> EDUCATION PRIORITAIRE > EDUC. PRIO. DEDOUBLEMENTS, Pdmqdc, Taille des classes > EP. Dédoubl., Pdmqdc, Taille (Positions politiques et syndicales) > Le SNUipp s’inquiète de l’impact du dédoublement des classes à la rentrée 2018 (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Le SNUipp s’inquiète de l’impact du dédoublement des classes à la rentrée 2018 sur le Plus de maîtres, la maternelle et le rural. Il estime possible de limiter à 20 élèves par classe les effectifs en éducation prioritaire

28 août 2018 Version imprimable de cet article Version imprimable

Quelles sont les nouveautés de cette rentrée qui auront un impact sur la vie des écoles et celle des personnels ? Tour d’horizon des principales nouvelles mesures du côté de l’école et des personnels

Du côté de l’Ecole
CP et CE1 à 12 en REP et REP+
[...] Le dédoublement des classes de CP en REP et de CE1 en REP+ se poursuit cette année. Cette mesure entraîne, faute de budget suffisant, des suppressions de postes de PDM, et des suppressions de postes ou des non ouvertures notamment en maternelle et dans le rural. Elle a eu pour conséquence d’augmenter les effectifs dans un certain nombre de classes. Le manque de locaux entraîne la suppression de salles d’informatique, de bibliothèque, de salles des maîtres... et contraint les enseignants à des organisations pédagogiques par défaut.

[...] Du côté des personnels
Prime REP+
Sur les 3000 euros promis, 1000€ seront versés au cours du 1er trimestre à tous les personnels affectés en REP+.
Les 2000€ restant seraient distribués sous la forme d’une part variable non définie à ce jour mais qui prendrait en compte « la valorisation de l’investissement collectif des équipes » et « la possibilité d’un adossement d’une partie de cette indemnité aux progrès des élèves et à l’accomplissement de projet d’école et d’établissement qui y contribue ». C’est donc bien l’introduction d’une rémunération au mérite que le ministre entend mettre en place.

Extrait de snuipp.fr du 27.08.18 Rentrée 2018 : ce qui attend l’école et les personnels

 

Le texte intégral du dossier de presse de rentrée (150 p.)

EXTRAIT DU DOSSIER DE PRESSE DU SNUIPP, 27 août 2018
(pages 22 à 23)

CP à 12 en REP & REP+ et CE1 en REP+
Un an après l’installation de Jean-Michel Blanquer rue de Grenelle et la mise en œuvre de sa mesure emblématique de dédoublement des CP en REP , une enquête du SNUipp-FSU permet un premier bilan sur sa perception par les enseignantes et les enseignants.

Ils plébiscitent cette baisse des effectifs qui favorise de meilleures conditions de travail et d’apprentissage des élèves. Si le dispositif des CP et CE1
dédoublés apporte une première réponse, il montre les limites d’une mesure
mise en œuvre à moyens constants et sans concertation. Avec des fortes incidences sur la disparition des « Plus de maîtres », les cartes scolaires particulièrement dans les écoles.

La mise en place du dispositif CP dédoublés en REP/REP+ et CE1 en REP+ est une
mesure phare du ministre de l’Éducation nationale.
Sa mise en œuvre s’effectue sans véritable concertation avec les professionnels que sont les enseignants.

Une mesure qui a un coût
À la rentrée 2018 : La dotation pour couvrir l’ensemble des besoins du 1er
er degré est très insuffisante, elle est de 3 680 postes or les besoins pour assurer les dédoublements des CE1 de REP+ et des CP de REP sont de 5 428 postes.

Les DASEN ont souvent utilisé plusieurs variables d’ajustement pour répondre à
l’injonction ministérielle des CP à 12 alors que la plupart des opérations préparatoires
pour la rentrée étaient déjà faites.

Conséquences de cette dotation insuffisante :
La mise en œuvre s’est faite à moyens constants et a donc impacté fortement les
cartes scolaires départementales ; l’extension du dispositif aux CP en REP et CE1 en
REP+ à la rentrée de 2018 est de ce point de vue significatif.

- Impact sur les « Plus de maîtres » (PDM).
Rentrée 2016 : 3 220 emplois.
Rentrée 2017 : le gouvernement précédent prévoyait la création de 884 postes. Suite
aux mesures de dédoublement, 2 826 emplois ont été consacrés aux PDM. Soit une
perte de 1 278 postes par rapport à ce qui était prévu initialement.
Rentrée 2018 : selon l’enquête annuelle du SNUipp-FSU, 1 197 PDM en éducation prioritaire et 133 hors éducation prioritaire ont été supprimés. Au final, il ne reste qeu1 496 postes alors que ce dispositif était prometteur et apprécié.

- Impact sur la maternelle
Le solde ouvertures/fermetures est négatif avec 890 suppressions d’emplois.
En éducation prioritaire ce sont 65,5 suppressions qui ont eu lieu. L’importance des
conditions d’apprentissage et de la scolarité précoce dans les écoles relevant de
l’éducation prioritaire est pourtant primordiale.

- Impact sur le rural
Le solde ouvertures/fermetures est négatif : - 808 classes.
Entre 2011 et 2016, l’augmentation des emplois d’enseignants remplaçants n’est que
de 0,7%. Si le remplacement reçoit 313 postes en 2018 selon l’enquête du
SNUipp-FSU, cela ne représente qu’une goutte d’eau face aux besoins actuels.

Le cadre imposé, étriqué des CP à 12 a détricoté tout le travail mené par les équipes
pédagogiques autour du « Plus de maîtres » sans prendre réellement le temps
d’évaluer cette organisation. Le dispositif a pourtant généré réflexions et ajustements et a été jugé prometteur par les enseignants.
Les conseils des maîtres ont été dépossédés de la possibilité d’opérer les choix les
plus opportuns dans l’organisation des classes.

#PasPlusDe20élèvesenEP : c’est possible Si la baisse des effectifs par
classe est indiscutablement un élément de la réussite des élèves,
celle-ci doit s’appliquer dans toutes les classes de l’éducation prioritaire
pour améliorer les conditions d’apprentissage pour tous les élèves et favoriser
la réussite de tous sur l’ensemble de leur scolarité.

Limiter à 20 élèves par classe en EP est possible, le SNUipp-FSU a calculé les postes nécessaires pour y parvenir.
Coût des dédoublements CP et CE1 à la rentrée 2018 : 5 428 postes
Pas plus de 20 élèves en éducation prioritaire : 7 178 postes.
S’y ajoutent les décharges de direction consécutives à l’augmentation du nombre de
classes des écoles concernées et des postes de remplaçants pour assurer les 18 demi-journées d’allègement de service, soit entre 7 000 et 8 000 postes.

Selon le ministère, 12 000 créations de postes seront nécessaires pour tenir
l’engagement du dédoublement des classes de CP et CE1 en REP et en REP+.
Sans création rapide de postes dans le primaire, cette mesure se fera par
redéploiement des postes existants et affectera le service public d’éducation
en « déshabillant Pierre pour habiller Paul" ».

 

Sur le site OZP,
voir le mot-clé du groupe 2 Syndicat (Position) (gr 3)/
Pour croiser

Répondre à cet article