> 8 - POLITIQUE DE LA VILLE > TYPE DE DOCUMENT (Politique de la Ville) > Politique Ville (Communication gouvernementale) > Budget en hausse pour la politique de la ville : 60 cités éducatives, Atsem, (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Budget en hausse pour la politique de la ville : 60 cités éducatives, Atsem, stages de 3e... et des crédits de droit commun du côté de l’EN, mais le dossier de presse ne fait pas référence au Programme de réussite éducative (PRE)

2 octobre Version imprimable de cet article Version imprimable

Budget en hausse pour la politique de la ville

Le Gouvernement a présenté, le 24 septembre dernier, son projet de loi de finances (PLF) pour 2019 dans lequel le financement de la rénovation urbaine et de la politique de la ville devrait bénéficier de 85 millions d’euros supplémentaires par rapport à l’an passé.

Au programme : financement de 1 000 postes d’adultes-relais, doublement des postes Fonjep, création de postes Atsem en écoles maternelles, lancement des cités éducatives, soutien aux associations les plus structurantes, développement des stages de 3e, Cordées de la réussite… Dans ce budget également : la garantie, par ailleurs, que l’État apportera 200 millions d’euros au financement du NPNRU sur la durée du quinquennat.

Plus généralement, la politique de réduction des inégalités territoriales se traduira par :
le maintien des crédits de la mission qui permettront notamment de couvrir les engagements de l’État sur les volets territoriaux des contrats de plan État-Régions ; ce sont aussi 1,6 milliard d’euros qui iront aux projets locaux sous forme de dotations de soutien à l’investissement public local et d’équipement des territoires ruraux, chaque année.
Par ailleurs, le programme Action Cœur de Ville bénéficiera d’une enveloppe dédiée de 5 milliards d’euros d’ici 2022, apportés par l’État et ses partenaires ;

autre priorité du ministère de la Cohésion des territoires : la couverture numérique du territoire pour laquelle le Gouvernement se fixe l’objectif de couvrir 100 % des foyers en haut débit fixe, dès 2020, et en très haut débit, en 2022. Au total, les investissements dans l’Internet fixe et la couverture en téléphonie mobile représentent un volume d’investissement de plus de 20 milliards d’euros, dont l’État finance une part significative.
C’est dans ce cadre que le Gouvernement a aussi décidé d’accélérer le développement des tiers-lieux et de consacrer 110 millions d’euros l’an prochain à la création de 300 Fabriques des territoires ;

enfin, l’accès aux services publics reste une priorité : 5 millions d’euros supplémentaires seront consacrés aux maisons de services au public en 2019, portant à 15 millions d’euros l’enveloppe de l’État, qui s’ajoute au financement des principaux opérateurs.

Extrait de cget.gouv.fr du 27.09.18 : Budget en hausse pour la politique de la ville

 

Dossier de presse - Projet de loi de finances 2019 : Présentation du budget du ministère de la Cohésion des territoires 27 septembre 2018

EXTRAITt :
L’éducation, au coeur de la politique d’émancipation
En partenariat avec le ministère de l’Éducation nationale et les collectivités, il s’agit de garantir un soutien renforcé dès le plus jeune âge :
le dédoublement des classes : 100 % des CP et CE1 en REP et REP + d’ici 2020 ;
le développement des places en crèche : 1000 € en plus pour chaque place de crèche créée en QPV ;
le renforcement de l’encadrement en maternelle dans une soixantaine de grands quartiers sans mixité scolaire (2 adultes par classe) ;
une prime de 3 000 € est mise en place progressivement sur trois ans à partir de la rentrée 2018 pour les 60 000 enseignants de REP+.

Proposer 30 000 stages de qualité aux élèves de 3e des quartiers
Le stage d’observation d’une semaine, obligatoire en classe de 3e, est en général le
premier contact de l’élève avec le monde du travail.
Souvent, les collégiens des réseaux d’éducation prioritaire renforcée (REP+) ne
bénéficient pas de réseaux pour trouver un stage de qualité. Le Gouvernement s’est
engagé à leur proposer 15 000 stages dans le secteur public et 15 000 dans
le secteur privé
. La plateforme www.monstagedetroisieme.gouv.fr est opérationnelle
et chaque structure peut déposer d’ores et déjà des offres en ligne.

 

PLF 2019 - Budget de la politique de la ville : 85 millions d’euros de crédits supplémentaires (au moins !)

[...] 22 millions d’euros pour soutenir la création de postes d’Atsem
Les "cités éducatives" annoncées dans la feuille de route de juillet seraient lancées dès 2019 grâce à un crédit de 12 millions d’euros inscrit au PLF. Pour rappel, l’objectif est de créer à terme "une soixantaine" de cités éducatives dans de "grands quartiers sans mixité sociale", en concentrant les leviers d’action existants : accueil petite enfance, santé et action sociale, temps péri et extra scolaire, programmes de réussite éducative...
D’autres crédits supplémentaires viendraient soutenir l’initiative sur les stages de 3e pour les collégiens de REP+, le développement de l’accompagnement des jeunes des quartiers avec les cordées de la réussite et le parrainage vers l’emploi (objectif de 100.000 jeunes accompagnés par an d’ici la fin du quinquennat).
Dans le domaine de la petite enfance, le ministère de la Cohésion des territoires disposera d’une nouvelle ligne budgétaire, dotée de 22 millions d’euros, pour aider les communes à la création de postes d’Atsem (agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles) "afin d’encourager la présence de deux encadrants par classe" dans les écoles maternelles des quartiers prioritaires.

Des crédits de droit commun du côté de l’Education nationale
Pour ce qui concerne les classes élémentaires, le ministère de l’Education nationale assure, de son côté, avoir budgété le nombre d’enseignants nécessaires au dédoublement des classes de CP et de CE1 en REP et REP+ (voir aussi notre article du 25 septembre 2018). Pour rappel, les objectifs sont de 4.700 classes dédoublées en cette rentrée 2018 (dont toutes les classes de CP en REP+ et REP et les trois quarts des CE1 en REP+ et REP) puis 100% des CP et CE1 des REP+ et REP à la rentrée 2019.
Le ministère de Jean-Michel Blanquer a également confirmé la prise en compte dans le PLF 2019 de la revalorisation indemnitaire des personnels affectés en REP+ : ils recevraient 1.000 euros annuels nets supplémentaires en 2019 (s’ajoutant aux 1.000 euros déjà attribués à la rentrée 2018). 78 millions d’euros sont mobilisés dans le budget 2019 de l’Education nationale pour financer cette indemnité.

Extrait de caissedesdepotsdes territoires.fr du : PLF 2019 - Budget de la politique de la ville : 85 millions d’euros de crédits supplémentaires (au moins !)

 

Note du QZ : Le dossier de presse ne fait aucune référence au Programme de Réussite Educative (PRE). Ce dispositif est cité seulement dans l’article ci-dessus à propos de la création de 60 cités éducatives.

Répondre à cet article