relève aussi la faiblesse des effectifs de remplaçants et des ouvertures de postes dans les ULIS. Selon le Snuipp près de 300 écoles rurales sot fermées à cette rentrée dont 34 fermetures nettes (les autres ferment par fusion).

Le résultat final, pour le Snuipp, c’est que les dédoublements se traduisent par une dégradation des conditions d’exercice ailleurs. En 2017 42% des classes du primaire comptaient plus de 25 élèves (52% en maternelle). Ce taux devrait progresser malgré la baisse démographique.

Document Snuipp du 11 octobre 2018

Extrait de cafepedagogique.net du 15.10.18 : Primaire : Les dédoublements financés par les autres classes

Répondre à cet article